Les pro-putschistes à propos de la démission des deux responsables : “La COPAM débarrassée des syndicalistes affairistes se renforce”

4

Après avoir débarqué deux de ses responsables, Hamadoun Amion Guindo et Adama Traoré, pour trahisons et affairisme, les responsables de la Coordination des organisations patriotiques du Mali  (COPAM), avec à leur tête le nouveau président par intérim, Pr Younouss Hamèye Dicko, ont annoncé s’être délesté de l’ivraie et accueilli de nouvelles entités. C’était au cours d’une conférence de presse animée le samedi 8 septembre à la CCIM.

Younouss Hamèye Dicko,(micro) président par intérim

Avec des responsables comme Pr Younouss Hamèye Dicko, Mohamed Cheick Tabouré, Me Mamadou Gakou, Dr Bokary Diallo, la COPAM énonce qu’elle devient plus forte après l’exclusion, la veille, des deux «syndicalistes affairistes, imposteurs, traitres». Nous vous proposons la déclaration rendue publique.

Le bureau de la coordination des organisations patriotiques du Mali (COPAM) informe l’opinion publique malienne, africaine et internationale que M Hamadoun Amion Guindo n’est plus le président de la COPAM.

De même, l’opinion et les autorités maliennes sont priées de prendre bonne note que le sieur Adama Traoré n’est plus le représentant de la COPAM au sein du Comité technique et du comité d’organisation de la concertation nationale. Les deux sont destitués de leur poste par suite de leur propre désertion des rangs de la COPAM au motif qu’ils refusent de se soumettre à la dénonciation et à la sanction unanime de leur gestion antidémocratique et affairiste de la coordination.

Après leur trahison avérée de la lutte pour la concertation nationale et la série de manœuvres de racolage de CV qu’ils ont étalées au cours de la formation du gouvernement d’union nationale, ils ont tenté en vain de diviser les rangs de plusieurs regroupements composant la COPAM aux fins d’affaiblir cette dernière et la scissionner au profit de leurs commanditaires.

Ils ont lamentablement échoué devant la ferme condamnation de la coordination qui a décidé non seulement d’élargir la COPAM aux nouveaux regroupements qui ont animé son combat, instaurer une présidence tournante en son sein et élaborer un règlement intérieur pour désormais tirer les leçons de l’expérience et baliser la gestion démocratique de la coordination. Amion et Adama totalement isolés et décriés n’avaient plus d’autre choix que de chercher le salut en prenant les jambes  à leur cou. A cet effet, Amadoun et Adama, soucieux de trouver un nouveau masque pour de nouvelles escroqueries en tous genres (politiques comme financières) se sont souvenues de l’existence de leur regroupement d’origine, la COPADEM. Ils l’ont ranimé juste le temps de proclamer un chantage contre les partis politiques en général et se donner les apparences de nouveaux défenseurs de la société civile.

C’est au nom de cette démagogie qu’ils ont eux deux quitté la COPAM en faisant croire que l’organisation ne peut se doter d’un règlement intérieur car ce serait enchaîner la société civile aux partis politiques alors que la concertation nationale arrive et que l’existence de la COPAM s’arrêtera bientôt ! Cette nouvelle fraude a été de nouveau unanimement démasquée et rejetée. Le fait est que les syndicalistes affairistes Amion Guindo et Adama Traoré se sont rendus coupables de forfaits et de trahisons que l’on n’a  jamais vu chez les pires partis politiques de ce pays !

Aussi la démagogie anti-parti ne trompera personne. La COPAM est désormais débarrassée de ceux qui avouent qu’ils sont allergiques aux règles de fonctionnement démocratique. C’est tant mieux !

La coordination de la COPAM constituée par le MP 22, l’ADR, le RPDP et la COPADEM est désormais élargie et renforcée par les regroupements CAPAC, CAP-Mali, le MTT,  Yéréwoloton, le CNMACS-CNRDRE et le JMC. Le vice-président Younouss Hamèye Dicko de l’ADR est chargé d’assurer la présidence intérimaire du bureau de la coordination jusqu’à la fin de la restructuration. La COPAM débarrassée des imposteurs continue et se renforce.

Bruno D SEGEBDJI

Après la radiation d’Amion Guindo et Adama Traoré de la COPAM :

L’organisation ne reconnait pas les ministres, Boubacar Hamadoun Kébé et Bréhima Tolo

La formation du gouvernement d’union nationale, le 20 août dernier, a crée des frustrations  au sein des membres de la coordination des organisions patriotiques du Mali (COPAM), un regroupement pro-putsch. Et cela est dû à une trahison, selon certains responsables de cette organisation  qui disent que les six CV remis au président Hamadoun Amion Guindo,  sur la demande du président de la République par intérim Pr Dioncounda Traoré, ont été simplement mis  dans les tiroirs. Et le président, Amion Guindo et Adama Traoré, ont constitué une liste de leurs proches dans  laquelle on pouvait lire les noms suivants : Guindo, Togo, Tembely, Dolo, Kébé et autres.

Selon une source digne de foi, Hamadoun Amion Guindo n’est plus qualifié pour diriger la coordination des organisations patriotiques du Mali (COPAM) Les noms fournis par les différentes organisations du regroupement n’ont  pas été envoyés à la primature pour le choix des ministrables. Les présidents, Hamadoun Amion Guindo et Adama Traoré ont envoyé une liste de leurs proches qui n’ont  participé à aucune activité de la Copam. C’est sur cette base que les sieurs Boubacar Hamadoun Kébé et le jeune Bréhima Tolo respectivement ministre de la culture et des postes et des nouvelles technologies figurent au sein du gouvernement Cheick Modibo Diarra II au nom de la COPAM.

Selon la même source c’est le lendemain de l’annonce du gouvernement que certains responsables  sont rendus chez le premier ministre, Cheick Modibo Diarra, et le capitaine Amadou Haya Sanogo. Dans le but de mieux comprendre comment, Boubacar Hamadoun Kébé et Bréhima Tolo ont été nommés au nom de la COPAM.

La raison est  que les noms  de ceux-ci  ne figuraient pas  sur la liste remise à Hamadoun Amion Guindo et Adama Traoré, pour être envoyée à la primature. Et c’est au cours des investigations auprès des hautes autorités que les choses ont été clarifiées, à savoir que la liste envoyé à la primature n’était pas  la liste convenue  au sein du regroupement. Hamadoun Amion Guindo et Adama Traoré ont été pris pour en flagrant délit de  trahison par   leurs associés.

Les deux dirigeants respectivement, président et vice- président de la COPAM on été démis de leur fonction, le 7 septembre dernier, pour haute trahison. Les nouveaux responsables de la coordination des organisations patriotiques du Mali ne reconnaissent pas les ministres, Boubacar Hamadoun Kébé et Bréhima Tolo, comme leurs représentants dans le gouvernement d’union nationale. Et ils qualifient ceux-ci  de      ” ministres Hamodoun Amion Guindo et non de la COPAM “. Après la radiation de Hamadoun Amion Guindo et Adama Traoré de la COPAM, il reste à avoir si  ces  deux ministres Vont restés ou seront démis de leurs fonctions ?

Cléophas TYENOU

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Great goods from you, man. I’ve understand your stuff previous to and you are just extremely great. I really like what you have acquired here, really like what you’re stating and the way in which you say it. You make it enjoyable and you still care for to keep it wise. I can’t wait to read much more from you. This is actually a tremendous site.

  2. C’est cela la démocratie, il ne faut jamais cautionner les dérives des chefs. le contrôle citoyen doit être de rigueur à chaque fois que cela est nécessaire.

    Félicitations aux membres de cette organisation.

    Les nouveaux dirigeant doivent savoir qu’ils auront le m^me sort si jamais ils dérivent des objectifs démocratique du groupement.

    Que Dieu nous sauvegarde.

  3. J’avais compris que les deux tricheurs étaient écartés mais en aucun moment on a parlé d’exclusion… A moins qu’ils s’excluent tout seuls car ils ont vu qu’ils ne peuvent plus magouiller au sein de la COPAM. Ils auraient dû démissionner s’ils avaient un grains de dignité. Ils ont eu du mal à manipuler les partis politiques !!! Cette paire a quand même réussi à garder deux ministres au sein du GUN!!! Les regroupements de la COPAM comme l’ADR et le MP22 sont bien gentils de ne pas réclamer l’annulation du choix des deux ministres syndicalistes. Bon vent à la Copam qui a eu la sagesse de se doter d’un règlement et dont les futurs présidence sera tournante… 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

Comments are closed.