Les malheurs de Mariko à Koutiala

2 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Au moment où le maintien de Dioncounda Traoré comme président de la transition semble accepté par l’armée, des partis et associations politiques ont leurs propres idées.

A Koutiala, plusieurs partis et associations (CNID, MP22, Yelema, etc.), regroupés en un Collectif des Forces du Changement, ont annoncé leur soutien au capitaine Sanogo pour devenir président de la transition. C’était le 22 décembre, à la faveur d’une conférence retransmise en direct par la radio Equité de Koutiala. La conférence était animée par Sékou Téréta du CNID. Après la conférence, un bureau du Collectif a été mis en place dans les locaux de la radio Kayira de Koutiala en vue de préparer la visite du capitaine Sanogo à Koutiala, visite qui a été annoncée pour le 2 janvier 2013. Les organisateurs, toute la journée du mardi 1er janvier, n’ont cessé d’appeler la foule à sortir pour accueillir au stade mucicipal de Koutiala le capitaine Sanogo qui, a-t-on dit, serait accompagné d’Oumar Mariko, chef de Sadi. Mercredi 2 janvier, une foule des grands jours prend d’assaut le stade. Ceux qui n’ont pu avoir de place dans le stade s’installent le long du chemin qui y conduit, espérant au moins voir le capitaine passer. A l’heure dite, stupéfaction ! C’est Oumar Mariko et une délégation d’inconnus qui font leur entrée dans le stade. Pas de capitaine en vue! La foule, croyant que l’officier attend quelque part et ferait bientôt son entrée en scène, patiente. Oumar Mariko annonce alors que compte tenu de son programme chargé, le capitaine Sanogo n’a pu faire le déplacement de Koutiala. Douche froide générale. Le stade se vide comme par enchantement. Seuls restent sur place les plus fidèles militants de Sadi qui prêtent une oreille distraite au discours de Mariko. « Nous étions venus voir le capitaine Sanogo et non des hommes politiques que ne font que raconter leur vie depuis 20 ans! », commentent plusieurs personnes de retour à la maison.Certains pensent que les organisateurs ont utilisé le nom du capitaine pour draîner la foule au stade et que celui-ci n’a jamais promis de se rendre à Koutiala.

En tout cas, déterminés à faire du capitaine Sanogo le futur président du Mali, les membres du Collectif ont mis en vente des cartes de soutien à Sanogo, vendues à 500 FCFCA l’unité; ils continuent, malgré le fiasco du meeting, de diffuser des spots de soutien à Sanogo sur les radios locales. Samedi dernier, Radio Kayira de Koutiala avait promis une interview du principal organisateur du meeting, Oumar Kéita, membre de Sadi, afin de donner des explications aux Koutialais déçus.

Le secrétaire politique de Sadi blessé par balles

 

Coïncidence troublante, le secrétaire politique du bureau Sadi de Koutiala, Sidiki Diabaté, a été agressé, vendredi soir, par des inconnus armés; sa moto Jakarta a été emportée; lui-même a été blessé par balles. La police de Koutiala semble privilégier la piste de l’attentat criminel plutôt que celle du crime politique.

 

Abdoulaye Guindo

SOURCE:  du   7 jan 2013.    

2 Réactions à Les malheurs de Mariko à Koutiala

  1. diamond1

    Abdoulaye Guindo, pour diminuer la honte que vous jettent les lecteurs, je vous offre ce commentairet.