Madani Tall à propos de la situation du Mali n’est pas inédite: « Nous refusons d’abandonner »

2
Madani Tall

Toutes les crises se ressemblent et sont toutes mauvaises. Les bonnes solutions aussi se ressemblent. Pour éviter de rééditer des cas déjà vus ailleurs, inspirons nous des leçons d’autres nations ayant vécu avant nous ce genre de situations, au lieu de singulariser la crise malienne et penser avoir des solutions miraculeuses.

Il est entendu que la militarisation du pouvoir est souvent le substrat de la faiblesse des institutions, de l’Etat et de la fabrique sociale. Ne revenons donc ni sur la faillite de la classe politique, ni sur celle de l’armée à être républicaine. Nous politiques avons échoué a consolider la démocratie. L’armée a, elle, failli à défendre le territoire. Tout cela est consommé ! Devons nous pour autant continuer à nous entredéchirer alors que tout le monde a sans doute raison et que tout le monde a aussi tort ?

Il y a ceux qui ne pardonneront jamais au Président Touré comme il y a ceux qui ne pardonneront jamais au Capitaine Sanogo. Il y aura bientôt ceux qui ne pardonneront Jamais au Président Traoré comme au Premier Ministre Diarra… Comme il y a ceux qui ne pardonneront jamais à personne. Lorsque nous serons tous devenus haineux au point d’être aveuglés, nous ne verrons plus rien et c’est le Mali qui aura perdu.

Aussi, faut-il aller de l’avant et reconstruire à partir d’ici et maintenant.

Sans union, le Mali sortira profondément meurtri de cette crise qui s’aggravera si nous ne savons devenir raisonnables. D’aucuns disent que le Gouvernement souhaite que la crise dure pour s’installer durablement. le conseil à leur égard est « eh bien,  aidez le à réussir sa mission pour ne pas lui donner d’excuses». Quant au Gouvernement il n’a qu’à donner tort à ses détracteurs en tenant ses engagements à l’endroit de la nation. L’armée, elle, doit jouer sont rôle républicain au service de la nation. Quant aux religieux ? Il est bon qu’ils demeurent dans leur rôle de ciment social.

Ainsi, accompagnons tous le Gouvernement sans interdire la critique dés lors qu’elle reste constructive et positive. En cela, la presse doit pouvoir continuer à instruire l’opinion publique. Et la population, elle, doit être censeur et encadreur de toute dérive pouvant porter atteinte à son droit à la démocratie.

Pas un pays voisin, pas un pays d’Afrique, pas un pays au monde, n’a approuvé la situation du Mali. Il est bon que nous Maliens, nous en rendions compte. Il est temps au delà des discours souverainistes, de montrer que nous sommes ce grand peuple que nous clamons être. Evitons de nous enfoncer dans les conflits stériles alors que la nature même de notre pays est mise à mal par ceux qui veulent amputer le Mali.

Les maliens avaient déjà du mal à faire face au quotidien, c’est pire aujourd’hui, évitons d’exacerber une situation qui enfoncera notre peuple dans une misère économique et sociale qui ne nous fera pas honneur ni aux yeux du reste du monde, ni au regard que porteront sur notre temps les générations futures. Devant l’histoire l’individu compte peu et notre responsabilité sera collective. Déjà aujourd’hui, c’est nous qui nous indexons mutuellement. Sinon le reste du monde dit «les Maliens» et nous regarde avec la déception qui est égale à la fierté que l’on procurait.

Puisque chaque malien aspire aujourd’hui à un retour rapide et définitif à une situation normale pour le Faso. Puisque chacun sait que nos divisions sont notre principal ennemi. Alors, même si les solutions renforçant l’Etat, la citoyenneté et la république sont des processus dans le temps, nous pouvons au moins tous être d’accord sur le fait qu’il faut aujourd’hui une union sacrée pour reconquérir nos territoires occupés et rendre au peuple sa souveraineté par des élections crédibles et une démocratie à parfaire.

Nous en tout cas à l’ADM, nous refusons d’abandonner !

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Madani, je crains, car tu es le seul à appeler à la sagesse et à l’action. Que tout à chacun de mettre de côté ses ambitions personnels, ses plans machiavéliques, pour ne penser qu’à sauver le Mali.
    Malheureusement, la sagesse ne s’acquiert pas du jour au lendemain, mais c’est avec le temps….

Comments are closed.