L’imam de la grande mosquée de Kidal, Amadou Hamzata, à Modibo Sidibé : “Nous avons besoin d’un homme qui nous unit pour que tout le Mali soit un”

0
173

Après la Cité des Askias, Modibo Sidibé et la délégation qui l’accompagnent ont été reçus à Kidal, la capitale de l’Adrar des Iforas. Ici, comme dans les autres localités, l’accueil a été à la hauteur de l’illustre personnalité. En effet, parade de chameaux et femmes avec le Tendé (la musique traditionnelle du terroir) étaient au rendez-vous. D’après le jeune Rhissa Ag, "cette visite de l’ancien Premier à Kidal est l’événement du mois". Les échanges entre Modibo Sidibé et les personnalités rencontrées à Kidal ont porté sur la paix, la stabilité des personnes et de leurs biens et l’unité nationale.

L’ancien Premier ministre avait pris la température des débats depuis l’étape de Gao. C’est pourquoi, une fois sur place, il a tenu à prêter une oreille attentive à tous ses interlocuteurs : les notabilités de la ville, imams, chefs de fractions, communautés tamasheq, touarègue et arabe. Les jeunes et les femmes ont également dit leur mot à Modibo Sidibé.

A la rencontre de Modibo Sidibé et les imams à la grande mosquée de Kidal, le grand imam a déclaré : "Nous qui sommes dans cette mosquée, on n’a pas besoin de développement, on n’a pas besoin de  richesses, on n’a pas de manger, on n’a pas besoin de boire. La seule chose que nous voulons, c’est un homme qui puisse nous rassembler et nous unir pour que le Mali reste Un et indivisible".

L’étape de Kidal était d’autant plus attendue que les populations, mobilisées, tenaient à rencontrer l’ancien Chef du Gouvernement et partager leurs préoccupations avec lui.     

A Kidal, les salutations ont commencé par la famille du patriarche Ag Intalla, l’un des grands notables de la ville de Kidal. Personnage très respecté, il a eu un tête-en-tête avec Modibo Sidibé. Le patriarche a  prêché la paix, l’unité nationale et la stabilité de notre pays. Modibo Sidibé, qui dit avoir pris bonne note des vœux d’Ag Intallah, s’est inscrit dans la dynamique de son interlocuteur en mettant l’accent sur la tenue d’élections apaisées. "N’étant pas en campagne, je suis juste venu pour avoir des conseils et bénédictions. Au bon moment, nous reviendrons pour échanger profondément et entrevoir ce qui est bon pour notre pays".  Après la famille du patriarche Ag Intalla, la délégation conduite par Modibo Sidibé a salué d’autres notabilités de la ville avant de rencontrer le collectif des imams de la ville dans la grande mosquée de Kidal. "On ne veut pas cette division qu’on veut nous imposer car  ce n’est pas une bonne chose, cela n’est pas conforme aux prescriptions de l’islam qui prône une société unie" a déclaré le grand imam.  Le religieux a beaucoup insisté sur l’unité nationale, certains points du Code de la personne et de la famille, ainsi que la valorisation des imams dans notre pays. "Cela fait 50 ans que le Mali est indépendant, les musulmans constituent 95% de la population mais l’Etat n’accorde aucune importance aux imams et responsables de l’islam dans notre pays" s’est plaint l’érudit.

Mamadou Konaté, membre de la délégation, a apporté des éclaircissements. Selon lui, le vote de la Loi sur le Code de la personne et de la famille est un gage d’amélioration. Mamadou Konaté d’ajouter que "le Code adopté sera transmis aux imams  par le Haut Conseil Islamique du Mali". Après la mosquée, la visite a continué chez les responsables des différentes communautés qui ont prié et fait des bénédictions pour la paix, la stabilité. Alghabass Ag Intalla, député élu à Kidal, a, lui aussi, échangé avec l’ancien Premier ministre en présence de plusieurs autres personnalités de la région.

La rencontre avec les chefs de fractions a été l’un des temps forts de la visite de Modibo Sidibé à Kidal. Ils en ont profité pour évoquer tous les grands sujets qui préoccupent le peuple malien. L’ensemble des chefs de fraction s’est engagé pour la paix et l’unité du pays. Tous ont salué la démarche de Modibo Sidibé qui est, selon eux, le premier homme politique à les concerter avant d’être candidat et qui s’est engagé à prendre en compte leurs préoccupations dans son projet de société. Enfin, les imams de la région se sont engagés à faire des sacrifices, des prières et des bénédictions pour Modibo Sidibé et notre pays, le Maliba.        

 K. TRAORE

 

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.