Mali : Cheick Modibo Diarra, grand vainqueur du remaniement

7
Le Premier ministre malien Cheick Modibo Diarra lors d’une rĂ©union avec des responsables politiques du nord du pays, le 10 aoĂ»t 2012 Ă  Bamako.
REUTERS/

Deux jours après la composition d’un nouveau gouvernement d’union nationale, le remier ministre malien Ă©toffe son Ă©quipe. Cheick Modibo Diarra a nommĂ©, ce mercredi 22 aoĂ»t 2012, trois membres du prĂ©cĂ©dent gouvernement Ă  des postes de conseillers spĂ©ciaux, avec rang de ministre. Le Premier ministre apparaĂ®t dĂ©cidĂ©ment en position de force.

Ils Ă©taient sortis par la porte et reviennent finalement par la fenĂŞtre. L’ancien ministre des Affaires Ă©trangères, Sadio Lamine Sow, l’ex-ministre de la Communication, Hamadoun TourĂ©, et l’ex-ministre de la Jeunesse et du Travail, Mamadou DiakitĂ© ont perdu leur poste de ministre lundi soir, mais il aura suffi de quelques heures pour qu’ils soient affectĂ©s Ă  la primature.

Ces trois nominations relativisent un peu plus le remaniement opéré par Cheick Modibo Diarra et confirment surtout sa volonté d’être le grand maître à bord.

Aux yeux de la classe politique et de la société civile, il est clair aujourd’hui que ce gouvernement manque de représentativité et qu’il porte surtout la marque du Premier ministre.

Un homme politique malien confirme : c’est Cheick Modibo Diarra qui a imposé son gouvernement au président, qui lui a cédé pour éviter un bras de fer.

Une quinzaine de ses proches dans la nouvelle Ă©quipe

Le Premier ministre, le président et le capitaine Sanogo s’étaient entendus au départ pour désigner quinze personnalités de la société et proposer chacun cinq de leurs candidats. Mais au dernier moment, le Premier ministre aurait remis en cause cette répartition.

C’est ce que nous confie l’un de nos interlocuteurs qui ajoute : « Si cela ne tenait qu’à lui, Cheick Modibo Diarra aurait gardé l’intégralité de son gouvernement. » Le Premier ministre n’est pas allé jusque-là mais il tire largement son épingle du jeu. Il compte dans sa nouvelle équipe près d’une quinzaine de ses proches, beaucoup plus que n’importe quel autre acteur de la scène politique malienne.

De son cĂ´tĂ©, la CĂ©dĂ©ao a appelĂ© mercredi le nouveau gouvernement du Mali Ă  agir rapidement pour organiser des Ă©lections et rĂ©tablir « l’intĂ©gritĂ© territoriale » du pays. Le nouveau gouvernement devra prendre « sans dĂ©lai les mesures nĂ©cessaires pour relever les Ă©normes dĂ©fis actuels », a indiquĂ© le chef de la Commission de la CĂ©dĂ©ao, DĂ©sirĂ© Kadre Ouedraogo, dans un communiquĂ©.

La charia version Mujao règne à Gao

Pendant ce temps, les islamistes continuent Ă  imposer leur loi au nord du pays. Depuis mercredi 22 aoĂ»t, les radios locales ont ainsi interdiction de diffuser de la musique profane. Selon un porte-parole du Mujao, le mouvement terroriste qui tient la ville de Gao, « toute musique occidentale est interdite sur les radios en terre d’islam, il faut Ă  la place diffuser les versets du Coran ». Les artistes s’inquiètent et redoutent que cette interdiction ouvre la porte Ă  une nouvelle sĂ©rie de dĂ©rives. C’est ce que craint ce musicien, originaire de Gao, qui prĂ©fère rester anonyme.

Un musicien originaire de Gao

C’est une atteinte Ă  la libertĂ© d’expression aux artistes, qui sont nombreux au Nord

Alors que le nord du Mali est aux mains d’islamistes extrĂ©mistes, la crĂ©ation d’un ministère des Affaires religieuses et du Culte dans le gouvernement d’union nationale de Cheick Modibo Diarra provoque beaucoup de commentaires. Ce ministère, une première dans l’histoire du Mali, semble bien traduire l’influence grandissante des musulmans et notamment du Haut conseil islamique du Mali (HCIM) dans le champ politique du pays.

Face à une classe politique locale divisée, le Haut conseil islamique du Mali a vite compris qu’il pouvait non seulement jouer à l’arbitre mais surtout devenir très rapidement maître du jeu.

Au Mali, plus de 95% des habitants sont de confession musulmane et déjà l’an dernier, ils étaient arrivés à faire rejeter un code de la famille qui donnait plus de droits à la femme.

Ensuite, dès le coup d’Etat du 22 mars dernier à Bamako, le HCIM a appuyé le pied sur l’accélérateur pour être au cœur de l’actualité, avec par exemple, la rencontre avec les putschistes ou encore un dernier meeting regroupant plus de 50 000 personnes à Bamako.

Conscient de son poids, le HCIM, qui a rĂ©clamĂ© et obtenu un ministère chargĂ© des Affaires religieuses dans le dernier gouvernement, demande aujourd’hui haut et fort le limogeage du directeur de la radio-tĂ©lĂ©vision du Mali pour manque d’égard Ă  son endroit. Le patron de l’Office de la radio-tĂ©lĂ©vision du Mali (ORTM) conteste l’accusation.

Influent dans le sud du pays, le Haut conseil islamique est également puissant au Nord. En tout cas, les islamistes qui occupent cette partie du Mali considèrent le HCIM comme son interlocuteur privilégié.

 

rfi/  23/08/2012

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. Monsieur s’il vous plait eviter les problemes . Il ne s’agit pas de vainqueur ou vainqus , mais plutot un gouvernement d’union de travail , c’est tout .

  2. C’est dommage que le debat reste encore bas a ce niveau de grand vainqueur grand perdant…Vous n’avez rien d’autre a nous livrer comme analyse si n’est grand vainqueur grand perdant? Pitie alors pour vous!

  3. Et l grand perdant reste le malien normal,le malien debrouillard qui ne recoit pas de salaire du gouvernement ,le malien normal qui ne veut que la paix pour commencer ses petites affaires de survie.

  4. foutez maintenant la paix avec vos stupide analyse bande d’incompetent de journalistes, si les politiciens on Ă©tĂ© incapable de diriger le pays pendant 20 ans et nous as plongĂ© dans un ok total qu’il laisse la place aux technocrates. il n’y aura un temps pour la politique politicienne.

  5. Cher journaliste. Le mali n’appartient pas seulement Ă  cette classe politique. 70% des maliens s’en fiche de la politique. Alors laisser les cadres honnetes-tecnhocrate dirriger le pays tout just le temp de reparer le bordel qu’a foutu cette classe politique pendant les dix ans passĂ©s.

  6. Cher journaliste. Le mali n’appartient pas seulement Ă  cette classe politique. 70% des maliens s’en fiche de la politique. Alors les cadres honnetes-tecnhocrate dirriger le pays tout just le temp de reparer le bordel qu’a foutu cette classe politique pendant les dix ans passĂ©s.

Comments are closed.