Les Pur investissent Poulo : «Le Tournant Générationnel en marche»

0
1

Sikasso a abrité, ce week-end, le premier Congrès ordinaire de la CODEM et la Convention d’investiture des PUR à l’issue desquels Poulo a été officiellement investi pour briguer la magistrature suprême.

Les 2, 3 et 4 mars sont des dates à retenir pour le peuple du parti Convergence pour le développement du Mali (CODEM) et ses alliés des Partis unis pour la République (PUR). Ces jours ont été mis à profit par le parti du jeune député, Housseïni Amion Guindo, pour tenir à Sikasso le tout premier Congrès ordinaire de ce parti, né seulement le 24 mai 2008. La cérémonie d’ouverture s’est déroulée dans la grande salle de spectacles Lamissa Bengaly, laquelle a refusé plus de la moitié des participants. Les délégués étaient venus de toutes les régions du Mali, y compris des cercles en feu comme Kidal, Tessalit, Aguel Hoc, Ménaka, etc. Sur fond d’animation culturelle, cette première rencontre a connu trois principales interventions.
Le premier à intervenir fut Daouda Mallé, secrétaire général de la section Codem de Sikasso, qui, après son mot de bienvenue, a fait l’état des lieux du parti. Mais auparavant, il a tenu à rappeler que le choix de Sikasso est hautement symbolique et politique parce que cette cité a été la capitale d’un des plus grands royaumes du pays, le foyer de la résistance coloniale, le témoin et guide des premiers dirigeants politiques du Soudan puis du Mali. Sikasso a aussi «accepté de recevoir et d’accompagner les premières intentions politiques» des présidents démocratiquement élus. Il va de soi donc que Sikasso soit la rampe de lancement du président de la Codem. Ce parti est la deuxième force locale après le PASJ, selon M. Mallé. Comptant 11 maires et 182 conseillers, il est présent dans les quarante trois communes à travers 47 sous-sections. La Codem est également représentée dans tous les démembrements communaux de la CENI «Commission électorale nationale indépendante) et en assure la présidence locale.
Pour conclure son intervention, le secrétaire général de la section Codem de Sikasso a rassuré les forces armées et de sécurité du soutien de son parti et salué « leur bravoure».
C’est par un vibrant hommage aux Forces armées et de sécurité à ses «camarades disparus», en particulier Mamadou Magnan Diakité, que le président de la Codem, Housseïni Amion Guindo, député à l’Assemblée nationale, a introduit son discours. Après une minute de silence en la mémoire de ceux-ci, il a rappelé que son parti n’est vieux que de 3 ans, 9 mois et 7 jours. Et que, depuis sa création, il n’a cessé de grandir «et de conquérir le cœur et l’esprit des Maliennes et des Maliens en raison certainement de la grandeur de sa vision, de la force et la pertinence de ses convictions». Il reconnait que si la quenouille (symbole du parti) s’est enflée vertigineusement, «c’est grâce aux femmes et aux jeunes» qui ont toujours répondu présents à toutes les occasions.
Un «nouvel ordre moral, politique, économique et social » est nécessaire. C’est pourquoi Poulo a fondé son projet de société «sur des valeurs à la sauvegarde et à la promotion desquelles » la Codem et lui-même sont et resteront toujours attachés. Il s’agit, selon lui, du devoir d’éducation des jeunes pour que l’école soit un haut lieu de construction du citoyen modèle que le peuple malien appelle de tous ses vœux depuis 20 ans. Son programme politique entend aussi faire récompenser le travail bien et dignement fait, promouvoir le mérite et l’égalité des chances, valoriser les religions et faire respecter les ministres du culte, renforcer le sens de l’hospitalité par le respect des droits, libertés et biens de l’étranger. Poulo n’oublie pas la défense nationale qui «ne doit pas être l’affaire des seuls militaires» mais l’œuvre conjuguée de tous et de toutes car «sans armée forte pas de nation forte».
Après avoir salué les efforts et le bilan décennal du président ATT, Poulo a laissé la parole aux représentants des partis alliés et invités. Ils ne tariront pas d’éloges sur la Codem et son président qui, selon le président des PUR, Abdoulaye Amadou Sy, est le choix le plus rationnel et objectif du regroupement.
Les congressistes ont, le lendemain, poursuivi leurs travaux en commissions. Travaux à l’issue desquels le bureau national de la Codem a légèrement changé de configuration et s’est agrandi pour faire de la place aux nombreux adhérents venus grossir les rangs du parti. En particulier, l’Association 22 septembre dirigée par Me Harouna Toureh (Us-Rda) et Souleymane Makamba Doumbia (Bdia), tous deux précédemment membres de la fusion Um-Rda.
Le dimanche 4, ce fut l’apothéose au stade omnisports Babemba où, devant des dizaines de milliers de militants et sympathisants, Housséni Amion Guindo a été officiellement investi par ses camarades des PUR.
Comme l’on dit de nombreux intervenants, il reste maintenant à préparer la conquête de Koulouba. Et Poulo et ses camarades ne doutent pas, un seul instant, de leurs chances d’accéder à la présidence de la République si les élections sont libres et transparentes.
Cheick Tandina
Envoyé spécial à Sikasso

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.