Mali: IBK critique les absents de la ConfĂ©rence d’entente nationale

1
Ibrahim Boubacar KeĂŻta, IBK, Ă  Bamako, 25 juillet 2013.
Ibrahim Boubacar Keïta, IBK, à Bamako, 25 juillet 2013. © RFI/Pierre René-

Au Mali, la ConfĂ©rence d’entente nationale qui doit favoriser la rĂ©conciliation nationale s’est ouverte lundi 27 mars en prĂ©sence du prĂ©sident Ibrahim Boubacar KeĂŻta, mais sans les ex-rebelles de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et l’opposition, qui ont boycottĂ© la confĂ©rence comme ils l’avaient annoncĂ©. Dans son discours d’ouverture, le chef de l’Etat malien s’est montrĂ© vĂ©hĂ©ment face aux absents, mĂŞme s’il leur laisse la possibilitĂ© de revenir sur leur dĂ©cision.

Ibrahim Boubacar KeĂŻta emploie pendant son discours une mĂ©taphore très claire : « Cette confĂ©rence nationale est un train qui dĂ©marre. Ceux qui ne l’auront pas pris peuvent toujours le rattraper Ă  une autre gare ». Un appel sans Ă©quivoque que le prĂ©sident lance Ă  tous les sièges restĂ©s vides au Palais de la culture de Bamako.

Mais au-delà de cette main tendue, le discours présidentiel reste ferme : il exhorte « chacun à se demander, en son âme et conscience, en quoi ses postures enrichissent la démocratie ». « Je faillirais à mon devoir si je ne déplorais pas certaines absences et les discours qui les justifient », ajoute encore le président IBK.

Ils sont trois « grands » absents Ă  cette confĂ©rence : la ConfĂ©dĂ©ration syndicale des travailleurs du Mali, l’opposition, et surtout les ex-rebelles de la CMA. Eux n’ont pas changĂ© d’avis malgrĂ© les nĂ©gociations de ce week-end. Cette confĂ©rence d’une semaine leur paraĂ®t bien trop courte pour permettre une vraie rĂ©flexion et ils critiquent surtout le fait que le sujet de la gouvernance actuelle du Mali ne soit pas abordĂ©. Ce dimanche dĂ©jĂ , ils affirmaient qu’ils ne participeraient pas Ă  la confĂ©rence dans sa forme actuelle.

La Plateforme finalement présente

Un autre groupe en revanche est revenu sur sa dĂ©cision de boycotter cette cĂ©rĂ©monie d’ouverture. La Plateforme, les groupes armĂ©s pro-gouvernementaux, Ă©taient bien prĂ©sents ce lundi dans la capitale malienne.

….lire la suite sur rfi.fr

PARTAGER

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here