Libreville : la salle de 7.000 places pleine à craquer

0

C’est à Libreville, capitale du Gabon, que le candidat a reçu le plus grand accueil. C’était le 24 juin, vers 16h 30mn sous une tente géante de 7.000 places, érigée au quartier ‘‘camp de Gaulle’’.

 

 

Aéroport Léon Ba de Libreville, lundi 24 juin, 11h 20mn. C’est toute la communauté malienne, au presque, qui s’est donnée rendez –vous dans le salon de l’aéroport pour accueillir celui que tout le monde s’accorde à appeler, ici « Soumi-solution ». La file de voitures s’étendait sur 300 mètres. Pour rallier l’hôtel ‘‘Méridien’’ de Libreville où, notre délégation a pris ses quartiers, notre cortège avait mis plus de 2 heures d’horloge.

 

 

Après un déjeuner copieux, nous rallions –à bord de véhicules 4×4 flambant neufs –le ‘‘Camp de Gaulle’’ où, la tente de 7.000 places érigée pour abriter le meeting refuse du monde.

C’est à 16h 30mn que Soumaïla Cissé entre dans la salle, les bras levés en forme de ‘‘V’’, celui de la victoire. Tonnerre d’applaudissements.

 

 

Après l’hymne de l’URD et une minute de silence observée à la mémoire des soldats tombés sur le champ d’honneur, place aux choses sérieuses.

 

« Soumaïla Cissé n’est pas un candidat comme les autres. Il a un plus que les autres n’ont pas : sa compétence, son expérience, ses résultats qui plaident pour lui au Mali et ailleurs ; mais surtout, son carnet d’adresses à nulle autre pareil », dit Mamadou Sacko, président de la section gabonaise de l’URD.

 

 

Pour Alissa, chanteuse gabonaise qui a ‘ ‘chauffé la salle à blanc’’, le « salut du Mali passe par Soumaïla Cissé ». et Mr Touré, secrétaire général de l’URD au Gabon de parcourir les étapes marquantes de la vie de Soumaïla Cissé. Avant d’ajouter : « Les Maliens du Gabon ont décidé de voter, massivement, pour le candidat de l’URD à l’élection présidentielle du 28 juillet prochain. Car, en le faisant, ils décident, du coup, de restituer au Mali et aux Maliens leur souveraineté et leur fierté d’antant ».

 

 

Présidente des femmes URD du Gabon, Mme Traoré Kadiatou Sogoba a abondé dans ce même sens. Mr Diallo, le secrétaire général des jeunes, aussi.

 

 

« Si je suis élu le 28 juillet prochain, il y aura 30 % de femmes à l’Assemblée nationale ; 30 % de jeunes au gouvernement…. », lance ‘‘Soumi’’.

Aussi, il a promis de lutter contre les tracasseries administratives, dont les Maliens de l’extérieur sont victimes dans leur propre pays ; la corruption, la délinquance financière etc…

« Tout cela doit changer ; tout cela va changer ! », a-t-il promis.

Au cours de notre courte escale à l’aéroport d’Accra, Soumaïla Cissé a été accueilli par le célébrissime Abedi Pelé. Et conduit en ville pour des audiences privées à l’issue desquelles, nous nous embarquons dans l’avion. Destination : la capitale malienne où, nous atterrissons à 16 40mn.

« La mobilisation a été exceptionnelle à Libreville. Mais ce qui m’a, surtout, frappé c’est la présence massive des femmes à ce meeting. Et je me suis dit que la Présidentielle du 28 juillet est prometteuse.

Car quand les femmes s’engagent, elles sont entières. Elles ne trichent pas. Tout cela augure de bonnes chances pour l’URD au Gabon », conclut Soumaïla.

Oumar Babi

Envoyé spécial

 

 

 

Mohamed Lamine Haïdara, alias ‘‘Dallo’’, secrétaire général de la section URD du Ghana

baby‘‘Il n’y aura pas de second tour au Ghana’’

Comment se prépare l’élection présidentielle du 28 juillet prochain au Ghana ?

 

Nous sommes en train de tout mettre en œuvre pour assurer la victoire de notre candidat. Et cela, dès le premier tour. Parce que nous estimons qu’il est le seul à disposer de l’expérience et de la compétence nécessaires pour sortir notre pays de l’ornière.

 

Parmi tous les partis politiques maliens représentés, ici, au Ghana, qui est –ce qui domine au sein de la communauté malienne ?

 

C’est incontestable : le parti qui rassemble, ici, les Maliens, c’est l’URD. C’est visible, c’est palpable. C’est le parti politique malien le mieux structuré et le mieux implanté au Ghana.

 

Etes –vous sûr de pouvoir faire élire votre candidat, le 28 juillet prochain, dès le premier tour ?

 

Ici, au Ghana, ce sera le « one touch » le 28 juillet prochain ; c’est-à-dire le « Takokelen ». Il n’y aura pas de second tour au Ghana.

 

Un dernier mot pour vos camarades du Mali ?

 

J’invite nos camarades du Mali à resserrer davantage les rangs pour assurer la victoire de notre candidat dès le premier tour. Aussi, je les invite à être présents dans les bureaux de vote pour éviter toute fraude, qui pourrait être préjudiciable à notre victoire prochaine.

 

Propos recueillis à l’aéroport d’Accra par Oumar Babi, envoyé spécial 

 

 

 

Mohamed Touré, secrétaire général de l’URD à Bata (Guinée Equatoriale)

‘‘La victoire de l’URD est assurée à 95 %’’

 

baby2C’est, du moins, la certitude de Mohamed Touré, secrétaire général de la section URD de Bata, rencontré, dimanche 23 juin, en marge du dîner offert à Soumaïla Cissé, à l’hôtel Plaza, par la communauté malienne.

Ici, dit –il, il n’y a pas de place pour les autres partis politiques. « Tous les Maliens, vivant à Bata, sont militants de l’URD », ajoute t –il, fièrement, en tirant de grosses bouffées de fumée sur sa cigarette. Avant de poursuivre, l’air confiant : « Pour nous Maliens de Bata, et de la Guinée Equatoriale en général, il n’y a pas de doute : seul Soumaïla Cissé peut sortir le Mali de la crise actuelle ».

C’est pourquoi, dit –il, la communauté malienne a décidé de voter, massivement, pour le candidat de l’URD. Et de conclure, avec des gestes hauts et forts : « la victoire de l’URD est assuré, ici, à 95 % ».

Propos recueillis à Bata par Oumar Babi, envoyé spécial

 

 

Mamadou Bah, leader de la communauté malienne à Brazza

‘‘Le choix de Soumaïla Cissé, le 28 juillet prochain, ne doit souffrir d’aucune ambiguïté’’

 

Venue en grand nombre à l’hôtel de ville de Brazzaville, cet après –midi du 22 juin, la communauté malienne se dit prête à tout mettre en œuvre pour assurer la victoire du candidat de l’URD. Et cela, dès le premier tour prévu le 28 juillet prochain.

« Soumaïla Cissé est de ceux qui ont marqué, d’une pierre blanche, l’histoire du Mali. Avec son parcours élogieux, ses brillants résultats, acquis tant au Mali qu’à la tête de la Commission de l’UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest Africaine) », dit Mamadou Bah, leader de la Communauté malienne à Brazzaville.

Avant de comparer le candidat de l’URD à l’élection présidentielle à Kaya Magan Cissé, empereur de l’empire du Ghana.

Pour Nouhoun Daou, secrétaire général des jeunes de l’URD à Brazzaville, la mobilisation ne fera pas défaut.

 

 

Il a été relayé au pupitre par l’honorable Mahamadou Hawa Gassama, député de l’URD à l’Assemblée nationale et Cheickna Hamalla Bathily, 4e vice –président du parti.

 

 

L’un comme  l’autre a vanté les compétences de leur candidat, le seul, disent –ils, à « pouvoir sortir le Mali de cette double crise : sécuritaire et institutionnel ».

 

 

Et Mr Mariko, secrétaire du parti au Congo de restituer la visite de Soumaïla Cissé dans son contexte. Pour lui, l’objectif de sa visite, au Congo, n’est pas de battre campagne. Mais de s’imprégner des aspirations de la communauté malienne. Car, dit –il, « notre pays est tombé bas, très bas ».

Répondant aux différents intervenants, ‘‘Soumi’’ a insisté sur certaines valeurs qui, selon lui, devront les pas des Maliens : le pardon, la tolérance et la solidarité. Et de poursuivre, très inspiré : « Je connais vos difficultés. Celles du Mali, aussi. Et je crois détenir les solutions. Du moins, si vous me faites confiance le 28 juillet prochain », a t –il lancé dans un tonnerre d’applaudissements et de roulement de tambour.

 

 

Les questions de la communauté malienne ont, entre autres, porté sur son programme de société, la lutte contre la corruption et la délinquance financière, le chômage des jeunes, la présence des femmes et des jeunes dans les instances de décision…

Autant de questions auxquelles le candidat de l’URD, à l’élection présidentielle du 28 juillet prochain, a apporté des réponses satisfaisantes.

Et Mr Bah de conclure : « Le choix de Soumaïla Cissé, le 28 juillet prochain, ne doit souffrir d’aucune ambiguïté ».

Oumar babi

Envoyé spécial

PARTAGER