Mali: l’UA rappelle “l’exigence de la subordination” de l’armĂ©e au pouvoir civil

2
La prĂ©sidente de la Commission de l’UA, Nkosazana Dlamini-Zuma, le 4 dĂ©cembre 2012 Ă  Addis Abeba
© AFP

L’Union africaine (UA) a condamnĂ© les “conditions” de la dĂ©mission du Premier ministre malien Cheick Modibo Diarra, rappelant “l’exigence de la subordination totale” de l’armĂ©e au pouvoir civil, dans un communiquĂ© publiĂ© dans la nuit de mardi Ă  mercredi.

La prĂ©sidente de la Commission de l’UA, Nkosazana Dlamini-Zuma, “condamne les conditions dans lesquelles est intervenue la dĂ©mission du Premier ministre sortant” et “rappelle l?exigence de la subordination totale de l?armĂ©e et des forces de sĂ©curitĂ© au pouvoir civil,” dit le communiquĂ©.

M. Diarra a Ă©tĂ© contraint mardi Ă  la dĂ©mission par d’anciens officiers putschistes hostiles Ă  une intervention Ă©trangère contre les islamistes qui occupent le Nord du Mali.

Le président malien par intérim, Dioncounda Traoré, a nommé au poste de Premier ministre le médiateur de la République, Diango Cissoko.

Dans son communiquĂ©, la Commission de l’UA, l’organe exĂ©cutif de l’organisation panafricaine, souligne encore la “dĂ©termination de l?UA Ă  veiller au respect scrupuleux de la lĂ©galitĂ© constitutionnelle” au Mali.

Mme Dlamini-Zuma prend malgrĂ© tout “note avec satisfaction de la nomination (…) d?un nouveau Premier ministre”.

Et elle “forme l?espoir de la mise en place rapide d?un gouvernement inclusif”, qui soit capable de mener Ă  bien la “restauration pleine et entière de l?autoritĂ© de l?État sur l’ensemble du territoire national et l?organisation d?Ă©lections libres, transparentes et crĂ©dibles.”

La démission de M. Diarra sous la pression des putschistes avait dès mardi suscité la réprobation en Afrique et en Occident.

Son dĂ©part forcĂ© survient au lendemain de la dĂ©cision de l’Union europĂ©enne d’envoyer au Mali 400 militaires dĂ©but 2013 pour former l’armĂ©e malienne en vue de rĂ©tablir le contrĂ´le de Bamako sur le nord du pays, occupĂ© depuis huit mois par des islamistes armĂ©s.

Cet envoi sera la première concrĂ©tisation d’un engagement Ă©tranger sur le terrain, alors qu’est attendu avant NoĂ«l un feu vert de l’ONU sur le dĂ©ploiement d’une force internationale.

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Le gouvernement malien a besoin de diligenter des missions diplomatiques pour expliquer a la communaute internationale ce qui n’allait pas au juste. Je constate que tous les partenaies veulent saisir la moindre occasion au Mali pour justifier leur lacune, ou manque de compassion pour notre nous.

Comments are closed.