L’opposition politique réagit : « Les injures de personnalités politiques sont indignes de la fonction présidentielle »

11

IBK-TiebileMagistrat à l’intégrité morale et intellectuelle reconnues, Moumouni Guindo vient d’être nommé chef de cabinet du tout-nouveau ministre de la Justice et des Droits de l’Homme. C’est à l’issue du conseil des ministres du 14 octobre dernier. Un bon choix, comme en témoigne son curriculum vitae, l’un des plus riches de sa génération.

Assurément, le président de a République, Ibrahim Boubacar Kéita, a posé un acte regrettable, du moins, en démocratie républicaine. En effet, on ne peut se prévaloir d’un régime politique dont la liberté fait partie des fondements et se comporter en dictateur. C’est d’ailleurs ce que l’opposition démocratique réunie samedi dernier au Centre international de conférence de Bamako, a fait remarquer. En fait, toute leur rhétorique a consisté à poser la question : IBK est-il vraiment un démocrate ?

Soumaïla Cissé, lisant l’exposé liminaire  des partis politiques de l’opposition à propos de la visite d’Etat d’IBK, a soutenu : « cette visite, qui a honoré notre pays, est malheureusement ternie par les propos du président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita,  qui s’est livré à une attaque personnelle, de façon gratuite, malencontreuse et injurieuse à l’encontre de M. Tiéblé Dramé, président du Parena, membre de l’opposition démocratique et républicaine. » Il a fait état du communiqué du gouvernement lu par son porte parole, Choguel Kokala Maïga, qui a continué à alimenter les invectives et menaces sur les libertés démocratiques, conduisant ainsi l’opinion nationale dans une polémique stérile.  Les partis politiques de l’opposition condamnent fermement le comportement du président de la République et de son gouvernement et considèrent que les injures de personnalités politiques sont indignes de la fonction présidentielle. L’opposition considère que les termes du communiqué du gouvernement sont inacceptables en tant qu’ils constituent une remise en cause des libertés démocratiques.

L’opposition considère le président de la République comme responsable de la détérioration du climat politique. C’est depuis Paris, ont-ils soutenu, que le président IBK s’est livré à des dérives verbales. « A paris, a dit Soumaïla Cissé, nous l’avons vu agiter le doigt, se fâcher et dire, parlant de l’opposition : ces petits prétentieux ! et pour finir en bambara : ce n’est plus de la politique, c’est de l’impertinence, de l’impolitesse. » L’opposition signale que c’est en France et au Mali, que toutes ces atteintes aux libertés fondamentales se sont  passées. « Faut-il rappeler au président de la République, que c’est en France que le concept de liberté d’expression germa sous l’ancien régime. Il fut l’une des premières conquêtes de la révolution française. » Aujourd’hui,  a ajouté Soumaïla Cissé, la liberté d’expression de ses d’opinions est une des premières libertés politiques et généralement, des libertés fondamentales. S’agissant du Mali, l’opposition a rappelé les articles contenus dans la constitution, qui consacrent la liberté d’opinion et d’expression. L’opposition tient à  rappeler au président de la République qu’il est le gardien de la constitution et qu’il doit incarner l’unité nationale. Les articles mentionnés font état de la liberté d’expression et de pensée et de l’égalité de tous les Maliens. L’opposition politique constitue un élément fondamental de la démocratie pluraliste. C’est pourquoi, a dit Soumaïla Cissé, elle  est politiquement reconnue, juridiquement protégée et en conséquence, a des droits et des devoirs. Elle a le devoir de critiquer l’action gouvernementale. Me Amidou Diabaté, premier vice- président du PARENA, a précisé que sans contre pouvoir, il n’y a pas de démocratie. Il a mis en garde contre les tentatives de retourner vers une république unanimiste. C’est en critiquant, a-t-il dit, qu’ils seront les meilleurs patriotes. Il a ajouté : « nous n’accepterons pas les intimidations. » le président de FARE, ANKA WULI, Modibo Sidibé, a souligné que le Mali est attaché à la souveraineté et à la liberté de parole. Il a demandé que les medias d’Etat jouent leur véritable rôle. En effet, les partis de l’opposition avaient insisté sur les censures de leurs messages opérées par l’ORTM, notamment sur la censure de leur dernier communiqué.  L’opposition a signalé, conformément à la constitution du Mali, la volonté de préserver  les acquis démocratiques du 26 mars 1991. Elle refuse, a-t-elle martelé, de se laisser distraire  et elle  réaffirme sa détermination à combattre les prédateurs.  Selon les partis politiques de l’opposition, le président de la République et son gouvernement se sont énervés parce que l’opposition dénonce des détournements à la pelle, des surfacturations, des scandales…

S’exprimant sur le tract, Djiguiba Kéita, secrétaire général du PARENA a soutenu : « En France, c’est une tradition d’animation politique, encore que ce qui est appelé “tract” par l’homme fâché, se révèle être en réalité une déclaration politique dont les auteurs – des hommes qui s’assument- se sont d’ailleurs montrés indignés que leur travail soit porté au bénéfice de quelqu’un d’autre. »

Soumaïla Cissé a martelé qu’ils ne sont pas des apatrides, au contraire, ce sont ceux qui tuent et qui violent aujourd’hui qui sont écoutés.

 

B.D.

PARTAGER

11 COMMENTAIRES

  1. Nous sommes vraiment fier de cette opposition qui se bat jour et nuit, corps et âme pour le salut du peuple malien. Un acte de grande responsabilité plein de sagesse que nous avons apprécié à sa juste valeur.
    L’opposition à travers cela défend non seulement la liberté d’expression des partis de l’opposition politique mais celle de tous les maliens ayant des points de vu divergent relatif à la gestion actuelle du pays. Une opposition au service du peuple avec la plus grande détermination.
    Soumaila est un véritable rassembleur, un chef qui est conscient de tout et dirige cette opposition avec une vigilance incroyable. Chapeau et bonne continuation à vous.

  2. Nous sommes vraiment fier de cette opposition qui se bat jour et nuit, corps et âme pour le salut du peuple malien. Un acte de grande responsabilité plein de sagesse que nous avons apprécié à sa juste valeur.
    L’opposition à travers cela défend non seulement la liberté d’expression des partis de l’opposition politique mais celle de tous les maliens ayant des points de vu divergent relatif à la gestion actuelle du pays. Une opposition au service du peuple avec la plus grande détermination.
    Soumaila est un véritable rassembleur, un chef qui est conscient de tout et dirige cette opposition avec une vigilance incroyable. Chapeau et bonne continuation à vous.

  3. Je crois qu’il est nécessaire d’appréhender que l’opposition joue belle et bien son rôle. Le seul au Mali à ne rien faire c’est bien IBK lui même. Un président arrogant et complètement hors réseau. Il pense que nous sommes dans une dictature lui permettant ainsi de dire et de faire ce qu’il veut.
    Sous d’autres cieux cette affaire causerait beaucoup de tord car l’opposition pourrait profité de cela pour déstabilisé le régime. Mais chez, nous avons une opposition pacifique, avec tout ça le président se plaint. Mais de quoi au juste ?

    Soutien à la liberté d’expression, à monsieur le chef de file de l’opposition, à monsieur Tiébilé Dramé et à tous les démocrates du Mali.
    Cette lutte est pour tous les maliens dignes de ce nom.

    A bas la dictature et les dictateurs.

  4. Nous sommes vraiment fier de cette opposition qui se bat jour et nuit, corps et âme pour le salut du peuple malien. Un acte de grande responsabilité plein de sagesse que nous avons apprécié à sa juste valeur.
    L’opposition à travers cela défend non seulement la liberté d’expression des partis de l’opposition politique mais celle de tous les maliens ayant des points de vu divergent relatif à la gestion actuelle du pays. Une opposition au service du peuple avec la plus grande détermination.
    Soumaila est un véritable rassembleur, un chef qui est conscient de tout et dirige cette opposition avec une vigilance incroyable. Chapeau et bonne continuation à vous.

  5. l’opposition ne doit pas critiquer pour ne rien dire. IBK n’a jamais mis en mal la distribution de track mais c’est le moment choisi et surtout pendant une visite d’état. ce qui détermine l’avenir d’une nation

  6. On ne peut pas cacher le soleil de la main. Les réalisations du président de tous les maliens sautent aux yeux de tout le monde alors si vous ne voulez pas qu’on vous traite d’apatrides aidez à développer le pays au lieu de chercher à mettre les bâtons dans les roues

  7. Attend pourquoi tout le monde s’exhibe tant, dire à DRAME petit monsieur?
    Il est le fondateur du mali ou koi

  8. vous n’avez que ça à la bouche. Nous voulons avancer. Les peuple attend mieux de IBK
    ok Allez y voir ailleurs si j’ y suis 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀

  9. Messieurs revoyez votre dictionnaire que veut dire démocratie et dictature

  10. Qu’appelez vous dictature mon cher frère. c’est vous qui injuriez ou c’est IBK
    mon oeil. 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄
    🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

  11. Je ne suis ni pour, ni contre IBK, mais je crois que l’ opposition malienne manipule à souhait l’ opinion publique à travers des contres vérités montées de toute pièce contre le président de la république. Sinon comment expliquer qu’ un homme aussi instruit, aussi expérimenté qu’ IBK, ayant occupé de grandes postes de responsabiltés depuis des décennies ici au Mali et ailleurs, puisse encore continuer de commettre des soit disantes mêmes fautes qu’ on lui reproche depuis le début de son mandat? C est purement et simplement de la médisance. En plus que fait Tieblé en France au même moment précis que le président de la république, dont le voyage est annoncé et programmé depuis des mois? Vraiment, je m excuse d’ avoir crü pendant longtemps aux balivernes de l’ opposition.

Comments are closed.