Mali : IBK prisonnier de son ami Hollande

78
IBK et François Hollande (photo archives)

Le président malien est en grande partie sous contrôle français. Et rien n’est entrepris afin de l’extirper de ce contexte qui risque de lui conférer l’image d’un piètre chef d’Etat.

Pour stopper l’avancée des djihadistes qui menaçaient de prendre le contrôle de la capitale, Dupont a volé au secours du Mali. Délogés des principaux centres urbains, ils ont transformé leur repli en conquête de l’arrière pays, ce qui laisse planer des incertitudes sur la sécurité des personnes et des biens dans bien d’endroits. Le président français François Hollande est ravi de l’opération militaire.  En baisse dans les sondages d’opinion, il se torturait la cervelle pour créer un événement salutaire. Le voilà submergé de messages de félicitations émanant du monde civilisé. Puis, la France s’est investie beaucoup au Conseil de sécurité afin que l’Organisation des Nations-Unies dépêche une mission de paix au Mali. Sous les regards approbateurs des populations qui y voyaient un sérieux coup de pouce. Toutefois, elles ont vite déchanté. Elles n’accordent à présent aux casques bleus qu’une confiance limitée.  Consécutive au refus manifeste de croiser le fer avec les djihadistes couplé aux velléités de déclarer la guerre au mouvement patriotique GATIA dans sa quête de protection des populations victimes d’exactions de groupes armés. L’annonce de l’érection d’un  périmètre de sécurité autour de la ville de Kidal sous contrôle rebelle participait de cette stratégie d’offrir au Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) un parapluie.

Ce parti pris a agacé au plus haut point le président malien Ibrahim Boubacar Keïta. Ses récriminations ont été un coup d’épée dans l’eau. Etats-Unis, Royaume Uni ont épousé le point de vue français. Assorti d’importantes pressions diplomatiques sous le poids desquelles intervient la maladroite injonction d’IBK au GATIA de regagner ses positions antérieures, donc d’abandonner Anéfis (haut lieu de transit de la drogue) à la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) qui avait suspendu sa participation au Comité de suivi de l’Accord d’ Alger. De toute évidence, le numéro un malien a visiblement quelque peine à rester constant. Après avoir vertement tancé la MINUSMA, il l’a couvert quelques semaines plus tard d’éloges à New York, siège de l’organisation.

Demain, l’OEI peut-être !

En outre, il semble avoir fait bon cœur contre mauvaise fortune : l’absence de l’Etat à Kidal. Récemment, il déclarait en réplique à d’aucuns désireux de lui voir en visite dans cette région qu’une telle démarche serait contreproductive. Encore sur ce terrain, il a changé le fusil d’épaule. On se rappelle, Moussa Mara, alors Premier ministre, avait foulé le sol kidalois, soldé par un carnage au sein des Forces armées. Or, on ne peut soupçonner ce dernier de faire cavalier seul. Peut-être, IBK voulait ainsi sondé à nouveau les intentions de son ami François Hollande. Selon les enquêtes balistiques, les balles ont été tirées d’armes de fabrication française. D’aucuns soupçonnent les soldats français d’avoir prêté main forte aux rebelles. En vue de dissuader notre gouvernement d’y exercer l’autorité de l’Etat, conformément aux consignes données par Hollande.

Puisque la nature a horreur du vide, le Septentrion est devenu une plaque tournante du trafic de toute sorte : armes, drogue, marchandises, humain. Et les groupes armés rançonnent ce trafic. A vrai dire, les trafiquants sont devenus des multinationales. Et comme toute multinationale, ils secrètent des profits. Qui sont recyclés dans l’économie formelle : achat ou construction d’immeubles dans les grandes villes du Mali et dans le reste du monde, création d’entreprises, entre autres.

En définitive, tout le Mali voire la sous-région sont affectés par l’absence de l’administration à Kidal devenu le temple des organisations maffieuses et terroristes. Sous le nez et à la barbe de Barkane, plutôt dans les airs et réduit à quelques opérations terrestres, pas suffisantes pour les décourager. Sur d’immense étendue de sable naissent et grandissent des groupes qui donnent du fil à retordre aux forces armées et de sécurité dans d’autres contrées du pays.  Alors qu’elles peinent à obtenir les équipements indispensables. Un fait imputé à l’activisme français qui vient embrouiller une situation déjà passablement complexe.

De l’aveu d’IBK, alors en tournée dans la région de Sikasso, des puissances empêchent le Mali d’être tel qu’il l’entend, et de se conduire comme il veut. Bamako désirait se procurer des véhicules de combat et des BMP (engins blindés de transport de troupes) de marque russe, des hélicoptères de combat. En vérité, selon nos sources, la place de plus en plus prépondérante de la Russie et de la Chine dans le commerce avec le Mali n’est pas du goût de Paris, attaché à son rôle de puissance colonisatrice. Demain, ce serait l’Organisation de l’Etat islamique qui  pourrait profiter du chaos actuel pour étendre ses tentacules au Mali, avant ou après une intervention militaire jugée très  probable visant à la déloger de la Libye. Un tel scénario n’est pas à écarter quand on sait que toutes les rébellions touaregs sont parties de là.

Georges François Traoré

PARTAGER

78 COMMENTAIRES

  1. Merci à François pour tous ce qu’il est en train de faire pour le Mali. On est vraiment fière de ce grand service qu’il vient de rendre à notre pays

  2. Il faut solliciter d’avantage la France pour la mise en œuvre de l’accord d’Alger pour la paix et la réconciliation nationale.

  3. le président malien et son homologue français tenteront de se mettre d’accord sur la crise malienne. Politiquement et stratégiquement les relations entre la France et le Mali doivent être très bonne.

  4. Le prĂ©sident IBK n’est ni le prisonnier de Hollande ni celui de la France. La France et le Mali sont liĂ©s par un lien historique. Et c’est grâce Ă  ce lien que la France s’est engagĂ©e de notre cĂ´tĂ© pour combattre groupes armĂ©s. Pour ce faire, je salue cet engagement sans lequel le pays serait basculĂ© aux de ses ennemis.

  5. ” En dĂ©finitive, tout le Mali voire la sous-rĂ©gion sont affectĂ©s par l’absence de l’administration Ă  Kidal devenu le temple des organisations mafieuses et terroristes. ”
    Effectivement, nous sommes peinĂ©s de voir jusque lĂ  que le gouvernement n’exerce pas son autoritĂ© Ă  Kidal au grand damne des populations y vivant. Je pense que progressivement, bien sĂ»r avec l’accord de paix, l’administration y sera dĂ©ployĂ©e pour que l’administration soit plus proche de ses administrĂ©s.

  6. Depuis le début de la crise malienne, la France est plus ou moins active dans la crise malienne. Nous félicitons les autorités maliennes de la mise en place de cette bonne diplomatie

  7. Je remercie la France pour toutes ces contributions afin que notre pays recouvre son intĂ©gritĂ© territoriale. Ces contributions ont permis un temps soit peu Ă  redonner de l’espoir au peuple Malien.
    Vive la coopération Franco-Malienne !
    Vive le Mali pour que vive la paix et la sécurité !

  8. Le Nord du Mali est en proie à toutes sortes de trafics. Pour éradiquer ce fléau qui gangrène cette partie du pays, il faut fédérer les forces et les moyens afin de bouter ce phénomène hors de nos frontières.

  9. Que dieu bénis La coopération et la Fraternité.
    Vive La France et le Mali
    Vive Hollande et IBK

  10. Cette coopération entre ses deux pays est l’une des coopérations les plus anciennes et le plus chère pour ses deux pays.
    La France a toujours répondu le Mali dans ses temps difficiles, et le Mali n’a pas hésiter pendant que la France a besoin du Mali.

  11. Pour moi, la France est toujours engagée au côté de notre pays à retrouver la paix et son intégrité territoriale. Elle ne saurait créer des situations qui nuiraient à l’accord de paix.
    VIVE LE MALI !
    VIVE LA FRANCE !

  12. La France n’est pas la source des problèmes que nous traversons. D’ailleurs, elle a Ă©tĂ© d’un appui inestimable lors de l’attaque des envahisseurs de notre pays. Je pense que nous avions besoin de soutien dans cette lutte anti-terroristes. Cette guerre se gagnera en Ă©tant uni et soudĂ©.

  13. Merci au prĂ©sident François Hollande pour tout ce qu’il fait pour notre pays.
    Merci au président IBK pour toutes ses actions pour perpétuer nos relation avec la France.
    Vive la coopĂ©ration franco malienne…

  14. Le Mali est sur un bon chemin avec lui et même si les ennemis du pays font tous pour le dénigrer, le chemin du président est déjà défini. Le Mali ramasse plus de 2000 milliards de fonds et une très bonne lancée de l’économie avec un apaisement remarquable de la situation sécuritaire sur le terrain.

  15. La France a fait beaucoup pour la paix dans notre pays et continue de nous soutenir à travers sa force qui est toujours présente.
    Je pense que les journalistes maliens devaient Ă©crire sur les actions de ce pays en faveur de notre Maliba pour que la population sache ce qu’elle fait et non le contraire.

  16. A mon avis, le prĂ©sident IBK n’est prisonnier de personne. Le Mali et la France, il a toujours existĂ© une relation amicale vieille depuis des annĂ©es. La France reste et restera le partenaire privilĂ©giĂ© de notre pays. Donc, qu’on arrĂŞte d’accuser la France pour ce qui nous arrive. Quelle est notre part dans cette crise ? Et quelle est notre contribution dans la rĂ©solution de cette crise ? Je pense que ce sont ces questions qu’on devrait se poser au lieu de toujours accuser les autres.

  17. La France a toujours été aux côtés du Mali depuis avant l’indépendance jusqu’à aujourd’hui.Le pouvoir malien a toujours reçu une main mise de la France donc, ces deux pays sont toujours ensemble, amis et alliés

  18. Le président IBK est un grand homme d’État qui sait sauvegarder les relations avec nos partenaires stratégiques.
    Mais de lĂ  Ă  dire qu’il se laisse manipuler par son homologue français,cela relève de la pure volontĂ© de le salir.
    Mais sachez que c’est peine perdue car nous savons que ce monsieur ne sert que les intĂ©rĂŞts de notre pays.

  19. En définitive, tout le Mali voire la sous-région sont affectés par l’absence de l’administration à Kidal devenu le temple des organisations maffieuses et terroristes. :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:
    Si l’occident et particulièrement la France soutient ce genre de situations c’est justement pour leur permettre de vendre leurs armes. Ils ne peuvent pas vraiment tirer profil de ces actions frauduleuses en pĂ©riode de stabilitĂ©. Il faut donc semer le dĂ©sordre pour mieux s’implanter d’oĂą la maxime diviser pour mieux rĂ©gner. Il faut donc que nos autoritĂ©s puissent trouver les moyens de libĂ©rer notre septentrion pour Ă©loigner de nous les menaces liĂ©es Ă  ces vendeurs de morts.

  20. Nous espérons que Espérons que la France vienne cette fois-ci avec de bonnes intentions et sincères ou alors ce sera une rupture totale entre les deux peuples.

  21. Je ne sais même pas pourquoi les journalistes maliens aiment autant créer la polémique.
    La France s’est toujours montrĂ©e attentive Ă  tout ce qui touche de près ou de loin notre pays.
    Je pense qu’il serait mieux que nos journaliste salue ce pays au lieu de se mettre Ă  Ă©crire des articles Ă  la con pour juste dĂ©nigrer le prĂ©sident IBK.

  22. Je pense qu’il faut arrĂŞter d’incriminer la France pour ce qui se passe au Nord de notre pays. La France est engagĂ©e de notre cĂ´tĂ© afin de bouter le terrorisme et toutes autres formes de trafics dans le septentrion. Nous sommes rĂ©ceptifs Ă  toutes formes d’aide en notre faveur dans cette lutte car c’est ensemble que nous la gagnerons.

  23. Que ce soit l’ONU ou encore d’autres structures chargĂ©es de soit disant “maintenir la paix”; toutes ces organisations sont Ă  la solde des grandes puissances qui pour la plupart dĂ©tiennent le droit de vĂ©to Ă  l’ONU. Dans ces conditions il est beaucoup difficile pour des pays que je qualifierais de “faibles” comme le notre ne peuvent pas s’en sortir parce que toujours freiner dans leur Ă©lan par ces grandes puissances qui veulent toujours nous imposer notre diktat mĂŞme si celui-ci va Ă  l’encontre de nos volontĂ©s.
    Dans ces conditions, comment pouvons nous Ă©voluer?
    Il faut que nous puissions dégager les voies et moyens au plan local et sous-regional pour nous libérer de ce joug!

  24. La France est un acteur ne pas négliger dans le conflit et la survie de la nation malienne.
    Espérons qu’ils discutent des questions qui pressent sur la population malienne.Vive la Paix.

  25. Les relations que la France entretient avec le Mali n’ont commencĂ© ni sous le pouvoir Hollande,ni sous celui d’IBK.
    Ces deux hommes ne font qu’entretenir ces relations pour les lĂ©guer Ă  la postĂ©ritĂ©.
    Je pense que cela n’a rien Ă  voir avec une quelconque domination d’IBK par Hollande.

  26. Le peuple malien sait ce que la France lui a apporte alors monsieur arrĂŞtez de nous raconter des balivernes. Elle a promis un investissement de plus de 300 milliards au Nord donc elle n’est pas comptable de vos accusations car c’est pas elle qui a crĂ©e cette crise.

  27. Les forces Françaises et la Minusma sont engagĂ©es aux cĂ´tĂ©s de notre pays pour combattre le terrorisme et toutes formes de trafics dans le Nord. Je pense que l’apport de ces deux forces a Ă©tĂ© dĂ©terminant dans cette lutte commune. Et cela est Ă  saluer.

  28. Le prĂ©sident IBK n’est aucunement prisonnier de François Hollande.
    Ces deux hommes d’État travaillent en synergie pour les intérêts de leurs deux pays.
    Que les journalistes véreux arrêtent donc de créer la polémique.

  29. Si le Nord Mali est devenu un lieu de trafic de tous les genres, je pense que cela n’est la faute Ă  la France. Il faut plutĂ´t accuser les rebelles car ils crĂ©ent la guerre pour se faire de l’argent.

  30. Tout le monde est conscient du rĂ´le que la France joue dans la recherche et le maintien de la paix dans notre pays.
    Je pense donc que des articles de ce genre ne sont pas en ce moment les bienvenues car cela pourrait créer des malentendus entre nos deux pays.

  31. Je crois que c’est une triste rĂ©alitĂ© mais la France n’a Ă©tĂ© engagĂ© auprès de notre pays que pendant seulement quelques temps contre les djihadistes. Après que l’orage soit passĂ© celle-ci leur offre tous les moyens pour qu’elle puisse survivre. Cette situation leur donne plus de cran et est Ă  la base aujourd’hui des nombreuses attaques et embuscades qui ont lieu contre nos forces armĂ©es.
    Elle doit se ressaisir car notre pays n’a que trop souffert de cette crise.

  32. Dans cette crise au nord Mali,la France s’est véritablement engagée et a même perdu des hommes.
    Je pense que de tels propos de certains journalistes ne visent qu’Ă  dĂ©grader nos relations avec ce pays frère.

  33. Voici les 3 buts qui ont poussé la France à intervenir au mali : stopper l’avancée en direction de Bamako des forces djihadistes, « sécuriser Bamako, où nous avons plusieurs milliers de ressortissants » et « permettre au Mali de recouvrer son intégrité territoriale » en appuyant la mission confiée aux forces de la Cédéao, tout en soulignant que la France n’a pas vocation à rester au Mali.
    Cela a été une erreur donc les deux camps seront trouvés un terrain d’attente

  34. Je pense qu’il faut arrĂŞter de pointer toujours un doigt accusateur Ă  la France. L’intervention française a Ă©tĂ© très bĂ©nĂ©fique lors de l’avancĂ©e des mouvements armĂ©s vers la capitale. N’eut Ă©tĂ© leur intervention, la capitale serait tombĂ©e dans les mains des envahisseurs. La France a volĂ© Ă  notre secours sous la demande de nos autoritĂ©s. Donc, j’estime qu’on ne devrait pas voir cela comme une faiblesse de la part du prĂ©sident ou que sais-je encore.

  35. J’invite la France à tout mettre en œuvre afin que les FAMAS reviennent dans cette région. Les différents belligérants dans le nord du Mali doivent faire preuve de bonne foi et respecter leur engagement, leur dette envers leur population, l’État malien et la communauté internationale.

  36. Notre pays et l’Afrique en gĂ©nĂ©ral est manipulĂ© par l’occident. Si notre armĂ©e ne peut pas ĂŞtre ce que nos autoritĂ©s veulent c’est parce qu’en rĂ©alitĂ© il y a un embargo qui ne dit pas son nom. C’est un système mis en place pour nous exploiter, rien que nous exploiter et maintenir notre tĂŞte sous l’eau.
    Si la France fait barrière Ă  ce que nous acquĂ©rions des armes pour notre armĂ©e c’est justement parce qu’ils n’y ont pas leur intĂ©rĂŞt. Nous devons le comprendre et accompagner nos autoritĂ©s pour y trouver des solutions.

  37. Les forces françaises sont arrivées dans le nord de notre pays à un moment où les djihadistes voulaient y imposer leur loi.
    Grâce à leur soutien considérable nous avons pu les chasser pour pouvoir nous diriger dans le sens de la tranquillité.
    Arrêtez donc d’incriminer ce pays qui n’est qu’un ami.

  38. Cela que les forces Françaises sont loyales envers leur engagement que beaucoup ont critiqué. Des gens ont tout dit contre la position solo de la France dans le septentrion Kidal. Mais il est bien de le dire et de le redire encore et encore, nous disons merci à la France pour son aide au Mali.

  39. Moi je pense que ce pays ami qui est la France est lĂ  pour nous aider Ă  aller Ă  la paix.
    Les mouvement du Nord doivent comprendre cela et laisser cette force travailler pour notre pays.
    Vive le Mali,vive la France…

  40. Le Mali et la France mains dans les mains pour arrĂŞter les djihadistes du nord.
    La coopération entre le Mali et la France est à saluer. Nous demande la retenue et le pardon pour une issue rapide et souhaitons la poursuite de la mise en place de nos accords de paix.

  41. Le Mali et La France sont engagé la résolution de cette crise donc des accords ont été signés à cet effet
    il y a une mise en place de ces accords signés et les patrouilles conjointes en font partie nécessairement.
    On n’a pas besoin d’arguments de faux journalistes comme vous pour ce qui se passe au Nord car les forces françaises jusqu’Ă  preuve du contraire ne sont nos ennemis

  42. L’intervention de la forces françaises Ă  nos cĂ´tĂ©s a Ă©tĂ© d’un appui très important et bĂ©nĂ©fique pour notre pays. Cela a permis de repousser les rebelles dans certains coins du nord.

  43. Et rien n’est entrepris afin de l’extirper de ce contexte qui risque de lui conférer l’image d’un piètre chef d’Etat. 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄
    Je crois que nous devons situer les responsabilitĂ©s dans cette affaire car le prĂ©sident IBK ne peut pas ĂŞtre accusĂ© pour ce qui arrive Ă  notre pays du fait des forces françaises dans notre pays. Nous avons tous saluĂ© cette intervention et au rappel ce n’est pas lui qui a sollicitĂ© cette intervention des forces françaises dans notre pays. Alors comment peut-il subir des humiliations pour cela?
    Il a trouvé une situation avec laquelle il est obligé de composer.

  44. Pour une sortie définitive de cette crise, l’azawad doit faire preuve de maturité et des respects pour le peuple
    Ils savent qu’on peut pas régner indéfiniment avec des armes donc une sortie pacifique est la bienvenue

  45. L’intervention des forces françaises Serval puis maintenant Barkhane, dans notre pays est à saluer car elle a permis d’éviter que le chienlit ne puisse s’installer partout dans notre pays et y semer la désolation.
    Mais nous devons regretter pour la plupart aujourd’hui car le comportement de ces forces ne cessent de faire des vagues parce que ces derniers par leurs agissements se rendent coupable de complicitĂ© avec les terroristes qui ont attaquĂ©s notre pays et qui continuent de nous endeuiller.
    Il doit ĂŞtre donc temps pour que cette force change son attitude ou quitte notre pays.

  46. L’intervention française a été dès le début salué dans notre pays mais après deux années dans notre pays l’ont constate avec amertume que les forces françaises sont accusés d’avoir des relations complices avec les terroristes et aussi de bavure contre des alliées de notre gouvernement et d’autres forces signataires de l’accord de paix. Il faut donc que la barkhane puisse montrer pattes blanches face à ses accusations.

  47. Après plus deux d’interventions dans notre pays la force française a perdu toute confiance et toute intégrité dans notre pays et je pense que nos autorités doivent les remercier pour service rendu à notre pays afin de ne pas paraître hypocrite et leur demander de foutre le camp car ces derniers ont prouvé par A+B qu’ils traitent avec les terroristes ce qui est inacceptable; ils doivent donc partir.

  48. Je ne sais pas si ces le changement de dénomination qui a eu un impact sur la mission des forces françaises dans notre pays mais la force serval a été vraiment salvatrice pour notre pays contrairement à la barkhane qui se rends coupable de certains faits qui remettent en cause sa mission dans notre pays qui était celle de combattre les terroristes qui voulaient s’emparer du pays.
    Vivement que ce revirement soit corrigé pour le bien de tous. Vive la paix au Mali!

  49. Les forces françaises sont les alliés de notre pays car elles nous ont aidées à un moment donné contre les djihadistes qui ont attaqués notre pays mais dernièrement il est ressorti que ces derniers posent des actes répréhensibles dans notre pays ce qui est fort regrettable; il faut donc que la Barkhane puisse montrer qu’elle n’est pas coupable des allégations à son endroit.

  50. ArrĂŞtez s’il vous plait de pleurnicher et d’accuser toujours les autres la France en particulier Chaque annĂ©e on vote un budget pour acheter des armes. Qu’est ce que nous avons fait de ces sous ?Chaque pays doit assurer sa sĂ©curitĂ©. N’ayons pas la mĂ©moire courte la France nous a aidĂ© contre les djihadistes et elle ne peut pas tout faire pour nous. Combien sont les rebels et quel est l’effectif de notre armĂ©e ?Battons nous et c’est tout

  51. Les empechements et les difficultes de retablir la paix au Mali proviennent des relations avec Hollande .Nous devons prendre nos distances avec ce pouvoir pour equipper l’armee Malienne et controler le territoire Malien,particulierement les ressources naturelles du pays.La France n’a jamais cesse de monter des complots sournois contre notre pays,d’aider les ennemis du Mali,d’instrumentaliser non seulement les rebelles mais meme certaines institutions du Mali.Nous devons poser les problemes de la bonne maniere de les poser,sans hesitations, sans influences exterieures.Nous connaissons nos interets.C’est la defense de ces interets qui doit prevoir ,Rien d’autre! Le “musalakeya” doit prendre fin.Des mesures tendant a renforcer notre securite,a construire un pays a moitie detruit,a consolider la cohesion nationale doivent etre mises en oeuvre,sans tenir compte de l’attitude negative de certaines puissances qui sont en fait nos ennemis parce qu’elles s’opposent aux objectifs de redressement de notre pays.Soyons consequents avec nous-memes.C’est la seule methode valable.

  52. Quand vous avez un ami qui essaye de vous dicter ses lois , ce n’est plus un ami c’est quelqu’un qui essaye de vous dominer .
    Quand vous avez un ami qui vous fait marcher aux pas selon ses dĂ©sirs , ce n’est plus un ami mais un maĂ®tre
    Quand vous avez un ami qui ne cesse de vous humilier , ce n’est plus un ami mais un hypocrite
    quand vous avez un ami qui vous empĂŞche d’avoir les moyens pour vous dĂ©fendre , ce n’est plus un ami mais un ennemi dĂ©guisĂ© ou masquĂ© .
    Quand vous avez un ami qui ne vous respecte pas , ce n’est plus un ami mais un imposteur .
    Quand vous avez un ami qui vous dit quelque chose mais fait le contraire Ă  travers ses actes , prenez vite vos distances de lui .

  53. De ma part, je pense que le MALI n’est pas le seul pays manipulé par la France et que le président IBK n’est pas le seul président Africain qui a des grands visions pour son pays et qui tente par voies et moyens de le faire sortir de crise.
    Nous devons être capables de comprendre le président de la république. Ses causes de se comporté ainsi avec la France. Il y’ a des conditions que la France ne cesse de poser que le Mali ne peut pas fuir.

  54. La France ne laisse pas le Mali en paix tant qu’il n’aura ce qu’elle cherche dans ce pays. La France est même en train de se mettre entre le Mali et sa paix.

  55. Tout ce que je demande aux maliens est de comprendre la position de notre président qui est souvent en face de certains décisions très compliqué. Nous sommes surs qu’il ne veut que du bien pour le Mali et nous devons l’aider envers le choix de ce bien.

  56. Il faut savoir enlever le poisson dans le filet sans le déchirer, maintenant nous avons besoin de la France il faut que nous soyons doux envers cette France et l’accorder certain choses. Sans la France le Mali cessera d’exister à moins de 72 heures, le combat auquel notre pays fait face ne nous appartient pas à nous seule, toute l’Afrique dois se mettre debout pour mener ce combat, mais nous constatons le contraire.
    Ayons la fois de comprendre notre président pourquoi il faut tout ça pour la survie de la nation
    Bien sûre…

  57. On se rappelle que La France est venu en aide au MALI entend que son ami et que le Mali en est fait de même quand la France avait besoin du Mali. Mais la France doit immédiatement cesser certain comportements à l’égard de notre nation et de son ami le Mali.

  58. Le Mali et la France, n’oublions surtout pas que sans la participation française le Mali aura cessé d’exister. Pour cela ne jetons pas la faute au président IBK, il a le contrôle de la patrie et il sait par quelle voie l’amener.

  59. Moi je dirais que l’Afrique en général est loin d’être un continent qui pourrait se défendre sans la complicité de ses occidentaux.
    Le Mali est loin d’être ce pays qui peut prendre ses ailes sans la France. Le président est mieux conscient de ce qu’il fait, et je suis sûr qu’il ne fait rien dans le hasard…

  60. La Minusma, la CMA, la communautĂ© internationale abusent de la clĂ©mence de L’Etat malienne. La crise malienne est devenue maintenant un jeu de dupe. La communautĂ© internationale favorise d’une manière ou d’une autre une minoritĂ© face Ă  la majoritĂ©. Les droits de la population qui sont la sĂ©curitĂ©, la paix, la rĂ©conciliation et la prospĂ©ritĂ© sont tous ignorĂ©s au profit des intĂ©rĂŞts sordides de la part des puissances internationales.

  61. IBK ne peut fait exception Ă  la règle, le Mali depuis fort longtemps est sous l’emprise de la France. IBK est le seul prĂ©sident dĂ©mocratique qui a pu plus ou moins souvent tenu tĂŞte Ă  la France et mĂŞme Ă  la communautĂ© international pour les intĂ©rĂŞts de son pays.

  62. IBK n'est pas le premier et ne sera pas le dernier président africain ou en particulier malien, plus ou moins manipuler par la France. Depuis bien avant son avènement au pouvoir IBK était connu par sa franchise, et il continue toujours d'être franc entre lui et la France en ce qui concerne la Mali.

  63. IBK n'est pas le premier et ne sera pas le dernier président africain ou en particulier malien, plus ou moins manipuler par la France. Depuis bien avant son avènement au pouvoir IBK était connu par sa franchise, et il continue toujours d'être franc entre lui et la France en ce qui concerne la Mali.

  64. Le Mali n’est pas encore un pays indépendant, contrairement à ce que nous croyons. Si on l’était, on n’allait pas avoir besoin que de la France pour tous nos problèmes. On pouvait solliciter d’autres pays ou puissances. Mais jusqu’à présent les anciennes colonies sont toutes obligées de demander uniquement et simplement l’aide de leur seule puissance colonisatrice. C’est ce que j’appelle le colonialisme sous une autre forme ou le colonialisme modérée.

  65. C’est la France qui freine le processus de paix dans notre pays. On a fait ce qu’il fallait faire. C’est-à-dire demander secours à une puissance. Mais le choix ne devrait pas porter sur la France qui ne vise que son seul intérêt. Certes, tous les Etats visent leur intérêt mais la manière de la France est exagérée.

  66. Seul le système qu’avait fait le premier président du Mali indépendant, Modibo Keïta, marche pour se débarrasser de la puissance colonisatrice, la France. Il s’agit de recourir au socialisme. C’est la seule solution pour que nous président ne soit pas sous contrôle française. Dès que ces derniers le sont c’est le Mali même qui l’est.

  67. Les présidents maliens ont toujours été des simples gouverneurs et le resteront tant que nous ne fassions pas une prise de conscience de ce que cela peut amener. Ce sont les maliens eux-mêmes qui doivent soutenir et accompagner leur président pour que celui-ci puisse se débarrasser de la France et se tourner vers qui il veut.

  68. L’opération serval a, certes, permis à notre pays de trouver son intégrité territoriale car sans l’intervention de cette force, les terroristes allaient s’emparer de la capitale, Bamako. Nous sommes reconnaissants envers cette opération. Mais c’est la France elle-même qui nous empêche aujourd’hui de regagner le reste du pays sous contrôle rebelles. Il s’agit du septentrion.

  69. Le Mali et son président sont et resteront en grande partie sous contrôle française tant que nous n’adoptons pas notre propre monnaie et notre langue comme langue officielle. Un pays indépendant n’est pas celui qui continue de fonctionner avec la langue et la monnaie imposées par la puissance colonisatrice. Et le Mali en particulier et les pays francophones en général ne sont pas des Etats indépendants.

  70. Ce n’est pas le président malien qui est grande partie sous contrôle Française mais le Mali tout entier. Depuis le jour où le président malien de l’époque, le général Moussa Traoré a changé le franc malien au franc CFA, depuis le jour où le même président s’est tourné vers le capitalisme, j’en passe.

  71. La France est la source des maux de tous les pays d’Afrique francophone. Le Mali qui a été sauvé en quelque sorte par la France ne peut rien dans la résolution de la crise sans le consentement à priori de la France. Cela ne veut pas dire qu’IBK est prisonnier de son ami Hollande comme le journaliste le pense.

  72. La gouvernance dans notre pays repose sur un système qui consiste à se soumettre aux volontés de la puissance colonisatrice quo est la France. De la manière où cette puissance a gagné le terrain sur notre sol et dans le fonctionnement de notre pays, ce n’est pas une chose aisée pour IBK de rompre avec cette accointance.

  73. Pas Ibrahim Boubacar Keïta seulement mais tous les présidents africains en général et maliens en particulier. Donc si IBK ne s’allie pas François Hollande, ce pays ne connaîtra pas la paix qu’elle a besoin et dont les citoyens attendent.

    • Je prĂ©fère um peu le commentaire de L’epervier seulement il s’est trompĂ© en voulant dire communism au lieu de socialism.
      Tres certainement il les pays africains (francophones surtout ) vivent d’une emprise colonisatrice geopolitiques et economiques.
      L’important cest de revoir surtout nos relations, faire les choses autrement pour un partenariat GAGNANT – GAGNANT.

  74. Le chef de l’Etat malien n’est pas prisonnier de son ami Hollande. C’est juste une question de compréhension. Si certains pensent qu’IBK ne peut rien faire sans le consentement de la France et de son président, et bah je dirais que cela a toujours été le cas nos présidents.

Comments are closed.