Me Mountaga Tall au cours de son investiture : « Wati sera »

0
1

Le président du Congrès national d’initiative démocratique (CIND Faso Yiriwa Ton), Me Mountaga Tall, a été investi par son parti, candidat à l’élection présidentielle du 29 avril 2012. C’était hier, dimanche 15 janvier 2012, dans la salle de basket du stade du 26 mars. Pour la 4e fois, Me Tall va se lancer dans la course pour briguer la magistrature suprême de l’Etat. Au parti du soleil levant, on est convaincu que le temps est arrivé pour le CNID de venir au pouvoir. Le leitmotiv est : « Wati sera, wati sera, wati sera… » (le moment est arrivé)

Pour cette investiture, les militantes et les militants du parti du soleil levant s’étaient mobilisés pour investir leur leader  dans la course pour la conquête du palais de Koulouba. A cette occasion, les délégués du CNID étaient venus de toutes les  régions du Mali et du district de Bamako pour soutenir Me Tall. Cette grande mobilisation annonçait déjà les couleurs. En effet, dans la salle de basket du stade du 26 mars surchauffée, un seul leitmotiv était sur toutes les lèvres : « Wati sera » (le moment est arrivé). Au CNID, après 20 ans de combat pour la  démocratie, la défense des droits de l’homme  et des libertés individuelles et collectives, les militants et responsables du parti pensent réellement que le moment est enfin arrivé pour que le soleil soit au zénith. Le parti dit avoir l’expérience nécessaire avec les succès et les échecs engrangés ça et là et l’exercice du pouvoir avec l’ère ATT pour se hisser au sommet de l’Etat. 


En bon talibé d’El Hadj Oumar Tall, Me Mountaga Tall a commencé sa fête par la lecture du coran. Des bénédictions ont été formulées et Dieu a été loué. Ensuite,  Abba Touré du Comité directeur a procédé à la lecture de la résolution du conseil d’investiture du candidat. En effet, il s’agit aux militantes et les militants et autres supporteurs du candidat du CNID de s’engager à faire élire Me Mountaga Tall président de la République du Mali à l’issu du scrutin du 29 avril prochain. Puis, le même Abbou Touré présenté le candidat du parti. On retiendra que Me Mountaga Tall est un avocat émérite, lequel s’est engagé en politique dans les années 1990 avec la création du CNID association puis du CNID parti. Faisons l’économie de son combat pour l’avènement de la démocratie et du multipartisme, connu de tous. Plusieurs fois député, président du groupe parlementaire CNID, premier vice-président de l’Assemblée nationale, député du parlement panafricain, Me Tall a été de tous les grands débats à l’hémicycle. La réforme constitutionnelle, le code des personnes et de la famille, la loi de finances, etc… ont tous d’un moment à un autre reçu la touche de Me Tall. Grand débateur, éloquent, il s’est illustré à la télévision malienne par la pertinence de ses idées et sa force de proposition. Pour autant, son heure est-elle arrivée pour succéder à ATT ? Il le pense comme ses militants qui scandent « wati sera ».


Soulignons que cette cérémonie a été agrémentée par des prestations d’artistes et surtout de la troupe de Kali Togola, qui a séduit l’assistance par une séance de démonstration à couper le souffle. Elle a été suivie par l’emblématique griotte Tata Bambo Kouyaté, laquelle a couvert d’éloges le candidat du CNID.


Après ces instants de recréation, les choses sérieuses ont commencé. Me Tall a pris la parole sous un tonnerre d’applaudissements. Du haut de la tribune, Me Tall a salué et remercié ses militants pour le choix porté sur sa modeste personne. Il a également apprécié à sa juste valeur la présence très remarquée des leaders religieux qui avaient répondu à son invitation. En effet, certains chefs religieux à l’image du célèbre prêcheur, Ousmane Chérif Haïdara, Cheick Souffi Bilal Diallo et bien d’autres, ont rehaussé l’éclat de la cérémonie de par leur présence.
«Je connais le Mali pour l’avoir sillonné. Je suis imprégné des préoccupations des maliens et des maliennes parce que je suis tous les jours avec eux. Si je suis élu, je proposerai un pacte social et républicain pour la bonne marche de notre pays», a-t-il martelé. Avant de souligner que les élections sont ouvertes que le nombre actuel de députés ou de conseillers communaux d’un parti politique ne le fait pas gagner d’avance cette élection. Car, ATT a gagné en 2002 sans conseillers ni députés.  «Je dis que les élections de 2012 sont ouvertes et nous allons les gagner, inchallah», a-t-il dit.
Youssouf Diallo
Chahana Takiou

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.