Médiocratie : 20 ans d’espoirs, de CUS

0
0

Vingt ans après la révolution de mars 1991, qui a balayé le régime dictatorial du Général Moussa Traoré, les Maliens ne désespèrent plus. Ils désespèrent de pouvoir espérer.

Prévu pour le 29 avril prochain, le premier tour de l’élection présidentielle  est l’unique occasion, pour nos concitoyens, de briser ce cercle vicieux.

En Afrique, et particulièrement au Mali, nous avons trop cru à la providence. Nous avons été trop optimistes, longtemps optimistes. « L’esclavage est fini, nous sommes sauvés. Tout ira bien désormais ! » disaient nos ancêtres. Vint, ensuite, la colonisation.

« La loi cadre de 1956 a supprimé les travaux forcés. Nous sommes libres ! », s’exclamaient nos grands parents. Pourtant, jamais nous n’avons autant travaillé pour les autres. « Enfin, l’indépendance est là. Nous allons pouvoir développer nos pays, rendre à nos populations leur dignité, leur fierté », poursuivent nos parents.  Le résultat crève les yeux : jamais notre pays n’a été aussi « dépendant » de l’ex –puissance coloniale.

Puis arriva la première République. Avec, à sa tête, le charismatique Modibo Keita. « Nous revoilà, enfin, souverains ! », rassurent nos pères, en bombant la poitrine. En huit petites années, Modibo Keita a su redonner espoir à son peuple.

A commencer par la création du « Franc malien », symbole de notre souveraineté retrouvée. S’y ajoutent la création de plus d’une trentaine d’usines. Afin de juguler le chômage. A cette époque, le Mali était le grenier de l’Afrique de l’Ouest. La réforme de 1962 a permis de doter le jeune Etat de cadres compétents, appréciés à travers le monde.

Mais la terreur, que la milice populaire faisait régner sur la population, a fini par sonner le glas du régime socialiste.

Réunis au sein du Comité Militaire de Libération Nationale (CMLN), un groupe d’officiers, dirigés par le lieutenant Moussa Traoré, prennent le pouvoir. C’était le 19 novembre 1968.

Les années de plomb

Soulagés, les Maliens se mettent à chanter, à danser, en scandant « Liberté ! ». La dictature qui va s’en suivre va durer 23 ans. Avec, à la clé, des arrestations, des tortures, suivies de la déportation des leaders politiques d’alors au tristement célèbre bagne de Taoudénit d’où, ils ne reviennent jamais.

Du moins, dans leur écrasante majorité. Du coup, le détournement des fonds publics est devenu un sport national. Et la corruption, d’un naturel insoupçonné. Victimes de la mauvaise gestion, les caisses de l’Etat étaient vides. Désespérément, vides. Les salaires des fonctionnaires accusaient des retards de trois, voire cinq mois. Les fonctionnaires usaient de tous les moyens, même illicites, pour joindre les deux bouts.

Mais le vent de la démocratie, soufflant sur le continent, a fini par ébranler le « régime des Généraux ».

 mars 1991 : une révolution inachevée

L’ouverture démocratique, réclamée par le « Mouvement démocratique » et les organisations de la société civile, a été réprimée dans le sang.

C’est ainsi qu’en mars 1991, l’Union Nationale des Travailleurs du Mali (UNTM) décrète une grève illimitée sur toute l’étendue du territoire national.

Du moins, jusqu’à la démission du Général Moussa Traoré. Le pays est paralysé. Elèves et étudiants vident les classes et les amphithéâtres. Avant de rejoindre les rangs des manifestants. Les marches de protestation se multiplient. Les forces armées et de sécurité tirent, à balles réelles, sur les manifestants.

Des centaines de morts dans les rues de Bamako, auxquels s’ajoutent des dizaines de blessés dans les régions.

C’est dans ce contexte, que dans la nuit du 26 mars 1991, le Général Moussa Traoré a été arrêté, au palais de Koulouba, par un groupe d’officiers. Avec, à leur tête, le lieutenant –colonel Amadou Toumani Touré, plus connu sous ses initiales : A.T.T.

Comme il fallait s’y attendre, c’était la liesse populaire. Longtemps bâillonnés, par 23 ans de dictature, les Maliens retrouvent la parole, convaincus désormais que rien ne sera comme avant. « La corruption sera combattue, la délinquance financière aussi. Tous les Maliens seront, désormais, libres et égaux devant la loi », promettaient les nouveaux maîtres du pays.

Après une transition démocratique réussie, le Mali organise ses premières élections libres et démocratiques.

C’était en 1992. Les présidentielles ont été remportées par un certain Alpha Oumar Konaré. Le suite, on la connaît. Tous ceux qui ont chanté et dansé pour le changement ont fini par déchanter. Les martyrs de la révolution de mars 1991 se retournent dans leur tombe.

La démocratie clochardisée

Certes, le Président Konaré a changé le visage de notre pays. Des ponts, des routes, des écoles, des centres de santé, des stades, des monuments … ont été construits. Mais il a oublié l’essentiel : la construction de l’homme malien, avec une nouvelle mentalité, celle d’un patriote dévoué à son pays. Conséquence : la corruption a repris du poil de la bête. Le pillage des finances publiques, aussi. La justice est, selon la célèbre formule de Me Fanta Sylla, ex-ministre de la justice, indépendante de tout sauf de l’argent sale.

Plus grave, l’école malienne sombre dans la dépression. Acquise au prix du sang, la démocratie est clochardisée. L’espoir suscité, par la révolution de mars 1991, a fait place au désespoir.

Déçus, par la gestion faite des acquis démocratiques, les Maliens plébiscitent A.T.T. C’était en 2002. Très populaire au sein de la population, le putschiste de mars 1991 était perçu comme le seul homme, capable de sortir le pays de l’impasse… politique. Surtout, après les gaffes politico –financières commises par l’Adema, l’ex –parti au pouvoir.

Le retour du messie

L’ex –Général de Brigade est élu président de la République avec un score, pour le moins, honorable. Mais à l’issue de son premier mandat, marqué par la gestion « consensuelle » du pouvoir, les Maliens ont compris une chose : le changement, tant espéré, n’est pas pour demain.

Nul ne met en doute le patriotisme d’A.T.T. Mais sa volonté- maintes fois affirmée- de combattre la corruption et la délinquance financière n’a pu venir à bout de ces deux fléaux, qui ont plombé l’économie nationale.

Sous son premier, comme sous son second  mandats, des écoles, des ponts, des hôpitaux, des routes, des logements sociaux… ont vu le jour. Sans compter les barrages et les usines …

Mais comme son prédécesseur, A.T.T a oublié de construire l’homme malien. Un homme « génétiquement » modifié par 23 ans de régime Kaki, auxquels s’ajoutent 10 ans de « règne Adema ».

Espoirs déçus

Comme sous ces deux régimes, qui se sont succédé à la tête de notre pays, l’école malienne est devenue une fabrique de « demi –lettrés ». Mais aussi, d’« intellectuels –analphabètes ». Avec des maîtrisards incapables de sortir une phrase de leur bouche. Sans secouer le cercueil de Victor « Idiot », pardon Victor Hugo. Le pillage des finances publiques se poursuit. Et les contrôles inopinés du Vérificateur général n’y peuvent  rien. La pauvreté a franchi le seuil du tolérable.

L’écrasante majorité de nos concitoyens peinent à se procurer trois repas par jour. Les prix des denrées de première nécessité ont pris l’ascenseur. Le chômage est endémique. Surtout, au sein de la jeunesse. Pour se sortir de cette situation, les jeunes –avec ou  sans diplôme –bravent les océans à la recherche d’un mieux –être, ailleurs.

Bref,  vingt ans après la révolution de mars 1991, qui a balayé le régime dictatorial du Général Moussa Traoré, les Maliens se disent sans avenir.

Prévu pour le 29 avril prochain, le premier tour de l’élection présidentielle est l’unique occasion, pour nos concitoyens, d’inverser cette tendance.

Réveillez-vous ! comme dirait  l’autre . Car, cette fois, c’est un sommeil de trop. Dormir, c’est mourir un peu. C’est mourir tout court.

Oumar Babi

 

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.