L’UMAM et son président d’honneur font tabac à Bobo-Dioulasso : « Jeamille Bittar est une vraie icône auprès des jeunes et des femmes », nous confient Ibrahima Sidibé et Ibrahima Samaké

0
0

Jeunes commerçants de leur état, Ibrahima Sidibé, jeune malien habitant au quartier « Coloma au secteur 11 de Bobo-Dioulasso accompagné de son ami, Ibrahima Samaké de Sikasso alias « Simbo », ne tarissent pas d’éloges sur le président d’honneur de l’UMAM, non moins premier vice président du PDES. Cette rencontre a été possible grâce à la coordination régionale du mouvement basée à Sikasso. D’ailleurs, une grosse prise vient de rallier la cause de l’UMAM en la personne de Mme Hinda Yaffa, non moins présidente des femmes maliennes dans la capitale économique du Faso.

La coordination régionale de l’UMAM de Sikasso drivée par une équipe dynamique vient de frapper un grand coup. Et pour cause, de jeunes maliens résidants à Bobo-Dioulasso ont révélé la fureur causée par le poster de Jeamille Bittar dans la capitale économique du Faso.

Selon M. Ibrahima Sidibé, résidant à Bobo-Dioulasso que notre équipe de reportage a rencontré au « QG » de l’UMAM sis à Médine : « Nous avons ouvert le siège de l’UMAM vendredi dernier et la mise en place du bureau est une question de jour. Les jeunes et les femmes sont épatés par le président de la CCIM et du CESC à cause de ses résultats à la tête de ces deux institutions. Nous ne jurons que par lui car, étant Président du Mali, il pourra faire plus encore ». ET Ibrahima Samaké risidant à Sikasso, commerçant de son état mais dynamique d’enchaîner : « Jeamille Bittar est une icône pour les jeunes et les femmes maliens vivant au Burkina Faso. Surtout à Bobo-Dioulasso. Pour preuve lorsque nous avons emmené son poster  et les textes de l’UMAM, là-bas, cela a crée une furia à tel point que nous avons eu du mal à contenir la foule. Son poster fait feu de tout bois avec bien de questions qui nous sont posées à son sujet. C’est pour cela que nous devons très prochainement mettre en place un bureau de coordination pour coordonner nos activités. Jeamille Bittar est une vraie chance pour le Mali puisqu’incarnant l’espoir des démunis, des laissés pour comptes. C’est la raison pour la quelle nous allons parler de l’homme de son parcours et de ce qu’il représente pour le Mali de demain. Surtout pour nous les jeunes. Et surtout, pour les opérateurs économiques et les commerçants que nous sommes. Jeamille Bittar est un candidat potentiel et attendons avec impatience sa candidature ici à Bono-Dioulasso ».Et notre interlocuteur d’ajouter : « A Bobo-Dioulasso, son nom est sur toutes les lèvres et ses différents meetings à Bamako, Ségou et San nous ont révélé un homme populaire très proche des populations. Donc il connait leurs problèmes et tente d y remédier car le social demeure sa principale force dans un pays comme le nôtre où nous sommes très sensibles ». « Nous avons appris et même vu des compatriotes parler de la sociabilité de l’homme qui est toujours au four et au moulin au près de nos compatriotes : baptêmes, mariages, décès, création d’emplois », poursuit Ibrahima Sidibé de Bono-Dioulasso tout heureux de rencontrer notre équipe pour déballer ce qui l’anime, sa joie de faire passer son message. Et nos deux interlocuteurs ( un duo de choc au pays des hommes intègres pour le premier et dans le Kénédougou pour le second) interpellent les opérateurs économiques, les commerçants, les transporteurs, tous les maliens soucieux de développement et de paix, d’appuyer Jeamille Bittar. En clair, il s’agit de voter pour lui lorsque sa candidature sera rendue officielle dans les jours à venir. « D’ailleurs, nous serons heureux de le voir à Bobo-Dioulasso », a laissé entendre Ibrahima Sidibé.

Bokari Dicko, envoyé spécial à Sikasso

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.