Mali-France : Deux sénateurs français reçus par le président Dioncounda TRAORE

2

DIONCOUNDA TRAOREDeux sénateurs français, Gérard Larcher et Jean-Pierre Chevènement en visite dans notre pays ont été reçus hier en audience par le président de la République par intérim, Dioncounda Traoré. Le premier est ancien ministre et sénateur des Yvelines et maire de Rambouillet. Le deuxième est également ancien ministre et sénateur du territoire de Belfort (Franche-Comté). Les deux envoyés du Sénat français sont membres de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées de cette institution. A la suite de leur visite au Mali, ils déposeront un rapport sur la question du Sahel, notamment le dossier malien.
Les deux hommes ont indiqué avoir échangé avec le président Dioncounda Traoré sur la mise en place de la commission nationale du dialogue et de la réconciliation, sur le développement, la refondation des forces armées maliennes et les relations entre le Mali et la France.

Expliquant l’objet de leur visite à Bamako, Gérard Larcher a indiqué qu’ils sont là dans le cadre de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat. Cette commission est chargée d’une mission de réflexion qui a commencé il y a près de quatre mois sur la question du Sahel et le dossier malien. « C’est un rapport que nous allons faire au parlement et nous allons le faire d’une voix unique. Jean-Pierre Chevènement est de la majorité. Moi je suis aujourd’hui dans l’opposition, mais tous deux nous avons cette mission de réflexion à conduire. Avec le président de la République, nous avons salué sa décision de faire appel à l’aide militaire de la France. Et en même temps aujourd’hui l’action militaire doit conduire à la paix après avoir permis au Mali de recouvrer l’intégrité de son territoire. Nous avons longuement parlé de la mise en place de la commission nationale du dialogue et de la réconciliation. Nous avons parlé aussi de développement, de la refondation des forces armées maliennes et des relations entre nos deux pays », a poursuivi le sénateur.

Son collègue a confirmé le menu des échanges avec Dioncounda Traoré « Nous avons abordé le problème de la commission de dialogue et de réconciliation en souhaitant que tout le monde puisse y trouver sa place, alors naturellement l’intégrité du Mali et la laïcité seraient reconnues mais il est important qu’il faut réconcilier les gens. Cela est nécessaire pour que tout de suite nous ayons un contexte politique qui sera la vraie victoire. Car la vraie victoire n’est pas seulement militaire. Le Mali doit s’affirmer par lui-même, le Mali est un Etat indépendant, c’est une République à laquelle nous avons apporté secours. Mais il faut que le Mali se dote à travers des élections libres et démocratiques d’un pouvoir qui puisse se faire obéir sur toute l’étendue du territoire national avec bien entendu des formes d’organisation qu’il appartiendra aux Maliens de déterminer. La France est prête à accompagner le Mali mais ne pourra pas se substituer à lui », a dit Jean-Pierre Chevènement.

A. DIARRA

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Je dirai aux Maliens, méfiez vous de tous ces prédateurs en tournée pour poser des pièges. La droite française, comme la social-démocratie française n’ont jamais été bénéfiques à l’Afrique; et ce depuis la Traite, la période coloniale jusqu’au néocolonialisme d’aujourd’hui. Tous, y compris ces deux larrons du landerneau politique français, ont soutenu le saccage de la Somalie, la partition du Soudan, le saccage de la Côte d’Ivoire, de la Libye… Une vérité que les patriotes savent, mais bonne à rappeler aux corrompus qui sont aux affaires à Bamako: Ils viennent en soutien à la coloniale et Hollande au Mali, après Tintin au Congo.

  2. 2013-02-27 00:05:57 xinhua

    Des centaines de Jihadistes étrangers quittent la Syrie

    Des centaines de combattants jihadistes étrangers ayant rejoint les combats contre les troupes syriennes ont été vus quittant la Syrie mardi via les frontières avec la Turquie voisine, a rapporté l’Observatoire syrien des droits de l’homme basé en Grande-Bretagne.

    La raison derrière ce retrait reste vague, selon l’observatoire, citant un combattant qui déclarait que ses camarades “ont été retirés de Syrie pour rejoindre les Jihadistes au Mali”.

    L’Observatoire a indiqué que les combattants se sont retirés de la province Idlib dans le nord-ouest de la Syrie, point chaud majeur dans le conflit syrien.
    Des centaines de Jihadistes étrangers quittent la Syrie

    Le gouvernement syrien accuse depuis longtemps la Turquie de permettre aux combattants radicaux étrangers de passer sur son territoire dans le but de combattre l’administration syrienne.

    Par ailleurs, la force aérienne syrienne a bombardé la ville de Kureen à Idlib plus tôt dans la journée, a indiqué l’Observatoire.

    La Syrie est en conflit depuis presque deux ans, et des milliers de personnes sont soit mortes soit blessées. Aucune solution prévisible n’a été proposée car les deux parties en conflit ont leur propre vision de la solution et du dialogue politique.

    2013-02-27 00:05:57 xinhua

    LE MONDE ENTIER SAIT QUEL LIEN INTIME LA FRANCE A ENTRETENU AVEC CETTE ASL(ARMÉE SYRIENNE LIBRE).

Comments are closed.