Le vice-président Sékou Diakité, dimanche à la rencontre du CE Adéma avec La section III du parti : “L’armée doit accepter de payer le prix du sang pour libérer le pays”

9

La section de la commune III de l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (Adéma-PASJ) était en conclave le dimanche 2 décembre au Carrefour des jeunes. La rencontre se situe dans le cadre de la tourné que le Comité exécutif (CE) du parti est en train de faire pour informer les différentes sections et recueillir les propositions des militants pour sortir le pays de la crise. Le chef de la délégation du CE, le 2ème vice-président du parti, Sékou Diakité, a, à cette occasion, appelé l’armée nationale à sortir de sa torpeur pour payer le prix du sang afin de libérer le pays.

C’est dans une ambiance festive que cette rencontre politique s’est déroulée le dimanche dernier en présence des premiers responsables de l’ADEMA en commune III, avec à leur tête le dynamique Secrétaire général et non moins maire du district Adama Sangaré.

La délégation du CE était composée du 2ème vice-président, Sékou Diakité, les ténors comme Ali Nouhoum Diallo, Soumèylou Boubèye Maïga, Ahmada Soukouna et d’autres.

Dans son intervention, le chef de la délégation du CE du parti de l’abeille et Coordinateur du parti dans le district de Bamako, Sékou Diakité a fait le rappel des faits saillants qui ont marqué la crise sécuritaire et institutionnelle que le pays traverse actuellement. Il a mis un accent sur la mobilisation du parti au sein du Front anti-putsch jusqu’à l’actualité des prochaines concertations nationales. “Nous ne sommes contre ces assises, mais si elles doivent remettre en cause le retour à l’ordre constitutionnel, nous n’y serons pas “.

A propos de la crise sécuritaire dans le nord du pays, Sékou Diakité a haussé le ton. “Les pays n’ont pas d’amis ; ils n’ont que des intérêts. Les tergiversations, les découragements qui jalonnent la mobilisation internationale pour la reconquête du Nord ne doivent pas nous surprendre. Notre armée nationale doit accepter payer le prix du sang pour libérer les 2/3 du territoire occupé. Il n’ya pas d’autres solutions. La mort plutôt que la honte ! “, a-t-il martelé. Il a également posé la problématique de l’organisation des élections avant la libération du Nord et des inquiétudes par rapport à l’immixtion de la sphère religieuse dans le domaine de la politique.

Pour le Secrétaire général de la section, Adama Sangaré, la section enregistre le plus grand nombre de sous-sections, 12 englobant 36 comités. Elle dispose de 17 élus communaux sur 37. Ce qui fait de l’Adéma-PASJ la première force politique en commune III.

Et le Secrétaire général  de souligner que le bureau de la section III a tenu régulièrement ses réunions statutaires malgré la crise sécuritaire et institutionnelle que traverse le pays. ce qui n’est pas le cas au niveau des structures de base du parti et de ses mouvements affiliés.

Parlant des difficultés, Adama Sangaré a mis un accent sur le problème du financements des activités du parti. «Les cotisations ne se payent pratiquement pas. Les cartes de membres qui, normalement, devraient constituer le financement de base, ne sont plus émises depuis belle lurette. Les subventions au titre du financement public des partis n’atteignent pas les structures de base qui se trouvent dans une situation difficile, voire précaire», a-t-il expliqué.

Pour Adama Sangaré, l’Adéma assume sa part de responsabilité dans la gestion du pays. Mais les militants et les cadres de la section ne comprennent pas les raisons pour lesquelles la Direction n’a pas daigné diffuser le bilan de sa participation au pouvoir. La mise à disposition de cette  information aurait freiné, selon M Sangaré, la campagne de dénigrement qui est menée contre la parti.  C’est pourquoi le Secrétaire général de la section III du parti de l’abeille a déploré le «déficit chronique de communication au niveau du parti». Avant da’jouter qu’»il urge de trouver un palliatif à cette situation afin de corriger l’image qui est perçue de notre parti’.

Il n’a pas manqué d’appeler à l’organisation des débats contradictoires pour  informer davantage les militants et les populations en général sur les actions et positions du parti.

                                Bruno D SEGBEDJI

PARTAGER

9 COMMENTAIRES

  1. LES MEMBRES DE L’ADEMA DOIVENT ETRE ELECTROCUTE à la chaise electrique. ils sont responsables de sous qui est arrivé au Mali pendant ces 20 ans avec des accords dont tout le monde savait l’aboutissement. l’ADEMA sous Alpha Oumar et Djoncounda onr reformé nos armes et munitions au su de tous alors qu’elles étaient utulisables. les officiers officiers de bureau avec des grades obtenu politiquement et sans acte de bravour militaire.
    jeunesse du mali, reveillez vous et bouter ses gens de l’ADEMA et du FDR dans les cachots!!!!! 😈 😈 😈

  2. Sekou Diakité ; Adama sangaré , IBK ,…. la liste est longue et tout dernièrement Sanogo sont tous pareils ; tous ceux qui ont eu le pouvoir entre les mains se sont remplis les poches , il y a toujours des exceptions à la règle mais tous les maliens sont pareils , on fait tous des beaux discours mais dès qu’on a le pouvoir on ne pense qu’à se goinfré, le pire de tous c’est la bande de Kati qui la pire parce qu’elle est arrivée dans le pire moment qu’ait connu le Mali depuis l’indépendance mais ça ne les a pas empêcher de s’enrichir.
    C’est un problème de système et non d’Hommes qui malgré tout arrange la majorité des maliens sinon le jour où ça ne sera plus le cas le changement viendra .

  3. 😳 que les jeunes de l’ ADEMA reforment completement ce parti et CHASSENT CES VIEUX INCOMPETENTS ET INCAPABLES ❗

  4. QU EST CE QUE VS AVEZ FAIT POUR L ARMEE
    LARMEE NE PART PAS NUL PART CE ST PERSONNES NON ILS ONT LEUR FAMILLE AUSSI

  5. C’est aujourd’hui que le FDR se rend compte que le retour à la vie constitutionnelle anormale est un piège.
    Je suis vraiment déçu par la capacité d’analyse politique des grands cadres de ce groupement.
    Certes je savais que que les grands parties politiques en Afrique sont des associations d’opportunistes mais au moins un peu de patriotisme.
    Mes respects aux pauvres comme moi, qui ont toujours voté pour vous

  6. Si durant leur gestion passée ils avaient pensé à mettre en place une armée digne de ce nom et mieux équipées nous n’en serons pas là. Ils ont préféré un recrutement à la papi et mami avec à la clé le don de cul,donc des malformés=bande de petits fuyards voilà le résultat.Donc qu’ils nous laissent respirer hein! Wa salam!

  7. c’est lâche et irresponsable de négocier l’avenir de notre grand Mali » Wa Maliba » avec un groupuscules e bandits armés et terroristes.quelle honte, quelle humiliation! maliens nous sommes fiers de l’être mais pas dans le mensonge!
    Ben Zabo « WA MALIBA »: jusqu’à quand vont-ils continuer à enfoncer notre grand Mali dans cette situation malheureuse et honteuse qui n’a que trop duré? réveille-toi peuple malien!
    http://www.lepontlevie.be/Camm/BenZabo/

  8. Décidement les gens du FDR sont sans scrupule. Leur stratégie pour échapper à leur passé et tenter de revenir au pouvoir, a été de récuser l’armée malienne, et de demander vaille que vaille, l’intervention des troupes de la CEDEAO. L’on a encore en memoire leur sinistre marche commune avec leur complice maléfique, le COREN, qui est entrain de faire de la crise du Nord son fonds de commerce. Maintenant en voyant à travers les dernières évolutions de la situation (déclarations de Ban, des USA et autres…), que les perspectives d’une intervention étrangère, s’éloignent peu à peu, alors, ils se rabattent sur l’armée malienne, non pas pour liberer le Nord, car la libération du Nord est le dernier de leur souci, mais pour faire de l’armée malienne le bouc emissaire idéal, et à travers, le gouvernement de Cheick Modibo Diarra, avec l’enlisement programmé de la situation. Cet enlissement dont la communauté internationale avec son attitude actuelle portera une part des responsabilités, en plus de leur part personnelle à travers leur gestion des 20 dernières années. Quant au COREN, il doit savoir que le jour des comptes viendra pour lui aussi. Sinon, comment comprendre que certaines parties des populations du Nord, aient accepté de faire entrer clandestinement les rebelles dans la ville de Gao, en les hebergeant chez elles, et pieger ainsi l’armée malienne et la mettre en deroute. Inchallah, le jour des comptes viendra pour tout cela.

Comments are closed.