L’Homme politique de l’année :Soumaïla Cissé dit Soumi Champion

0
0

L’année 2011 a été riche en exposition : ” m’as-tu vu ? je suis candidat à la présidentielle “. Ils sont venus de partout, même des Etats-Unis d’Amérique, et on y compte de véritables poids lourds : anciens Premiers ministres, Président de l’Assemblée Nationale, Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali et de surcroît Président du Conseil Economique, Social et Culturel, Fils et beau fils d’un ancien Président de la République… Mais qu’ont-ils fait chacun de positif et à quelle échelle pour gagner le championnat 2011 ?

                C’est vrai que ces hommes ont tous du mérite. Pourtant, de ce lot, en fondant nos assertions sur leurs réalisations, un homme se détache par son bilan et son talent de bâtisseur : Soumaïla Cissé. Un homme d’exception

Avant de présider la Commission de l’UEMOA, Soumaïla Cissé avait certes fait ses preuves comme Secrétaire Général de la Présidence, ministre des finances puis ministre de l’Équipement, de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et de l’Urbanisme. Mais c’est à la tête de l’UEMOA que Soumi a prouvé qu’il est un homme d’exception notamment en cette année 2011. Ce qui a été révélé à la face du monde lorsqu’il s’est agi de sa succession. Car si en venant à l’UEMOA aucun Président des pays de l’Union n’a manifesté la moindre opposition, son départ fut reporté des mois de suite avant de susciter un véritable combat pour la succession. Le Niger propose M. Mahaman Annou Badamassi, l’ancien ministre de l’économie et des finances, puis M. Abdallah Boureima. Pour sa part, le Sénégal propose El Hadj AbdouSakho, puis l’ancien Premier ministre Hadjibou Soumaré. En vérité, s’il avait été question d’un troisième mandat pour Soumi, qu’il a d’ailleurs amorcé malgré lui-même et sur une demande collective, tout irait comme sur des roulettes. Plusieurs Burkinabé ont d’ailleurs exprimé que s’ils devaient voter, Soumi passerait dès le premier tour. Qui d’autre peut se prévaloir d’une telle confiance, d’un tel mérite à quelque niveau que ce soit?

                Rappelons que le 30 mai 2011 au sommet des chefs d’Etat de l’UEMOA à Lomé, Soumaïla Cissé en fin de mandat depuis janvier, n’avait toujours pas eu de remplaçant, et a reçu tous les honneurs pour sa brillante et efficace contribution à donner de l’embonpoint à l’UEMOA.

Une compétence avérée

                “ Soumaïla Cissé a ouvert plusieurs chantiers “, vient d’avouer à Koulouba son successeur qui a tenu à le féliciter de vive voix. Il s’agit de Cheick Hadjibou Soumaré, venu remercier le Président Att pour sa nomination à la tête de la Commission de l’Uemoa.

                En effet, Soumi détient à son actif la réalisation de projets concrets pour une visibilité du processus d’intégration et la modernisation de la gouvernance de l’Union. Dans ce sens, on peut évoquer deux types d’actions : d’une part, celles qui ont porté sur la modernisation de la gestion et de la gouvernance de l’Union et, d’autre part, celles qui ont porté sur l’exécution des chantiers de l’intégration.

                Pour le premier type d’actions, l’objectif était d’améliorer la gestion administrative et financière des Organes et, particulièrement, de la Commission. Les outils prenant appui sur les technologies de l’information et de la communication ont été mis en place, comme le plan stratégique de développement informatique avec la sécurisation des outils et infrastructures informatiques, la conception du logiciel de gestion financière PHEB, d’un intranet interactif, l’acquisition du progiciel de gestion du courrier “élise “, de même que la modernisation de la gestion de la documentation et des archives avec la mise en oeuvre des outils de numérisation et de la Gestion Electronique des Documents.

                Un nouveau règlement financier et un nouveau Statut du personnel ont été adoptés et le processus de renouvellement du personnel a été lancé avec le programme ” Cadres juniors “. Par ailleurs, dans le souci de faire de l’administration de la Commission un service rapproché des populations, des bureaux de représentation ont été mis en place dans tous les Etats membres et à Genève et un important programme de rénovation ou de construction des sièges des différents Organes a été lancé, notamment, la Cour de Justice, la Cour des Comptes et la Commission à Ouagadougou, le futur Parlement de l’Union à Bamako, la Chambre Consulaire Régionale à Lomé, les bureaux de représentation de la Commission à Bruxelles et à Bissau. L’objectif étant de permettre à ces Organes de disposer d’infrastructures modernes pour l’accomplissement de leurs missions.

                En ce qui concerne le second type d’actions, à savoir l’exécution de chantiers, nous retiendrons notamment le Programme Economique Régional rendu opérationnel sur la période 2006-2010 avec plus de 80 % de projets qui sont exécutés, dont ceux des forages et de l’aménagement hydro agricole dans l’Office du Niger. Naturellement, les principaux projets ont été puisés dans les grands axes définis par les différents programmes et politiques déjà adoptés, notamment les politiques communes dans les domaines de l’agriculture, des mines, de l’industrie, de l’énergie, du tourisme, de l’environnement, et les programmes communs en matière de transports, d’aménagement du territoire, de l’enseignement supérieur, de la santé, de la promotion de la femme, etc. De même ont été complétées et accélérées les modalités de jouissance effective des libertés de circulation des personnes, des biens et le droit d’établissement.

                Bref, dans l’ensemble, le souci a surtout été de répondre, de façon rapide, aux besoins et attentes des populations et des Etats, particulièrement en matière d’infrastructures et lorsque surviennent des catastrophes naturelles, comme les inondations ou pour pallier les effets de crises internationales, comme la crise financière et économique ou celle de la hausse des prix des produits alimentaires. C’est l’esprit même de la solidarité qui caractérise l’Union et en constitue un de ses fondements, ainsi que la complémentarité.

                Aussi, l’Union est restée à côté de la Guinée-Bissau qui a traversé plusieurs crises et elle est intervenue pour aider ce pays à sortir des difficultés qu’elle rencontrait. Un programme spécial d’appui à la Guinée-Bissau a d’ailleurs été conçu et mis en oeuvre.

Homme politique éclairé

                Candidat malheureux à la présidentielle de 2002, Soumaïla Cissé malgré les coups bas a fait preuve de sagesse et de clairvoyance en mettant l’intérêt supérieur de la Nation au-dessus de tout. Pas question d’opposition radicale ou destructive, il a pris son mal en patience, et sagement, au lieu de se présenter à la présidentielle de 2007, il viendra battre campagne aux côtés de Att. Et tout au long des deux mandats de ce dernier, il prend bien soin de ne pas interférer dans les joutes politiques internes au Mali et se consacre exclusivement au développement de la sous-région. Lorsque ses partisans ont voulu faire de son retour une véritable fête, de l’aéroport jusqu’au Palais des congrès ou au stade du 26 mars, il a exquivé cette démarche en venant d’abord remercier Att et le Mali qui l’avaient envoyé en mission, donc rendre compte d’abord de cette mission, faire preuve de reconnaissance. Après quoi, il s’est plié en second lieu à l’accueil à lui réservé par ses partisans et amis dans la famille paternelle. Une preuve d’humilité et de clairvoyance.

                Toujours pour parler de vision politique éclairée, Soumi a établi la vision Uemoa 2020, comme quoi, pour deux mandats après lui, l’Union a déjà un instrument efficace de sa promotion, de son devenir. Oui, avec Soumi, l’Uemoa est bien debout pour longtemps.

                Cet homme là ne mérite-t-il pas le trophée de Champion 2011 ?

Mamadou DABO

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.