Mali: accord entre Bamako et la Cédéao sur le déploiement d’une force africaine

22
Le ministre malien des Affaires étrangères Tieman Coulibaly (gauche) et le ministre malien de la Défense Yamoussa Camara (droite), lors de la réunion de la Cédéao à Abidjan le 17 septembre 2012.

BAMAKO  – Le Mali et la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) ont trouvé un “accord” sur les conditions de déploiement d’une force africaine au Mali, avec un QG à Bamako, ont déclaré les ministres malien et ivoirien de la Défense à l’AFP et RFI dans la capitale malienne dimanche.

“Il faut saluer l’accord que nous venons d’obtenir avec nos frères maliens. Aujourd’hui, on peut dire que le Mali et la Cédéao sont en phase pour des opérations de troupes sur le territoire malien”, a déclaré le ministre ivoirien de la Défense, Paul Koffi Koffi au côté de son homologue malien, Yamoussa Camara, qui l’a confirmé.

Paul Koffi Koffi venait d’être reçu par le président malien Dioncounda Traoré, en compagnie du ministre ivoirien de l’Intégration africaine, Ally Coulibaly.

“Quand on parle de troupes, ce sont des troupes de la Cédéao, et non étrangères. Et là, le Mali est d’accord”, a ajouté le ministre ivoirien de la Défense.

A la question de savoir si cet accord autorisait le déploiement de troupes sur tout le territoire “y compris Bamako”, il a répondu: “tout force qui se déploie a besoin d’avoir une base. Et tout le monde est d’accord”.

Le ministre malien de la Défense, Yamoussa Camara, a ensuite confirmé que “le Mali est actuellement en phase avec la Cédéao, après quelques clarifications”. Il a ensuite précisé que “bien entendu, le quartier général (des forces de la Cédéao) sera à Bamako”.

Le ministre de la Défense ivorien Paul Koffi Koffi discute avec un militaire
© AFP

Début septembre, Dioncounda Traoré avait officiellement demandé son aide à la Cédéao, alors que le Nord du pays est contrôlé depuis près de six mois par des groupes islamistes armes proches d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui y ont imposé la charia (loi islamique).

Mais le président malien s’était notamment montré opposé au déploiement de “forces militaires combattantes” à Bamako même, et la Cédéao avait demandé au Mali de revoir sa position.

“Il fallait harmoniser les positions. Cette visite rapide a été utile”, a déclaré de son côté à l’AFP une source proche de la présidence malienne, selon laquelle une mission de la Cédeao est très rapidement attendue à Bamako, “pour mettre au propre” ce qui a été accepté par toutes les parties.

La Cédéao, qui prépare depuis plusieurs mois le déploiement de 3.300 soldats au Mali, attend de se mettre d’accord avec le Mali pour transmettre à l’Union africaine (UA) un projet de résolution qui devrait, ensuite, être examiné par le Conseil de sécurité des Nations unies.

Samedi soir, Yamoussa Camara avait rencontré à Abidjan le président Alassane Ouattara, président en exercice de la Cédéao, à qui il avait remis un message du président malien.

M. Camara avait alors assuré que le déploiement de forces ouest-africaines à Bamako était possible à condition qu’il se déroule avec “discrétion” pour ne pas choquer la population.

Dans un message à la Nation, vendredi soir, le président malien avait souhaité une libération du Nord par “la négociation ou par la force”.

Il avait appelé les groupes armés à entamer des “négociations sincères”, tout en disant: “Puisque nous la préparons, nous ferons la guerre s’il ne nous reste plus d’autre choix”.

Dans la foulée du coup d’Etat militaire du 22 mars qui avait renversé le président Amadou Toumani Touré, tout le Nord du Mali était passé, en avril, sous le contrôle des islamistes armés de la branche maghrébine d’Al-Qaïda et des groupes Ansar Dine et Mujao.

 

AFP/ 19:48 – 23/09/12

 

PARTAGER

22 COMMENTAIRES

  1. mais ce que beaucoup des malien on rein compris mali est dans un situation très dangereuse a qui il faut libéré les arme les arme malien se entre tu les rouge conter vert le président ne pas respecter voir humilier cdeao essai de limite le Degas vous vous demander de donner des arme loqule risque de utilise pour tué les civile malien arrête vos conori il faut faire travaille vos tét

  2. Mes chers parents faites attention. Le complot visant a separe le nord du sud du Mali a echoue un autre comlpot se dessine avec la presence de CDEAO a BAMAKo. Sortez et disez non, pas de militaire a Bamako meme leur Base. L’ex-ministre de la Comminication( Amadou Toure) est un obstacle, ainsi que son premier ministre pour l’accomplissement de leur mission. Les gens qui sollicitent la presence de la CDEAO a savoir le COREN exception a quelques uns (Issoufi qui n’est pas un politicien mais plutot un technocrate et Ag Agamani) ils ignorent la CDEAO. S’il vout plait regardez ce documentaire. http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=eSumHaxLh4U

  3. Je demande au prmemier ministre d’exiger que les soldats Maliens ailles desormais prendre leur salaire au Nord à Gao Tombouctou et Kidal. Celui qui n’est pas capable d’aller au Nord sera purement et simplement radier y compris Sanogo.
    Ainsi le peuple se rendra compte qu’il n’y aucun militaire dans ce pays. Quelle honte Comment un QG d’une armée peut tomber sans combat???? Du jamais vu dans l’histoire militaire de l’humanité. meme quelqu’un agressé par des bandits chez lui a son domicile par surprise se defend à plus forte raison une armée sur le champs de batail. Quelle honte !!!!!!Cette armée est la vomisure de la société.
    Le peuple a consenti depuis l’independance beaucoup d’argent pour vos formation dans les grand pays du monde afin que vous puiser le proteger dans des circonstace parails mais hélas. Que de pleurs de deception de douleur !!!! causer par des laches qui ne penssait qu’a piller le peu de resources du pays. Des gens qui on cotiser 500F CFA 100 fCFA dans les marchés des boeufs offerts par certains tous ça pour vous soutenir malgrer que les peuple se soit saigner pour vous entretenir mais hélas !!!! avec des laches il jamis s,attendre à quelque chose. Le peuple malien s’est tropé en comptant sur son armée!!!!
    Sanogo et sa bande de fuyards , vous n’aviez pas honte de dire que vous n,aviezs pas d’arme!!!!
    L’enemi n’a pas d’avions de combats voir de misile!!!
    Donc c’est un gros masonge de faire croire au peuple et au monde que vous n’eviez pas d’arme Faut Faut Faut!!!!!!
    La vérité est que vous aviez peur de vous batre vous manquer de couilles!!!

  4. Je savais que ça finira ainsi; depuis le 22 mars:
    – Le président de la republique = décision CEDEAO
    – Le prémier Ministre = décision CEDEAO
    – Le gouvernement = décision CEDEAO
    – Le blocage des armes = décision CEDEAO
    Chèrs lecteurs, le Mali est actuellement dirrigé par la CEDEAO, nos soit disant dirrigents ne controlent rien dans cette affaire. Ce qui explique leur langue de boa: c’est deplorable. Cependant, s’ils ont quelques traces de conscience encore, ils doivent laisser la CEDEAO gerée le reste tout en sachant que par leur faute la souffrance de notre population du nord a assez durée.

  5. Quand tu es a terre tu ne peux pas refuser la main tendue pour te relever surtout que sa vient de l’un des membres de ta famille.Pas d’autres choix ,c’etait INCONTOURNABLE,seul ces farfelus militaires de KATI et leurs supporteurs ennemis du MALI n’avaient pas compris encore.Merci d’avance la CEDEAO nous acceptons avec joie la main tendue.

  6. Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Les autorités maliennes ont écouté la voix de la sagesse. Pourquoi refuser de l’aide pour combattre des ennemis qui sont vachement aidés? Les islamistes et le MNLA ont des soutiens non avoués sur tous les coins du globe terrestre. Une fois les ennemis boutés hors du territoire national, nous pouvons réorganiser notre armée pour le soustraire des griffes d’apatrides du CNRDRE. Depuis quand des soulards et drogués ont des responsabilités dans une armée serieuse. Si le clown de Mariko n’est pas content il peut aller se faire voir ailleurs.

  7. au début c’était :”nous n’accepterons aucun soldat étranger sur notre sol”. Après c’est devenu :” nous n’accepterons aucun soldat à Bamako mais pas de problème s’ils vont directement au nord”. Aujourd’hui c’est nous sommes en phase avec la CEDEAO; Une armée de fuyards restera une armée de fuyards; et au lieu de perdre du temps inutilement avec ces soulards et drogués de Kati on aurait été utile en faisant appel à de vraies militaires pour nous nettoyer le nord; mais Dioncounda est aussi lâche que les militaires maliens nous à fait perdre du temps rien que pour faire plaisir aux fuyards de kati; y à t’il des hommes qui ont en peu de dignité et de patriotisme vraie au Mali? Et si c’était ça le vrai malien? Lâche et incapable; quelle tristesse!!! Quelle humiliation!!!

  8. Samaké, le pays est déjà détruit à 70% non? Et en quoi la CEDEAO va détruire le Mali? Les ennemis c’est pas eux c’est les bandes armées qui sévissent au Nord. Oubien tu voulais qu’ils partent se battre à la place de nos soldats, qui doivent eux rester à Bamako?
    Soyons sérieux et ayont un peu de dignité, pour ce qui en reste.

  9. On est foutu ils vont detruis notre pays ils ne partira plus de chez nous nos soldats sont des laches ils doivent être radier

    • Ne sois pas inquiet Samaké, notre pays, Sanogo et tous ses connards l’ont DEJA détruit!

  10. Mali, pays de merde. Des adultes qui ne savent meme pas ce qu ils veulent. Tardez inutilement les choses pour rien

  11. LES MALIENS DOIVENT AIDER LES AUTRES (CEDEAO/UA/ONU, LA SOUS-REGION, LES PARTENAIRES REGIONAUX ET INTERNATIONAUX) A LES AIDER POUR S’ASSUMER

    Bonjour,
    Comme dit le Président du Mali, Dioncounda Traoré, le dialogue et la négociation doivent être utilisés comme première option pour sortir de la crise Malienne. Ainsi, une issue sans guerre pourra être possible.

    Si la négociation échoue, je propose l’utilisation d’une guerre informationnelle (de renseignements sur les terroristes) en liaison avec les pays de la zone sahel et les partenaires régionaux et internationaux. Elle est plus précise et évitera d’énormes dégâts collatéraux.

    De tels renseignements sur les terroristes peuvent être collectés pendant le processus de négociation, pas besoin d’attendre la fin des négociations.

    Pour ce faire, l’implication de tous les Maliens, de la sous-région et l’aide de la CEDEAO/UA/ONU sont nécessaires.

    Il est indispensable que les groupes armés déposent les armes avant toute négociation afin que les négociations se déroulent convenablement en les sécurisant par les forces de défense et sécurité du Mali aidées par le contingent CEDEAO/UA/ONU.

    Pour ces négociations, le haut conseil de l’Etat Malien doit être constitué, de même que son conseil national, sa commission aux négociations, son interface avec le contingent de la CEDEAO/UA/ONU et celle avec la médiation de la CEDEAO et de l’UA.

    CONCERNANT L’INTERFACE AVEC LE CONTINGENT DE LA CEDEAO/UA/ONU, UNE UNITE MIXTE COMPOSEE DE SOLDATS MALIENS ET DES SOLDATS DU CONTINGENT DE LA CEDEAO/UA/ONU DOIT ETRE CONSTITUEE.

    CETTE UNITE MIXTE DOIT AUSSI AVOIR UN OEIL SUR LA SECURISATION DE LA PRESIDENCE A TRAVERS LES SOLDATS MALIENS DE CETTE UNITE. CES DERNIERS PEUVENT FAIRE PARTIE DES SOLDATS QUI SECURISERONT LA PRESIDENCE. DES CONTROLES REGULIERS SONT NECESSAIRES POUR VERIFIER QUE TOUT SE DEROULE NORMALEMENT.

    Concernant l’interface avec la médiation, elle est nécessaire pour garantir la cohérence globale et l’émulation. Une autre unité mixte constituée des membres de la médiation du Burkina et de la CEDEAO et des membres de la commission aux négociations du haut conseil d’Etat du Mali.

    Le sérieux doit être accordé à la constitution de ces interfaces. C’est ainsi que les Maliens pourront aider les autres à les aider pour s’assumer.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail: Anasser_AgRhissa@yahoo.fr

  12. Tout ça pour rien
    On ne veut pas et apres accepter pourquoi perdre du temps pour rien
    C’est triste pour le Mali d’avoir des gens comme Sanogo
    Sanogo et ses complices doivent etre egorger

  13. Ils non pas de soix la CEDEAO pour le transferais a la CPI ou ansar dine pour couper leurs Mains

  14. mais ce que beaucoup des malien on rein compris mali est dans un situation très dangereuse a qui il faut libéré les arme les arme malien se entre tu les rouge conter vert le prsiadant ne pas respecter voir humilier cdeao essai de limite le Degas vous vous demander de donner des arme loqule risque de utilise pour tué les civile malien arrête vos conori il faut faire travaille vos tét

  15. Les gens veulent aider les Maliens a sortir de cette situation d’enfer mais eux meme ne veulent pas !!! 🙁

  16. Si la Cedeao veut aider le pays, il faut qu’elle libere les armes bloquees en premier lieu. Le probleme n’est pas a Bamako, il faut qu’elle le sache, il faut pas qu’elle vienne semer le pire dans le pays.
    On vous demande du sucre, vous voulez donner au pays du sel.

    • Sois tranquille, comme tu as pu remarquer, le PIRE on l’a déjà eu avec sanogo! Ensuite, je ne crois pas nécessaire de leur rappeler où se trouve la zone de combats! Eux, ceux sont des experts, de vrais militaires professionnels! Ceux sont les notres, qui n’ont jamais “su” localiser l’ennemi depuis le 22 Mars!

  17. bande vaux rien sans dignite ni parole fixe vous venez de montrer au monde entier que vous etes des ivraies car vous avez fini d,accepter tout ce que vous aviez refuse au debut….

Comments are closed.