Les responsables du CNAS FASO hèrè à propos des pourparlers d’Alger : “Nous rejetons sans réserve le document de synthèse proposé par la médiation internationale”

1
Les responsables du CNAS FASO hèrè à propos des pourparlers d'Alger
Les responsables du CNAS FASO hèrè lors de la conférence de presse

Le document de synthèse proposé par la médiation internationale, les graves malversations financières entourant l’acquisition du second avion présidentiel et les marchés du ministère de la Défense nationale, les récents développements de la maladie à virus Ebola au Mali et enfin les évènements politiques au Burkina Faso sont les sujets auxquels le bureau politique national de la Convention nationale pour une Afrique solidaire-Faso Hèrè ( CNAS Faso hèrè) a apporté des réponses et proposé des pistes de solutions dans le souci de sauvegarder les intérêts du peuple malien et l’unité africaine.

Face à la presse,  le mardi dernier, à son siège et en présence de son président, Soumana Sako, les responsables de la Convention nationale pour une Afrique solidaire-Faso Hèrè, à savoir Soumana Tangara, Secrétaire général du parti, Ibrahim Wologuem, membre du bureau politique national (BPN) Mme Traoré Tiédo Ba, membre du BPN, Pr Edmond Dembélé, Secrétaire politique du parti ont d’emblée rejeté sans réserve le document de synthèse proposé par la médiation internationale au gouvernement du Mali. Pour ces responsables les solutions de sortie de crise proposées par les médiateurs au gouvernement malien ne sont rien d’autre que le programme politique du MNLA, d’Ayad Ag Ghali et de leurs commanditaires étrangers parce qu’expurgé des mots ”  autonomie “, ” fédération ” et ” confédération ” et par la mention purement formelle du caractère républicain et laïc de l’Etat. Ce qui, à leurs yeux, viole la Constitution du Mali. A en croire les conférenciers, le document de synthèse des médiateurs tout comme le mémorandum du gouvernement n’exigent pas que soient lancées des poursuites judiciaires contre les auteurs et commanditaires des graves crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis et qui continuent d’être commis dans le septentrion malien.

Face à ces développements porteurs de gros dangers pour l’avenir démocratique et républicain de l’Etat, le CNAS Faso hèrè lance un appel pressant à la mobilisation générale de toutes les forces patriotiques, progressistes, démocratiques et républicaines ainsi qu’à la vigilance des pays frères et amis pour faire échec au plan diabolique visant à détruire le Mali en tant que République démocratique, laïque et unitaire.

En ce qui concerne, les graves malversations financières entourant l’acquisition du second avion présidentiel et les marchés du Ministère de la Défense nationale, le BPN du CNAS Faso hèrè a exigé dès le 26 septembre dernier, la prise de sanctions politiques, administratives et pénales contre toutes les personnes physiques ou morales impliquées de près ou de loin dans le scandaleux scénario du bien public. Par ailleurs, le BPN du parti demande à ce que le président de la République s’adresse publiquement et solennellement à la nation afin d’éclairer sur son rôle réel et sa part éventuelle de responsabilité personnelle dans la conception et l’attribution des contrats et marchés sulfureux dénoncés par la Cour suprême et le Vérificateur général.

Au chapitre de la crise Ebola au Mali, le parti exige qu’une suite judiciaire appropriée soit donnée aux résultats de l’enquête ordonnée par le président de la République à l’encontre de toutes les personnes physiques ou morales , y compris l’Institut Pasteur et ses responsables, impliqués dans l’imbroglio ayant abouti à la mise en danger de la vie de la nation.

Le CNAS Faso hèrè invite les maliens à rester calmes et à observer scrupuleusement les consignes données par les autorités médicales et sanitaires à tous les niveaux.

Par rapport aux évènements politiques du Burkina Faso, le BPN salue les forces patriotiques, républicaines et démocratiques du Burkina Faso pour leur héroïsme. Par ailleurs, il demande aux nouvelles autorités d’honorer les mandats d’arrêt lancés par le gouvernement malien contre les leaders du MNLA, et du HCUA/Ançar Eddine qui avaient trouvé refuge à Ouagadougou.

Falé COULIBALY

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

Comments are closed.