Les bouffecrates trinquent, les maliens se soûlent !

26

Les bouffecrates trinquent, les maliens se soĂ»lent !PilotĂ©e par Pr Dioncounda TraorĂ©, la transition malienne avait tout mis en Ɠuvre pour que les futures autoritĂ©s, issues d’élections libres  et transparentes, puissent hĂ©riter d’un pays sur les rails. Avec, Ă  la clĂ©, une promesse ferme de 325 millions d’euros d’aide de l’Union europĂ©enne. Mais aussi, l’accord d’Ouagadougou, censĂ© ramener la paix et la sĂ©curitĂ© au nord de notre pays.

Mais une fois aux manettes du pays, les nouvelles autoritĂ©s n’ont Fait qu’à leur tĂȘte. Avec les rĂ©sultats qu’on connaĂźt : un pays  en proie Ă  l’insĂ©curitĂ©,  Ă  la pauvreté  et Ă  la dĂ©sespĂ©rance de ses populations. Plusieurs facteurs expliquent le mĂ©contentement actuel de nos concitoyens, dĂ©sormais, au bord de la crise de nerf.

« Ils ne mourront pas tous, mais tous Ă©taient frappĂ©s ». A l’instar des « animaux malades de la peste » de Victor Idiot, pardon Victor Hugo, notre pays souffre de maux plus graves que la peste : dĂ©tournements impunis des biens publics, corruption, nĂ©potisme, insĂ©curitĂ©, chĂŽmage, pauvretĂ©, une administration plĂ©thorique et incompĂ©tente, une justice Ă  deux vitesses (celle des riches et celle des pauvres), une sociĂ©tĂ© civile amorphe 
.

 

Espoirs déçus

 

Au lieu de faire face Ă  ces flĂ©aux, qui menacent d’hypothĂ©quer l’avenir de 15 millions de Maliens,  les cadres du RPM (Rassemblement Pour le Mali), parti au pouvoir, n’avaient qu’une idĂ©e en tĂȘte, au lendemain de l’investiture de leur mentor : rattraper leur retard,  en accumulant des richesses pour eux, et leur lointaine descendance. D’oĂč les affaires et scandales qui ont Ă©maillĂ© la gouvernance IBK, durant ces deux derniĂšres annĂ©es : Ă©quipements militaires, avion pestilentiel, pardon prĂ©sidentiel, engrais frelatĂ©s
..

Selon le dernier rapport du VĂ©rificateur gĂ©nĂ©ral, prĂšs de 153 milliards CFA ont Ă©tĂ© passĂ©s, en l’espace de deux ans, par les Bouffecrates de la Rue publique ; c’est-Ă -dire, les « Saigneurs de la RĂ©publique », drapĂ©s dans le funeste manteau de « dĂ©mocrate ».

Avec ces diffĂ©rentes affaires, les « gros bonnets de la RĂ©publique » se seraient  tapĂ©s des milliards CFA, pour les uns. Et des centaines de millions de nos francs, pour les autres. Parmi eux, l’un d’eux se serait mĂȘme taillĂ© le luxe  de s’acheter un pavillon au Canada.  Pendant ce temps, sept maliens sur dix peinent Ă  se procurer trois repas par jour. Dans certains quartiers pĂ©riphĂ©riques, la misĂšre est si forte, que certains chefs de famille se voient contraints de quitter, dĂšs l’aube, le domicile conjugal. Parce qu’ils ne disposent pas des 500 ou 1.000 CFA pour faire bouillir la marmite. Autre baromĂštre de la misĂšre actuelle : durant ces deux derniĂšres fĂȘtes de Tabaski, nombreuses sont les familles qui ont dĂ» se  contenter –  Ă  dĂ©faut d’un bĂ©lier –  de deux poulets (parce qu’eux deux disposent de quatre pattes) pour ne pas dĂ©cevoir femmes et enfants.

De mĂ©moire de Malien, la pauvretĂ© n’a jamais frappĂ© autant de concitoyens, y compris des salariĂ©s. Qui peinent Ă  joindre les deux bouts. Parce que, juste aprĂšs les dĂ©penses inhĂ©rentes Ă  la fĂȘte de Tabaski, les parents doivent faire face Ă  celles liĂ©es Ă  la rentrĂ©e scolaire.

Plus grave, la lutte contre la corruption et la dĂ©linquance financiĂšre ne semble plus ĂȘtre le cheval de bataille du « KankĂ©lintigui », qui martelait devant ses concitoyens, en extase, que « Avec lui, Ă  Koulouba, la loi sera la mĂȘme pour tous les Maliens. Et que toute personne, qui  dĂ©tournerait  le dĂ©nier public, devra en rendre gorge ». A en croire IBK, prĂ©sident de la RĂ©publique, prĂšs de 200 dossiers avaient Ă©tĂ© remis Ă  la justice. Mais  aucun n’a Ă©tĂ© jugĂ© Ă  ce jour. Du moins, pas Ă  notre connaissance.

ExceptĂ© quelques  « menus fretins », aucun « Saigneur de la RĂ©publique » n’a Ă©tĂ©, Ă  ce jour, interpellĂ©. Ou emprisonnĂ©, pour rĂ©pondre de ses « crimes » devant la justice, rĂ©putĂ©e « indĂ©pendante de tout, sauf de l’argent sale », selon la formule, restĂ©e cĂ©lĂšbre, de Me Fanta Sylla, ex-ministre de la Justice, Garde des « Sots ».

Ce que le prĂ©sident de la RĂ©publique semble perdre de vue, c’est que les Maliens n’avaient pas votĂ© pour son parti ; mais pour lui, appelĂ© le « KankĂ©lintigui », l’homme de parole. RĂ©putĂ© « une main de fer dans un gant de velours », IBK disposait de tous les atouts pour mettre le pays sur les rails. C’est pourquoi, il avait remportĂ© l’élection prĂ©sidentielle, au second tour, avec un score inĂ©dit de 77,3 %. C’était le 04 aoĂ»t 2013.

Deux ans aprĂšs, la promesse des fleurs ne semble pas tenir celle des fruits. Pendant que les « princes »,  qui nous gouvernent,  se la coulent douce, leurs camarades d’ñge  grossissent chaque jour que Dieu les rangs des chĂŽmeurs. Parce qu’ils ne disposent pas de « bras longs ». Le chĂŽmage des jeunes, avec ou sans diplĂŽme, a franchi le seuil du supportable. La promesse des 2.000 emplois, faite aux Maliens par le gouvernement, restera sans lendemain. PrivĂ©es de conditions favorables pour leur Ă©panouissement, les usines ferment, les unes aprĂšs les autres. Et les investisseurs, surtout ceux de la diaspora, rechignent Ă  investir dans notre pays, Ă  cause de notre  environnement juridique, qui ne leur offre aucune garantie. Et la fonction publique, elle, ne recrute qu’à compte-goutte. S’y ajoute le niveau, on ne peut plus bas, des Ă©tudiants issus de nos universitĂ©s et instituts de formation. Le Mali, notre Mali, est le seul pays au monde oĂč, un Ă©tudiant peut obtenir une maĂźtrise en droit. Sans jamais poser ses fesses (excusez du peu !) sur les bancs de la Fac.

A l’issue du bac 2015, plusieurs Ă©lĂšves ayant obtenu la mention «  Bien » ont vu leur bourse d’études dĂ©tournĂ©e  et vendue. Au profit des enfants de riches, qui n’en ont pas le droit : ils n’ont  ni le mĂ©rite, ni le niveau, pour poursuivre leurs Ă©tudes en Europe.

 

L’insĂ©curitĂ© et les forces du « dĂ©sordre »

 

ConsidĂ©rĂ©e, il y a peu, comme l’apanage des rĂ©gions du nord, l’insĂ©curitĂ© est devenue gĂ©nĂ©rale, voire gĂ©nĂ©ralisĂ©e. Aucune ville, aucun village, aucune rĂ©gion n’est Ă  l’abri de ce flĂ©au. A quel rĂ©sultat pourrions-nous nous attendre, lorsqu’à chaque recrutement, au sein la police, de  la gendarmerie ou de la garde RĂ©publicaine, ce sont les inaptes qui sont retenus. Car, leurs parents auront versĂ© aux recruteurs  quelques malheureux billets pour que leur enfant devienne non pas un agent des forces de sĂ©curitĂ©, capable de dĂ©fendre ses concitoyens, au pĂ©ril de sa vie ; mais des fonctionnaires en uniforme. Dont le seul objectif est de racketter leurs concitoyens.

S’agissant du recrutement de plusieurs centaines de nouveaux gendarmes, un officier de l’Ecole Nationale de la gendarmerie avait indiquĂ©, sur les antennes de la tĂ©lĂ©vision nationale, que « cette fois-ci, il n’y aura pas de favoritisme. Tous ceux qui seront appelĂ©s sous le drapeau doivent ĂȘtre aptes et rĂ©pondre aux critĂšres fixĂ©s par l’avis de recrutement ».

Mais aux derniĂšres nouvelles, les magouilles auraient dĂ©jĂ  commencĂ©. La montagne va-t-elle encore accouchĂ© d’une souris, comme ce fĂ»t le cas, rĂ©cemment, Ă  la police nationale ? wait and see !

 

Le nécessaire changement de cap

 

MĂȘme l’attribution des logements sociaux a tournĂ© court. CensĂ©s mettre du baume au cƓur des populations Ă  faibles revenus, ces logements auraient Ă©tĂ© dĂ©tournĂ©s au profit des  ministres et de  leurs proches. Au grand dam des demandeurs, qui n’ont que leurs yeux pour pleurer. C’est, peut-ĂȘtre, ce qui explique l’absence du prĂ©sident de la RĂ©publique Ă  la remise officielle des clĂ©s. Pourtant, Ă  l’issue du dernier remaniement ministĂ©riel, le ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat, Mr Dramane DembelĂ©, est restĂ© Ă  son poste. Mr Bocari TrĂ©ta, aussi, le sulfureux ministre du DĂ©veloppement Rural, par lequel le scandale de l’engrais frelatĂ© est arrivĂ©.

Une certitude quasi-absolue : les Maliens ne dĂ©sespĂšrent plus ; ils dĂ©sespĂšrent de pouvoir espĂ©rer. Si rien n’est fait pour inverser cette tendance, le rĂ©veil risque d’ĂȘtre brutal ; si brutal qu’il provoquera le vertige. Comme c’est, rĂ©cemment,  le cas,  au Burkina  voisin.

Car, si un gouvernement refuse de s’occuper de ses populations, ce sont ces  populations qui  s’occuperont de lui. Comme c’est le cas
.. au Faso voisin.

Oumar Babi

PARTAGER

26 COMMENTAIRES

  1. Karim Keita fils de IBK a achete des lot a usages d’habitats d’une valeurs de plus de 300 millions chacun.
    Une villa au Canada.
    Avec des millions distribue aux filles de Bamako chez Fifi Doucoure (ex patronne air Ivoire et ex copine a Gbagbo) qui est devenu son “pimp”. Cette dame a meme transforme sa maison en lieu de prostitution pour Karim qui fait labas ses exercices de jeux de jambes en l’air bourgeoises en toute quietude loui des yeux trop genants.

    Voici la democratie chez nous, pire que les regimes dictateurs.

    Mon pays est foutu.

  2. La promesse des 200.000 emplois au lieu de 2.000 ci dessus évoquée par le journaliste.

  3. Mes chers compatriotes. Laisser Ibket ses amis tranquillent car vous meme vous savez que son partti le Rpm veut dire. REVENONS POUR MANGER .
    ils sont venu pour rattraper le retard .
    Je les plains et j’ai Honte pour Mon PAYS le Mali.
    ILS PASSERONS MAIS LE MALI RESTERA. 🙄

  4. 🙄 🙄 🙄 , 😆 😆 😆 , on est bĂȘte et abrouti on devient pire qu’un Ăąne :mrgreen: .
    Pensez vous rĂ©ellement que le chef mafieux – vampire ladji IBK et sa racaille de Rpm 🙄 ❓ . Pour moi Nonnn, tous ces requins, rapaces, crocodiles, coyotes, loups, anacondas et vampires de tous nos partis de politi-chiens et leurs racailles sont la / les causes de tous ceux que vivent les maliens et maliennes. Commencons par AOK et ATT et maintenant IBK.
    Arretez un peu de blamer IBK et son Rpm. Ils sont tous et toutes de mĂȘme pĂšre et de la mĂȘme mĂšre. voilĂ …
    C’est cela la veritĂ© a mon avis et j’y reste coller sans aucune chance de changer d’idĂ©es la dessus. 👿 .
    :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: 😉 .

  5. A mon avis c’est le meilleur article de presse de l’annĂ©e, jusque lĂ  en tout cas. Bravo et du courage! VIVE LE MALI, LES ENNEMIS SERONT VAINCUS!

  6. 😳 alpha- IKATEL
    😳 ATT- ORANGE MALI, MALITEL MAROCOFRANCE
    😳 DIONCOUDA -a voulu forcer ALFA TELECOM-BURKINABE
    😳 le mali et les maliens sont EXPLOITES PAR LA FRANCE ET LES ARABES…

    …PAS IBK OU AUTRES A BLAMER,…VOUS MEMES ,LEVEZ VOUS ENSEMBLE COMME DES H-INTEGRES-BUKINABES…

  7. 😆 ARTICLE BIDON POUR ESPRIT NEGRO ❗
    ➡ CE PAYS EST DANS UNE SITUATION INQUALIFIABLE DEPUIS LA CHUTE DE GMT, PROSTITUE DEPUIS 20 ANS EIL A DEVELOPPE DES ADICTICTIONS NARCOMANES INJECTIONS DE FMI, A TOUT CELA LES VOYOUS FRANCAIS SUPPORTES PAR DES BANQUES ONT ASSOCIE LES BANDITS ARABO-MUSULMANS POUR MIEUX DEVALISER CE PAYS PROSTITUE DEPUIS LE PREMIER JOUR DU CFA ET DE LA BCEAO-MALI AVEC MR.Y.TOURE ❗

    😆 CE QUE IBK N’A PAS ENCORE FAIT AUCUN MALIEN NE L’AURAIT FAIT, SAUF UN REVOLUTIONAIRE,QLQ UN HORS NORME OCCIDENTALE 😆

    💡 SI VOUS CHARGEZ UN HOMME DE FAIRE TOUT CE QUE VOUS DEVREZ ACCOMPLIR TOUS DEBOUT ENSEMBLE,IL DOIT BIEN ECHOUER, VOUS L’AVEZ SOUHAITE, NE LE DEVOREZ DE VOS INSTINCTS DE SACRIFICATEURS SANGSUES SANGUINAIRES.
    LEVEZ VOUS SOUS UN PARTI-“LE MALI” LUTTER CONTRES LES ARABO-MUSULMANS ET LES JUDEOS-CHRETIENS, … ❗

    💡 le monde est large pour se faire emprisonner dans la partie folle,… ❗

  8. Les longs et beaux discours ne sont pas necessaires.Tu ne changes l’etat de la nation et les conditions de vie et de travail du peuple sans changer les politiques publiques.
    Que DIEU Proteges et Benisses le Mali.

  9. Bismil’ahi, rahamane, rahimi LouĂ© soit le Seigneur, Allahoumma çalli alĂą Mouhammadine wa alĂą Ăąli Mouhammadine wa sallim.

    Oui, louanges Ă  Dieu. Sans Lui, aujourd’hui ne serait pas. Un pays de gloire, de lumiĂšre, d’humanisme fĂ©cond au long des siĂšcles , soudain plongĂ© dans les tĂ©nĂšbres d’une nuit, d’une longue nuit noire peuplĂ©e des pires cauchemars, voilĂ  ce dont nous Ă©mergeons.

    Cette vĂ©ritable rĂ©surrection est le fait du Tout-Puissant qui a permis qu’autour de nous se crĂ©Ă©e la plus formidable chaĂźne de solidaritĂ© jamais mise en Ɠuvre dans le monde pour la rĂ©solution d’une crise.

    Que tous ceux qui auront permis ce trĂšs heureux dĂ©nouement trouvent ici l’expression de nos sentiments de trĂšs profonde reconnaissance !

    Une transition qui a dĂ©butĂ© dans des difficultĂ©s de tous ordres, qui a nĂ©cessitĂ© des sacrifices inouĂŻs de la part de ceux qui ont eu la lourde charge de sa conduite. Au premier plan de ces acteurs, chacun comprendra qu’une mention particuliĂšre soit faite Ă  mon trĂšs estimĂ© ainĂ©, le Pr. Dioncounda TRAORE. Grand frĂšre, au jour de la reconnaissance du mĂ©rite, il est sĂ©ant que ton nom brille au fronton de l’édifice national.

    Ton calme olympien lĂ©gendaire, ta grande sĂ©rĂ©nitĂ© dans la tempĂȘte, ton Ă©ternel et inĂ©branlable optimisme auront permis de franchir bien des handicaps.

    La construction du Mali nouveau aura besoin de l’expĂ©rience fabuleuse acquise dans la douleur, la patience, et un courage certain.

    Que tous ceux qui t’ont accompagnĂ© dans cette difficile et dĂ©licate Ă©popĂ©e, trouvent ici notre reconnaissance solennelle de l’Ɠuvre salvatrice accomplie au nom et pour la patrie malienne.

    Vos efforts, Monsieur le PrĂ©sident par intĂ©rim et ceux de vos diffĂ©rentes Ă©quipes malgrĂ© une somme colossale d’énergie dĂ©ployĂ©e dans tous les domaines, n’auraient pu nous conduire Ă  un dĂ©nouement aussi rapide et heureux, sans la magnifique mobilisation d’une chaĂźne de solidaritĂ© inĂ©dite dans l’histoire contemporaine.

    Rendons Ă  CĂ©sar, l’hommage dĂ» par Rome. Notre organisation rĂ©gionale, la CommunautĂ© Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), a trĂšs promptement pris la mesure des enjeux et mis en marche l’ensemble de tout le processus qui aboutira au dĂ©nouement heureux, qui se traduit aujourd’hui par cette cĂ©rĂ©monie de prestation de serment du nouveau PrĂ©sident de la RĂ©publique en ma personne, mettant ainsi fin Ă  une transition dont nul n’aurait pu prĂ©voir le terme il y a seulement un an.

    La suite est dĂ©sormais dans les annales. Comme toujours, il n’y a jamais de crime parfait. Dans notre tragĂ©die, l’élĂ©ment dĂ©clencheur de l’épilogue aura Ă©tĂ© la fatale attaque de Konna par des criminels convaincus d’avoir dĂ©sormais domptĂ© le Temps en leur faveur.

    HĂ©las, trois fois hĂ©las, pour eux ! Les Rafale de François Hollande, fendant le ciel depuis la lointaine base de St Dizier et les Mirage 2000 venant de N’Djamena, dans un souffle dĂ©sormais Ă©pique, ont balayĂ© les prĂ©tentions saugrenues de ceux qui croyaient avoir eu raison du pays de gloire de Soundiata, de Tieba, de Babemba, des Askia, de Firhoun, de Koumi DiossĂ© et d’Ambodedio.

    BientĂŽt, les forces françaises et maliennes, auront Ă  leurs cotĂ©s, nos frĂšres des pays de la CEDEAO, et trĂšs rapidement les hĂ©roĂŻques forces armĂ©es Tchadiennes qui ont depuis Ă©crit une nouvelle page de gloire sur les collines de Tegharhar. Mon rĂ©cent voyage Ă  Iriba, pour saluer le PrĂ©sident Idriss Deby ITNO, au nom de notre peuple reconnaissant, Ă©tait indiquĂ© et je suis sĂ»r que le Mali tout entier m’a accompagnĂ©.

    Tout le reste fut dĂšs lors possible, jusques et y compris, l’incroyable : la possibilitĂ© dĂ©sormais, le pays territorialement libĂ©rĂ©, l’organisation d’élections prĂ©sidentielles dans des conditions fiables et viables, de maniĂšre apaisĂ©e, transparente et crĂ©dible. L’incrĂ©dulitĂ© se nourrissant dans les mĂȘmes auges de l’éternel pessimisme, quant Ă  la capacitĂ© d’organisation et de mĂ©thode, faillit avoir raison de l’engagement d’un nombre important au-dedans comme au-dehors. LĂ  encore, M. le PrĂ©sident par intĂ©rim votre sens de l’honneur et du devoir eut raison de tous les scepticismes.

    Monsieur le PrĂ©sident par intĂ©rim, l’élection prĂ©sidentielle du Mali dont nous cĂ©lĂ©brons ici, aujourd’hui l’aboutissement heureux, trĂšs heureux, aura convaincu le monde entier de la grande maturitĂ© de notre peuple qui a retrouvĂ© le chemin des urnes dĂšs lors que ce chemin lui a semblĂ© dĂ©sormais dĂ©barrassĂ© des embĂ»ches, des malices et autres tripatouillages voire spoliation et mĂ©pris total de ses vrais choix. Le rĂ©sultat, avec l’apothĂ©ose qu’a Ă©tĂ© la visite en ma rĂ©sidence de mon concurrent de la finale, Monsieur Soumaila CissĂ©, a fini de convaincre le monde que dĂ©sormais, il faudra compter avec le Mali. Un Mali sur un socle de lĂ©gitimitĂ© avĂ©rĂ©e, en acier trempĂ©.

    Je puis, Monsieur le Président de la Cour, Mesdames et Messieurs, vous dire que le Président de la République que je suis désormais, grùce à cette confiance massive des Maliennes et des Maliens, fera de ce socle, le départ du renouveau de notre pays dans tous les domaines.

    Ah, Maliennes et Maliens ! J’ai compris votre message. Il m’est allĂ© jusqu’au fond de l’ñme.

    Je prends l’engagement de le traduire dĂ©sormais au quotidien, pour l’Honneur du Mali.

    Pour le bonheur des Maliens !

    Le Mali d’abord !

    La confiance, la grande, la trÚs grande confiance placée en moi ne sera jamais galvaudée.

    Je veillerai désormais à sauvegarder notre peuple, en ses personnes et ses biens.

    La vie du malien vaudra dĂ©sormais son prix inestimable. Aussi voudrais-je ici, solennellement, engager tous ceux qui ont mission et vocation Ă  protĂ©ger et sauvegarder notre peuple, Ă  s’acquitter trĂšs consciencieusement de leurs missions.

    C’est le lieu, chers compatriotes, de vous dire ma rĂ©volte et mon indignation tout en m’inclinant avec la plus grande piĂ©tĂ© et une compassion rĂ©elle sur toutes les victimes rĂ©centes de la cupiditĂ© de certains et que des eaux maitrisables ont emportĂ©es, les arrachant Ă  notre pays et aux leurs.

    Une enquĂȘte approfondie devra Ă©tablir sans tarder toutes les responsabilitĂ©s Ă  l’origine de la tragĂ©die rĂ©cente.

    Il en sera désormais ainsi en République du Mali, inch Allah !

    Il en sera de mĂȘme pour les contrĂŽles routiers et de la circulation routiĂšre auxquelles je porterai une attention particuliĂšre.

    Trop de maliens perdent encore la vie sur nos routes.

    Mesdames, Messieurs,

    Cela pour vous dire que pas un instant, je n’oublierai que vous m’avez hissĂ© lĂ  oĂč vous m’avez placĂ© pour prendre soin de tous les aspects de notre vie.

    La rĂ©conciliation nationale demeure la prioritĂ© la plus pressante. DĂšs demain, nous enclencherons les actions appropriĂ©es pour forger des solutions robustes en vue d’une paix durable afin que nous sortions dĂ©finitivement de la rĂ©pĂ©tition cyclique des crises dans le Nord du pays.

    Je veux rĂ©concilier les cƓurs et les esprits, rĂ©tablir une vraie fraternitĂ© entre nous afin que chacun dans sa diffĂ©rence, puisse jouer harmonieusement sa partition dans la symphonie nationale.

    Je veux rassembler toutes les composantes et toutes les gĂ©nĂ©rations de la sociĂ©tĂ© malienne, mobiliser les talents, et les efforts en vue de l’avĂšnement d’une sociĂ©tĂ© nouvelle basĂ©e sur l’Excellence.

    Je veux rassembler les Maliennes et les Maliens, pour que triomphent la Justice et l’EquitĂ© sans lesquelles il n’est pas d’avenir viable pour une Nation.

    A cet effet, en tant que PrĂ©sident de la RĂ©publique, je m’attellerai sans relĂąche Ă  restaurer l’AutoritĂ© de l’Etat.

    Nul ne sera au-dessus de la loi. Elle s’appliquera de maniĂšre Ă©gale Ă  tous. Je mettrai fin Ă  l’impunitĂ©, aux passe-droits qui sont Ă  l’origine du dĂ©voiement des institutions judiciaires et Ă©tatiques.

    La restauration de l’autoritĂ© de l’Etat se conjuguera avec une lutte sans rĂ©pit contre la corruption qui inhibe notre capacitĂ© Ă  sortir du sous-dĂ©veloppement Ă©conomique et social.

    En tant que PrĂ©sident de la RĂ©publique, je veillerai Ă  la bonne gestion des deniers publics. Je mettrai en place les mĂ©canismes appropriĂ©s pour assurer la transparence et l’efficacitĂ© de la dĂ©pense publique. Nul ne pourra s’enrichir de maniĂšre illicite sur le dos du Peuple Malien.

    Je bùtirai avec le concours de tous, un Etat fort, impartial, qui sera totalement dédié au service du Bien-Etre moral et matériel de la Nation Malienne.

    Mesdames et Messieurs,

    Mes chers compatriotes,

    J’Ɠuvrerai pour que les Maliens retrouvent foi en l’avenir, qu’ils aient confiance dans leur futur et le futur du Mali et de l’Afrique.

    Rien de grand ne peut réussir sans sacrifices.

    Il faut accepter de tendre la main à l’autre afin de bñtir ensemble un Mali nouveau qui sera en mesure d’apporter une contribution significative à l’unification de l’Afrique au cours de ce siùcle.

    Nos atouts sont innombrables. Le peuple Malien est ingĂ©nieux, travailleur, il recĂšle en lui une formidable Ă©nergie et d’énormes potentialitĂ©s. Il est prĂȘt Ă  assumer pleinement son destin. Il veut Ă©crire une nouvelle page de son histoire.

    Elle sera, inch’ Allah, toute de gloire !

    Vive la RĂ©publique !

    Vive le Mali Ă©ternel !

  10. “Car, si un gouvernement refuse de s’occuper de ses populations, ce sont ses populations qui s’occuperont de lui. Comme c’est le cas
.. au Faso voisin.”

    Je souhaite vivement que cela arrive a IBK le traitre….

  11. fĂ©licitation monsieur Oumar Babi, en attendant que Takiou n’Ă©crive le contraire!

  12. “…Les bouffecrates trinquent, les maliens se soĂ»lent !PilotĂ©e par Pr Dioncounda TraorĂ©, la transition malienne avait tout mis en Ɠuvre pour que les futures autoritĂ©s, issues d’élections libres et transparentes, puissent hĂ©riter d’un pays sur les rails. Avec, Ă  la clĂ©, une promesse ferme de 325 millions d’euros d’aide de l’Union europĂ©enne. Mais aussi, l’accord d’Ouagadougou, censĂ© ramener la paix et la sĂ©curitĂ© au nord de notre pays….”
    OUI T’AS RAISON! DIONCOUNDA ET LA TRANSITION AVAIT MIS LE PAYS SUR LES RAILS. AU LIEU D’Y ATTELER UN MOTEUR POUR LE TIRER VERS LE DEVELOPPEMENT, LES AUTORITES ACTUELLES L’ONT SURGARGE, SUSCITANT UN AUTRE “DERAILLEMENT”

Comments are closed.