Le RPM vers la tenue d’un congrès de toutes les incertitudes : Qui de Bocari Tereta, Abdoulaye Idrissa Maïga ou Abdramane Sylla prendra la tête du parti ?

0
Dr Bakari Treta - premier ministre
Dr Bakary Treta

Des ambitions s’affichent en douce et préfigurent des empoignades notamment entre trois personnalités du bureau politique national du parti des tisserands. Il s’agit des ministres Bocari Tereta, Abdoulaye Idrissa Maïga et Abdramane Sylla, tous affûtant leurs armes depuis plusieurs semaines pour le contrôle du parti vert et or. Seul IBK devra intervenir pour siffler la fin de cette guéguerre latente.

Abdoulaye Idrissa Maiga - connaissance
Abdoulaye Idrissa Maiga

Comme nous le confiait récemment Dr Boulkassoum Haïdara, le président intérimaire du parti, sans toutefois en préciser la date exacte, le RPM tiendra son congrès en mars prochain. C’est dans ce cadre qu’on assiste depuis des semaines au renouvellement de ses instances du parti présidentiel, dans un climat de compétition et de tension entre les différents clans qui se mettent en place. Le renouvellement des sections du parti se passe souvent avec des bureaux parallèles favorables ou défavorables aux cadres les plus influents de l’organe dirigeant. Les mieux placés pour “s’affronter “ en vue de prendre la direction du parti sont, aujourd’hui, les ministres Bocary Tereta, Abdoulaye Idrissa Maïga et Abdramane Sylla.

Le trio Tereta-Maïga- Sylla sur le ring !

Le premier cité, le ministre du Développement rural, numéro 2 du gouvernement, semble bien positionné pour arriver à ses fins. Dr Bocary Treta ne cache pas sa détermination à succéder à IBK à la tête du RPM. Réputé très proche du chef de l’Etat, ce cadre originaire du cercle de Ténénkou (région de Mopti) serait, selon certains responsables du parti, un pion essentiel pour permettre au RPM de combler son léger manque d’assise populaire dans la Venise malienne et dans les régions septentrionales du pays. Puisque la donne communautaire n’est pas à négliger au sein des formations politiques en Afrique en général, IBK pourrait finir par donner des instructions en sa faveur. Mais rien n’est acquis d’avance.

Dr Abdramane Sylla
Dr Abdramane Sylla

Toutefois, certains observateurs politiques craignent qu’IBK ne joue un tour à son cadet et vieux compagnon de route Tereta en aidant un autre mousquetaire à lui ravir la mise. Car, dit-on, Bocary Tereta n’est de pas de nature docile, alors que Ladji Bourama voudarit certainement avoir à la tête du puissant appareil politique qu’est le RPM un véritable béni oui-oui, une sorte d’homme-lige que le ministre du Développement rural n’a jamais été.

Par ailleurs, certaines sources n’hésitent pas voir en le ministre de l’Administration  territoriale et de la décentralisation, Abdoulaye Idrissa Maïga, le futur président du RPM. Ce cadre de Gao, directeur de campagne du candidat IBK lors de la présidentielle 2013, est réputé très proche et presque un parent de la première dame, pour trouver à ce dernier des chances réelles de prendre les rênes du parti.

Mais, plusieurs responsables du parti ne seraient pas favorables à cette option du ministre chargé des partis politiques, craignant attirer les foudres de l’opposition et d’autres acteurs politiques. Ceux-ci, en effet, n’hésiteront pas à dénoncer un manque de neutralité chez le ministre-chef du RPM dans la gestion du processus électoral.

Enfin, le troisième aspirant à la charge de président du RPM est plutôt discret mais gros travailleur sur le terrain. Il s’agit du ministre des Maliens de l’extérieur, Dr Abdramane Sylla, qui, grâce à ses différentes  missions, surtout  à l’extérieur, tisse sa toile de sympathie auprès des militants du parti des tisserands. M. Sylla est aussi très proche d’IBK, dont il a été le colistier pour être les deux députés du RPM en Commune IV du district de Bamako, durant deux législatures, de 2002 à 2013. Avec son influence au niveau de la diaspora malienne grâce à son statut de Secrétaire chargé des relations extérieures du bureau politique national du parti, Abdramane Sylla peut se faire épauler par plusieurs responsables qui le trouvent plus humble, conciliant et moins disposé à aller à la confrontation que ses deux premiers concurrents.

Des tensions au niveau de plusieurs sections

Comme on le voit, pour le renouvellement des différentes sections, une certaine tension envahit les militants qui se catégorisent, selon leurs affinités, par rapport à ces trois têtes de proue. Le RPM est ainsi en difficulté, voire en guéguerre sournoise qui rejaillit sur les cadres et militants travaillant dans les départements ministériels. A titre d’exemple, en commune I du district de Bamako, le ministre Mamadou Frankaly Kéïta a eu du mal à s’imposer comme responsable local des tisserands. De même, en sa qualité de présidente des femmes et non moins ministre de la femme, de l’enfant et de la famille, Mme Sangaré Oumou Bah a essuyé bien des adversités avant de parvenir à être repêchée après d’âpres négociations.

En outre, plusieurs cadres demeurent actuellement frustrés par les choix opérés au niveau de certaines sections pour mettre en place les bureaux. Ces mécontentements sont motivés par l’arrivée en masse des militants opportunistes de la 25 ème heure qui semblent encombrer les… ” tisserands authentiques”. Cette expression désignant les RPmistes qui ont vécu la traversée du désert que le parti a connue avec IBK. Ceux-ci se disent aujourd’hui vigilants pour ne pas laisser le parti échoir dans n’importe quelle main !

Bruno D SEGBEDJI

Commentaires via Facebook :

PARTAGER