Majorité présidentielle : l’ADP-Maliba suspend ses activités

0

Le comité exécutif de l’Alliance démocratique pour la paix (ADP-Maliba) s’est réuni lundi 11 juillet en session extraordinaire à son siège. La convocation fait suite à la saisine du comité exécutif par certaines structures signataires d’un document intitulé «motion pour le retour aux fondamentaux de notre engagement politique».

 

Ladite motion est relative à des sujets d’actualité nationale et appelle à la redéfinition de la ligne politique du parti, notamment à réfléchir sur le sens de l’appartenance de l’ADP-Maliba à la majorité présidentielle. Cette motion invite le comité exécutif du parti à se saisir de cette requête officielle en vue de définir un nouveau cap politique pour le parti. Afin de partager la motion avec la presse, le comité exécutif de l’ADP-Maliba a tenu un point de presse le mardi 12 juillet.

 

Selon le conférencier, Amadou Thiam, président du parti, sa formation politique a été saisie par certaines structures de base concernant son engagement dans la majorité présidentielle. Cet engagement, dit-il, est le programme «du Mali d’abord» qui a amené IBK au pouvoir. Il a indiqué qu’au vu des questions de mauvaise gouvernance, du nouveau gouvernement, l’avenir du Mali est plus que jamais menacé. «Les visions dont on s’était fixé autour du Mali avec IBK ne sont pas visibles dans ce gouvernement qui doit être pour nous le dernier tournant, le dernier virage», a-t-il déclaré.

«Nous pensons qu’il est temps maintenant de passer à l’action. Nous n’avons pas claqué la porte. Nous suspendons nos activités, et cette suspension, c’est pour nous permettre de faire une large concertation au niveau national et international par rapport à cette motion dont le comité exécutif a été saisi. Nous avons jugé nécessaire, vu la pertinence des propos qui sont dans la motion, de suspendre notre participation aux activités de la convention de la majorité présidentielle, le temps qu’on continue les concertations au niveau de la base.  Maintenant, s’il y a une décision finale à l’issue de ces concertations qui devra s’imposer, cela se fera», a-t-il ajouté.

Par ailleurs, dans une déclaration, le comité exécutif du parti estime que la majorité présidentielle a montré ses limites dans la mesure où elle a échoué à faire de son cadre de concertation un espace démocratique de débat sur les questions d’intérêt national. Dans la même déclaration, il ressort que l’absence de consultation de la Convention de la majorité présidentielle par l’exécutif ainsi que la méthode de gouvernance actuelle constituent des menaces réelles pour l’avenir du Mali.

Dans la même veine, cette déclaration souligne que : la situation générale du pays est inquiétante à bien des égards ; le processus de paix est à la traîne ; l’économie nationale ne profite pas aux populations ; l’image du pays est fortement écornée par des scandales à répétition restés impunis ; le terrorisme s’installe progressivement comme la norme ; le communautarisme armé divise les populations tandis que le fait politique est complément ignoré. Face à cette situation et par  respect pour le peuple malien, indique la déclaration, «l’ADP-Maliba ne peut et ne doit rester passive».

 

Bourama Keïta

PARTAGER