Élection présidentielle du 29 avril 2012 :Cheick Boucadry Traoré de la CARE sera investi ce 28 janvier

0
0

Le parti convergence africaine pour le renouveau (CARE- Afriki Lakuraya) a organisé le samedi 14 janvier 2012 à son siège à Badalabougou un déjeuner de presse pour présenter ses voeux aux hommes des médias et partager avec eux  quelques axes majeurs de son projet de société, «Mali sambalanon». La rencontre, présidée par le vice-président Daouda Ali Gatta, qui avait à ses côtés le Secrétaire général Ibrahima Traoré et le secrétaire à la communication Gaoussou Bathily, a permis aux responsables de la CARE d’annoncer l’investiture de leur candidat à Koulouba 2012 pour le 28 janvier prochain

Empêché pour des raisons liées aux cérémonies du quarantième jour du décès de sa mère, le leader de la CARE, Cheick Boucadry Traoré, s’est fait représenter à cette rencontre par le vice-président Daouda Ali Gatta.

    Celui-ci a adressé les voeux les meilleurs du parti aux hommes des médias et à tout le peuple malien avant de focaliser l’essentiel des échanges autour du projet de société du parti. Il précisera que le parti va investir son candidat à l’élection présidentielle du 29 avril 2012 le samedi 28 janvier 2012 au Centre international de conférences de Bamako.

       A propos du projet de société de la CARE, les trois intervenants ont expliqué tour à tour que ce document est le fruit d’un processus appelé  «dantiguè  ani baro» (concertations et conversations) qui a permis de recueillir les préoccupations des Maliens. Pour en sortir une semence extraordinaire et gradifiante, le «Mali sambalanon», le nom donné au projet de société.

     Les principaux défis auxquels le peuple malien fait face, a expliqué Daouda Ali Gatta, portent prioritairement sur quatre domaines : emplois, santé, éducation et agriculture.

    Dans le domaine de l’éducation, la CARE Afriki Lakuraya affirme sa volonté de repenser les politiques d’éducation pour rendre l’école plus performante, accessible aux masses et aux populations démunies (en privilégiant les centres de formation technique et professionnelle).

       «L’école doit être centrée sur le renforcement des capacités. L’éducation au Mali a besoin d’être remise à niveau afin de donner une forte impulsion au développement  du pays», a indiqué le secrétaire général du parti, Ibrahima Traoré.

      Dans le secteur agricole, la CARE ambitionne de faire du Mali le grenier de la sous-région à travers un programme de mécanisation baptisé «Niélé», en hommage à une légendaire paysanne malienne.

        Le parti que dirige le fils du Général Moussa Traoré compte également «démocratiser la santé» à travers la dotation du pays en structures de soins dans tous les villages et hameaux. «Des investissements massifs doivent être faits dans les soins de santé tant de la part du secteur public que privé…», a indiqué Gaoussou Bathily.

    Enfin, l’emploi est qualifié de levier majeur du projet de société de la CARE. Le parti envisage de  faire de la lutte contre la pauvreté et donc contre le chômage une priorité. L’objet essentiel de cette politique est, à en croire le vice-président du parti, le développement humain dans toutes ses dimensions.

Bruno D SEGBEDJI

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.