Marche FDR-COREN et forces vives hier pour la libération du Nord : Très grande mobilisation appelant à soutenir l’armée malienne

1

La grande marche citoyenne unitaire co-organisée par le Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et la République (FDR) et le Collectif des ressortissants du Nord (COREN) et à laquelle ont participé les forces vives du Mali s’est déroulée hier jeudi 11 octobre 2012 à Bamako. Très tôt dans la matinée, une impressionnante marée humaine a pris d’assaut les rues de l’itinéraire retenu pour clairement appeler la CEDEAO et la communauté internationale à soutenir l’armée malienne et la pousser à reconquérir l’intégrité territoriale du pays.

Cette marche a commencé à partir du grand rassemblement à la Place de la liberté, passant par la place OMVS, la place de l’indépendance pour se terminer à la Colombe de la paix. C’est là que les premiers responsables du FDR et du COREN, dont Iba N’Diaye, Albdoulaye Albadia Dicko, Colonel Youssouf Traoré, Mmes Coulibaly Kadiatou Samaké, Fatoumata Siré Diakité ont adressé un ” Appel pour le Mali “puis procédé à la remise d’une déclaration officielle au Premier ministre pour  crier au secours en faveur de la récupération des 2/3 du territoire malien occupé par des terroristes et autres jihadistes.

Partie de la place de la liberté vers 9 heures, cette marche a mobilisé, outre les principaux responsables du Front et du COREN, plusieurs députés et élus locaux et des milleirs de Maliens. On pouvait remarquer la présence des leaders comme Iba N’Diaye, Tiébilé Dramé, une soixantaine de députés  comme Assarid Ag Imbarcaouane, Témoré Tioulenta, Mahamadou Cissé, Lanceni Balla Kéita, Moussa Cissé, Gouagnon Coulibaly, Soukountou Sissoko, Bo Niagaté, Mme Touré Safiatou Traoré, Gossi Draméra, Mody N’Diaye, Amadi Camara, etc. On notait également la présence des maires Boubacar Bah dit Bill, Mme Konté Fatoumata Doumbia, Souleymane Dagnon et des centaines d’élus de diverses collectivités du Mali. Selon nos informations, des élus, cadres et militants de divers partis et associations ont fait le déplacement de Koulikoro, Kati, voire de Sikasso pour prendre part à cette  marche. Les organisateurs estiment à environ 100 000 personnes le nombre des marcheurs.

Avec des slogans du genre ” vive l’Armée malienne, vive la CEDEAO, libérez le Nord… “, les manifestants ont pris le trajet place de la liberté, place OMVS, observé une escale à la place de l’Indépendance où l’hymne du Mali a été chanté à l’unisson, avant de déboucher à la Colombe de la paix. Les pancartes portaient des messages comme “la libération du Nord, un gage de paix sous-régionale et internationale ; forces de défenses et de sécurité du Mali, nous sommes avec vous pour libérer le Nord du Mali ; la libération du Nord du Mali est une question de sécurité internationale, le FDR, le COREN et les forces vives soutiennent l’armée pour libérer le Nord du Mali ; intégrisme égale obscurantisme et barbarie d’un autre temps ; consolidons l’ordre constitutionnel… “.

A la place de la colombe de la paix, la foule s’est rassemblée autour des premiers responsables du FDR et du COREN, dont certains sont montés sur le podium de circonstance, un camion décoré avec plusieurs banderoles qui transportait le matériel de sonorisation.

Dans son intervention, le 1er vice-président Iba N’Diaye a remercié les uns et les autres pour cette grande mobilisation, qui démontre l’engagement du peuple dans sa large majorité à voir le nord du pays libéré dans les meilleurs délais. Il a expliqué que la cause qui est ainsi défendue n’est pas une question de recherche de place ou de poste mais ” un combat patriotique pour la seule cause du Mali “.

Un ” Appel pour le Mali ” a été ensuite lu par Mme Coulibaly Kadiatou Samaké. “Nous forces politiques, sociales, traditionnelles, religieuses, Maliens du nord et du sud, Maliens de l’est et de l’ouest, Maliens des villes et des campagnes et de la diaspora, lançons un appel pressant à tous nos concitoyens pour une mobilisation générale aux fins de la libération de nos territoires occupés “, a-t-elle souligné.

Elle a appelé l’armée malienne et tout le peuple à se lever car le moment est venu. Et “si l’ennemi découvre son front au-dedans ou au dehors, nous sommes résolus de mourir pour l’Afrique et pour toi Mali comme l’indique notre hymne national’’. La vice-présidente du FDR dira qu’hier comme aujourd’hui, le peuple demeure convaincu que le recours à la force est indispensable à la résolution de la crise. “Nous pensons aussi que cette action doit se mener concomitamment avec la poursuite du dialogue avec nos concitoyens disposés à respecter les fondements de la République. Il est clair pour nous qu’il ne saurait y avoir dans ce schéma ni scission du pays, ni autodétermination, ni remise en cause de la laïcité de notre cher Mali“.

Aux ” frères égarés “, les responsables du FDR annoncent qu’il est grand temps de se rendre compte du grand tort causé à la patrie. Pour le front anti-putsch, le Mali a été toujours présent aux côtés de ses sœurs et frères africains chaque fois que cela a été nécessaire. Le Mali a inscrit dans sa Constitution qu’il serait prêt à renoncer à sa souveraineté pour la cause de l’unité africaine. ” Le Mali est membre fondateur de l’Union Africaine, de la CEDEAO et de l’UEMOA.

Le Mali a soutenu partout en Afrique les luttes pour la libération africaine et la sauvegarde de la démocratie, parfois au prix du sang de ses fils. Le mali a besoin aujourd’hui de la CEDEAO, de l’Union Africaine, de l’ONU et de toute la communauté internationale. Ne pas assister le Mali serait une faute grave de la communauté africaine et internationale face à l’histoire. Cela s’appelle ”crime pour non-assistance à peuple en danger””, a martelé Mme Coulibaly.

Et le FDR de demander à la CEDEAO de procéder au déploiement immédiat de la force de la MICEMA en soutien à l’armée malienne sur toute l’étendue du territoire national si nécessaire afin de mener le combat contre les forces d’occupation. Le Front demande également à l’Union Africaine et à l’ONU de soutenir sans réserve la CEDEAO dans cette entreprise.

Le Secrétaire général du COREN, Abdoulaye Albadia Dicko, a pour sa part, réaffirmé l’attachement des Maliens et des ressortissants du nord en particulier à la forme républicaine et laïque du Mali. Ils soutiennent l’armée nationale pour libérer dans un très bref délai les régions occupées depuis des mois. Et M. Dicko de souligner que le COREN appuie la requête formulée par les autorités maliennes auprès de la communauté internationale et lui demande, notamment à la CEDEAO, à l’UA, à l’UE, aux Nations Unies, aux Etats Unis, aux pays de Champ et à tous les pays amis d’apporter leur aide à l’armée malienne «pour faire cesser le chaos et le génocide naissants» dans les régions occupées.

Bruno D SEGBEDJI

 

PARTAGER

1 commentaire

  1. J’invite les Maliens hommes et femmes, jeunes et vieux ensemble civils et militaires a se mobiliser pour monter au front et demander ensuite a la communauté internationale de nous rejoindre au front. Aucune force obscurantiste ne nous imposera quoi que ce soit. Aucun tribaliste déguisé ne nous imposera une séparation ou toute autre forme de gestion de notre pays. Que les occupants s’appretent car ils ont declenché les hostilités sans se soucier de leur fin. Bientot notre préparation pour une riposte foudroyante prendra fin et nous nous retrouverons entre hommes. Ceux qui doivent mourrir, mourront mais le Mali sera. A bon entendeur……………

Comments are closed.