Mamadou Blaise Sangaré, président de la CDS : ‘’Je suis le seul président de parti qui peut renvoyer 5 maires sans problème »

2
2

Alors que le président de la Convention sociale démocrate (CDS), Mamadou Sangaré dit Blaise est en train de baliser le terrain pour une éventuelle candidature à la présidentielle du 29 avril 212, les nouvelles en provenance du cercle de Bougouni, considéré comme son fief, ne sont pas du tout bonnes. 6 maires et 14 conseillers viennent de claquer la porte, mais pour l’intéressé, « c’est un non évènement puisque c’est le parti qui a décidé de se débarrasser des brebis galeuses ».

Mamadou Blaise Sangaré

Les maires des communes de Sido, Debelin, Zantiébougou, Bougouni, Faradiéla et Yinindougou ont démissionné dela Conventionsociale démocrate (CDS) le 13 février 2012 avec 14 conseillers communaux et sept militants signataires de la décision.

Les faits

Tout a commencé courant février quand les relations entre le président du parti et ces maires dans le cercle de Bougouni se sont brusquement détériorées. Selon les informations qui nous proviennent du Banimonotié, le mercredi, 1er février 2012, les 6 maires se sont rendus en délégation au siège du parti à Bamako, afin d’échanger avec le président sur les agissements de ce dernier au sein du parti, qu’ils ne comprennent pas. Ils rapportent que Mamadou Blaise Sangaré n’a pas répondu à l’appel et aurait finalement soutenu  qu’avant de venir à Bamako pour un entretien, les maires devaient le saisir par une lettre et par voie hiérarchique. Cette expression a été qualifiée d’inélégante par les maires.

A leur retour à Bougouni, ils ont à nouveau invité le samedi 11 février 2012 Mamadou Bakary dit Blaise à les y rejoindre afin qu’ils discutent pour  trouver une solution à la crise. Le président Blaise n’a pas une fois de plus donné suite à leur demande. C’est pourquoi, ils  ont alors formulé une lettre de démission collective dans laquelle ils évoquent comme motifs : « le non-respect des textes du parti, le manque de débat politique au sein du parti et la confusion du parti à la seule personne de son président ».

Dans sa publication du 29 février  dernier, le journal local « Le Relais », a avancé d’autres raisons du divorce entre Blaise Sangaré et ses élus locaux. D’après lui,  les maires démissionnaires reprochent à leur président d’avoir favorisé l’émergence au sein du parti d’une nouvelle tête en la personne de Zoumana N’ti Doumbia, originaire du village de Saala dans la commune de Zantiébougou, notaire de son état, pour être candidat du parti aux futures législatives. « Le choix de ce monsieur venu de nulle part dans le parti selon eux, est la principale source de frustration » dénoncent les proches des démissionnaires.

Blaise peu marqué par ces démissions

Les maires ont été suivis par 3 conseillers communaux de Sido en plus du président de la sous-section CDS de la même commune, 2 conseillers communaux de Debelin, 5 conseillers communaux de Zantiébougou, 2 conseillers communaux de Faradiélé, 1 conseiller communal de Bougouni ainsi que 6 militants dans la commune urbaine de Bougouni.

Mais, ces démissions sont loin d’émouvoir le président dela CDS. Jointau téléphone hier, Blaise a préféré minimiser ces défections qu’il qualifie d’ailleurs de « non évènement. » Pour lui, « ces démissionnaires ne lui ont jamais envoyé cette fameuse lettre de démission ». Et même s’il s’avère qu’ils ont réellement démissionné, le président dela CDS, estime que cela n’affectera en rien son parti. « C’est après le renouvellement des structures du parti à Bougouni que ces gens là ont décidé de partir. Mais, ils peuvent faire comme bon leur semble. De toutes les façons, le parti va continuer d’exister sans eux. Le maire de Bougouni, comme vous le savez, a été en un moment donné décrié et  même suspendu par le ministre de l’Administration territoriale et des Collectivités locales. Quand le parti se débarrasse d’un tel maire, où est le problème ? Je suis le seul président qui peut renvoyer 5 maires sans problème. Nous sommes en train de préparer notre congrès. C’est là le plus important », conclut-il.

Abdoulaye Diakité

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.
Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
djangoyatera<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 155</span>
Membre
djangoyatera 155
4 années 6 mois plus tôt

BLAISE PAYE D ABORD LES CRÉDITS DE TES “PETITS FRÈRES” QUI ATTENDENT DEPUIS 2 ANS LE PRIX DE LEUR LOCATION DE GROUPES ÉLECTROGÈNES QUE TU N AS JAMAIS PAYE ON GARDE ENCORE LES DOCUMENTS… Au Mali le ridicule ne tue point, je voudrais juste SAVOIR : c’est combien la CAUTION pour se présenter à la PRÉSIDENTIELLE ? Est-ce en se présentant ou en se déclarant SA CANDIDATURE est validée d’office ou bien après les déclarations le CONSEIL CONSTITUTIONNEL va TRIER entre les candidats ?
Je n’ai jamais vu autant de GRINS = PARTIS pour certains dans ce pays et autant de candidat etc…il y’a quelque chose qui ne va pas dans notre pays il faut le dire (seul les mauvais gens ne s’en aperçoivent : il y’a trop de parti ) ARRÊTONS DE LES FINANCER et on verra leur réalités d’implantation (il y’en trop de partis et de candidats)

kkka<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 72</span>
Membre
kkka 72
4 années 6 mois plus tôt

Ce monsieur n’est pas démocrate, comment un Président de parti peut se glorifier d’être le seul à pouvoir se débarrasser de ses camarades sans problème de surcroit 5 maires. Je ne sais pas ce que les autres attendent pour démissionner avant qu’il ne fasse d’eux ses prochaines victimes.

wpDiscuz