Meeting pour exiger les concertations nationales : Bamako a tremblé en une matinée

23

Aussitôt dit, aussitôt fait ! Les leaders de la nouvelle plateforme exigent la tenue des concertations nationales. Ils ont d’ailleurs commencé à déployer leur plan de bataille. Hier mercredi, 9 janvier 2013, ils ont organisé un grand meeting à la Place de l’indépendance de Bamako.  

 

Les manifestants de la Copam dans les rues de Bamako

Les cinq groupements de la nouvelle plateforme, notamment Ibk-2012 ; Copam-force vive; Copam 1 et 2 ; Front patriotique pour le Mali  et Diogo ni maya, se sont fait entendre à travers une démonstration de force le mercredi 9 janvier 2013. En effet, ils ont réussi le défi de la mobilisation en parvenant à masser leurs militants à la Place de l’indépendance, à l’occasion d’un meeting par lequel ils ont confirmé leur détermination à aller jusqu’au bout dans la défense de leur plateforme dont l’objet essentiel est la tenue des concertations nationales pour gérer le processus de transition.

Pour assister à ce meeting, les manifestants sont venus de partout. Nous avons croisé quelques uns de la rive droite de Bamako, une centaine de manifestants venant de Niamakoro. Ils battaient le pavé pour rallier la Place de l’indépendance. Un peu plus loin, près de 3OO personnes ont quitté Kati pour rejoindre le reste du groupe. C’est ainsi que par petits groupes, ils convergeaient vers le point de rassemblement, pour répondre à l’appel des responsables de la nouvelle plateforme. Il faut cependant noter que les manifestants étaient composés en grande partie d’élèves et d’étudiants. En effet, l’occasion faisant le larron, ces élèves et étudiants qui ont déserté les salles de cours suite à une grève décrétée tôt le matin, sont partis grossir les rangs de cette manifestation.

Autour du monument de l’indépendance, on notait sur les banderoles: «Nous peuples du Mali, force vive de la nation, réclamons les concertations nationales»; «Concertations nationales pour une sortie de crise» ; «Force de sécurité, le peuple vous soutient». A en croire les organisateurs de ce meeting, tout est parti du discours de Dioncounda Traoré, qui à travers son adresse à la nation du 1er janvier, a oublié de mentionner la tenue des concertations nationales, se permettant d’affirmer que la feuille de route concernant la Transition sera validée par l’Assemblée nationale. Ils estiment que l’Assemblée nationale est incompétente pour apprécier la feuille de route définissant les modalités de la transition et que cette feuille de route, elle-même doit émaner des concertations nationales.

Ces groupements exigent que Dioncounda Traoré et le nouveau Premier Diango Cissoko, respectent strictement les termes de l’Accord-cadre du 6 avril 2012 signé entre la Cédéao et le capitaine Amadou Haya Sanogo. En effet, dans son article 6, ledit accord prévoit l’organisation des concertations nationales qui, selon les responsables de la plateforme, sont indispensables pour mettre notre pays sur le chemin du redressement de la démocratie et de la reconquête de sa partie occupée.

Après avoir remercié ses militants, sympathisants, alliés et amis, pour la chaleur de l’accueil et de la mobilisation, Mohamed Tabouré, porte-parole de la Copam, a vivement félicité ses militants et sympathisants pour le courage et la détermination dont ils font preuve pour le Mali. Selon lui: «En voulant présenter la feuille de route et les autres aspects liés à la concertation aux députés de l’Assemblée nationale, Dioncounda Traoré a trahi son peuple. C’est un déni de démocratie dans ce pays. Ils ont reporté huit fois de suite les concertations. Il est temps que çà s’arrête maintenant. C’est le peuple malien qui doit décider et non la Cédéao».

Au cours de ce meeting, le représentant des élèves, Sékou Diallo, n’a pas manqué de défendre la causes de ses camarades. «L’objectif de notre sortie est de dénoncer l’incompétence de nos dirigeants qui sont face à cette situation de crise du Mali en général et de l’école malienne en particulier. Nous tenons à ce que les concertations aient lieu et que nos considérations soient prises en compte.  En ce moment, nous sommes ouverts parce que nous voulons un Mali uni où tous les fils du pays s’aiment et se respectent», appuiera t-il.

Il est désormais clair que tout geste aura une signification et un sens bien particuliers pour les élèves et étudiants qui viennent de faire leur entrée en scène de façon fracassante. Mais précisons que c’est dans la joie et la ferveur militante que le meeting a pris fin. Il fallait voir, le monstrueux cortège qui s’étendait à perte de vue, lorsque les participants au meeting rentraient à domicile à la fin du rassemblement. Mais même sur le chemin du retour à la maison, les militants scandaient des slogans, dansaient et chantaient pour un Mali plus prospère, plus juste, plus démocratique, où il sera très bon vivre.

Il faut signaler que les élèves et étudiants manipulés à des fins politiques, sont sortis des écoles, facultés et instituts pour se mêler aux jeunes  manifestants déjà mobilisés dans tous les quartiers de Bamako. Ils ont ainsi grossi les rangs et ce beau monde était devenu incontrôlable. Des voitures et commerce sont vandalisés et la circulation perturbée. Des hommes armés ont voulu profiter de cette situation chaotique pour tenter de braquer, sans succès, une station d’essence. A Bamako, ce fut vraiment le sauve-qui-peut au niveau des populations, surtout celles du centre ville qui ont cru que le ciel allait leur tomber sur la tête, en pensant aux événements d’un certain 22 mars  2012. A Kati aussi, quartier général du capitaine Sanogo, le ton est monté d’un cran car les jeunes de cette ville ont rivalisé d’ardeur avec ceux de Bamako, dans l’exigence de la tenue des journées de concertation nationale et la démission du président de la République par intérim, Dioncounda Traoré. Qui est en réalité derrière tout cela ?

Ibrahim M.GUEYE

PARTAGER

23 COMMENTAIRES

  1. Les autorités doivent décréter un état de guerre et réprimer toute manifestation opportuniste tendant à distraire les maliens de l'essentiel qui est la libération du Nord du Pays.

    Les autorités doivent décrété un état de guerre et réprimer toute manifestation opportuniste tendant à distraire les maliens de l’essentiel qui est la libération du Nord du Pays. 3 commentaires France 10 jan 2013 – 23:51

    Trop c’est trop. Parce qu’on les laisse faire, les opportunistes du MP22 et du COPAM continuent de fragiliser le Mali par leurs manifestations apatrides et cupides.

    Il faut que les autorités s’assument en prenant des mesures draconiennes pour réprimer de la façon la plus sévère tous les opportunistes et fauteurs de troubles en ce moment où la patrie est en danger.
    Les manipulateurs, chercheurs de portefeuilles et d’intérêts égoïste comme Oumar Mariko, IBK, Aminata Darhamane Traoré, Issa Ndiaye, Younous Hamèye Dicko, Amion Guindo, … doivent être arrêtés et jugés.
    En plus de cela, il faut que la population s’occupe de règler le compte à tout apatride qui incite au soulèvement qui déstabilise le pays.
    Bon entendeur salut

  2. Arrétez bon Dieu de bon Sang! avec vos histoires d´élections, de concertations et autres…Chers Manifestants, seriez-vs vraiment des Maliens? N´aviez-vs pas des frères, des parents au front? quelle mouche vous pique en ces moments? pourquoi aviez-vs les coeurs si durs?…..Cessez, cessez!!! s v p!avec vos distractions!Oubienmarchez en direction du Nord… Des Maliens sont au moment de vos marches exposés à la mort. Priez pr qu´ils s´en sortent indemme, sinon c´est d´autres qui mettront fin á vos marches de gré ou de force…Que Dieu sauve le Mali!!!Le Monde entier vs a a láché pcq ns sommes pauvres,serrez dc les coudes!!!
    Que Dieu soit avec vs, Armée Malienne.

  3. « La dernière manifestation fantaisiste est celle des femmes des militaires de Kati qui ont battu le pavé pour, dit-on, protester contre le fait que le Premier ministre Diango Cissoko aurait rencontré l’ex-président ATT, lors de sa récente visite à Dakar! Et, pour cela, certains militaires et policiers habillés en civil, ont fait sortir des élèves des classes, leur donnant des banderoles portant des messages du genre « démission de Dioncounda » pour les lancer dans les rues de Bamako. » Bruno D SEGBEDJI http://www.maliweb.net/news/politique/2013/01/10/article,116915.html
    MEME SCENARIO, MEME TACTIQUE QU’EN 2012: on profite du fait que les vrais hommes sont au front pour s’empare du pouvoir.

    • J’ai toujours dit que le plan de Sanogo surprendra tout le monde, mêmes les politiciens qui lui sont favorables, espérant des subsides.

  4. Des Apprentis Policiens Sont Nombreux à Bamako en ce moment et ils Ignorent jusqu’ou peut Mener des foules mobilisées à coup d’argent donc sans conviction!
    L’AEEM faisant son retour sur le terrain politique;les organisateurs doivent de ces marches servent tout sauf le MALI en ce moment.
    SI cest aussi commander de KATI,qu’il sache que quand ça s’embrase le commanditaire lui aussi deviendra Victime!
    L’ennemi, le seul ennemi qu’a le MALI, ce sont les Maliens eux memes!
    Une Marche pour la Tenue des Concertations en ce Moment ne Peut nullement Etre un Soutien aux Forces de Securité et de Defense encore moins un encouragement aux soldats a tenir leur position!
    AVONS NOUS oublié,l’aprés 22 mars? Dès qu’à Bamako les choses chamboules les soldats se sentent sans commandement et sans soutien;alors la debandade s’installe.DIEU SAUVE LE MALI.

  5. Je pense qu´au Mali il n´ya plus de Patriotes depuis Modibo Keita.Nos régimes nous sont rendus des dépendants, des nécessiteux, des mendiants, des affamés préts á tout.Le Mali n´a été que de fassade, les masques sont tombés, c´est le crépuscule des faux dieux… Le monde entier se rend compte de notre avidité et cupidité, on sait maintenant qui est qui au Mali…Oú est cette solidarité africaine et malienne dont on se vantait tant? Je pense qu´il faut attendre le rebelles, quand ils seront là ils mettront de l´ordre ds tt cela, coe á Tombouctou, Gao et Kidal, et tt le monde se callmera de gré ou de force…wait and see!!!

  6. Une salle remplie de personnes a t-elle plus de valeur de l’ensemble des électeurs du Mali. Les concertations ressemblent au congrès de l’AEEM: on amène des loubards pour brutaliser les participants et on impose des personnes. C’est cela qu’on veut préférer au vote de l’assemblée où l’ensemble des cercles du Mali sont représentés y compris les zones actuellement sous occupation. Soutenons nos soldats qui sont au front, eux qui acceptent de mourir pour que nous autres puissions vivre en paix. Prions pour que le nord soit libéré le vite possible ensuite le peuple choisira ses dirigeants. Si nous refuserons le pouvoir actuel, je crains que le pays ne soit administrer par les nations unis dans les mois à venir car l’occident ne prendra pas le risque de laisser les djihadistes prendre le contrôle du Mali et embraser la sous-région. Si on fait échoué le pouvoir le pouvoir actuel, nous risquons de nous trouver dans une situation où l’occident va décider à notre place à propos de la question du nord. Ouvrons nos yeux évitons de compliquer une situation qui semble s’améliorer.

  7. C’est quel genre d’article ca? Vous dites: “Mais précisons que c’est dans la joie et la ferveur militante que le meeting a pris fin…. même sur le chemin du retour à la maison, les militants scandaient des slogans, dansaient et chantaient pour un Mali plus prospère, plus juste, plus démocratique, où il sera très bon vivre.” Ety vous osez encore ecrire : “Des voitures et commerce sont vandalisés et la circulation perturbée.” Mr GUEYE, a quel meeting vous avez finalement assiste? Ce sont des journaliste comme ca qui meritent d’etre tabasse par les hommes cagoules.

    • 1000 fois de ton avis Pengyou!!! Je suis d’avis qu’une fois sortis de la crise, tous les journaleux-griots à la solde des semeurs de m… aient à répondre de leurs articles! pardon, de leur propagande!

  8. Quand un bateau aborde une tempête et tangue dangereusement, déclencher une mutinerie à son bord ne peût être QU’INTENTIONNEL!

    Les 1ers combats de nos militaires commencent déjà à faire ressortir la couardise de sanogo et de ses pitres qui se sont planqués à kati pendant 8 mois (et qui continuent)! si nos braves gars au nord arrivent à repousser l’ennemi alors que l’autre grande g… avait clamé haut et fort s’en charger avant de se cacher à kati, sa lacheté va éclater au grand jour. Et quand les forces étrangères, ultra professionnelles, vont être là, ce sera pour lui ridicule assuré et retour au petit capitaine qu’il n’a jamais cessé d’être; Tout sauf ça! Ca voudra dire payer l’addition! Tout sauf ça! Il vaut mieux semer un deuxième chaos au moment où le pays a le plus besoin d’unité, pour sauver ses fesses un peu plus longtemps! TANT PIS POUR LE MALI ET LES MALIENS, DIEU PRESERVE SANOGAULLE! 😈 😈 😈 😈

  9. Encore des diversions. Des diversions. Et du dilatoire. Des touaregs ont compris qu’il faut prendre les armes pour obtenir des postes juteux, de l’argent, etc. Comme des politiciens et syndicalistes à Bamako ont compris qu’on est récompensé en fonction de son pouvoir de nuisance. On dit qu’il n’est pire ennemi que les ennemis de l’intérieur. Ces COPLAN/SADIQUE/YERENOGOTON me font penser à ces stars de musique ou du cinéma, Charlie Hebdo, Salman Rushdie et autres tueurs en série prêts à tout pour que l’on parle d’eux. L’exercice favori de Satan est de se présenter sous les couleurs du Bien. Ainsi en fut – il de Kaddafi, Sadam Hussein et j’en passe. Nous ne pouvons que compter sur notre armée, surtout que les troupes de la CEDEAO ne viendront pas pour l’éternité au Mali. Mais le représentant actuel de l’armée ‘’le CNDERRIERE’’ n’a rien posé comme acte pour le mériter, à part s’attaquer aux civils désarmés. Si des anarchistes et des traitres de COPLAN/SADIQUE/YERENOGOTON soutenus en sous-main par le CNDERRIERE se moquent éperdument de la libération du Nord et de la tenue des élections, au gouvernement de prendre ses responsabilités EN METTANT AUX ARRETS LES FAUTEURS DE TROUBLES JUSQU’A LA LIBERATION DU NORD ET A LA TENUE DES ELECTIONS. Chieck Modibo Diarra (CMD) n’étant plus là pour servir d’épouvantail, la nouvelle équipe au pouvoir n’a qu’à justifier sa nomination ou démissionner. Tout se passe comme si les bandits armés du Nord (MNLA/ANE SARDINE/AQMI/BOKO HARAM/MUJAO/ANESARU…) et les bandits armés du sud (CNDERRIERE/COPLAN/SADIQUE/YERENOGOTON) s’entendent ET S’EVITENT PRECAUTIEUSEMENT et mettent tout en œuvre pour S’OPPOSER A L’ARRIVEE DE TROUPES INTERNATIONALES. Ayant rêvé hier avec les évènements de KONA que la libération au Nord pointait à l’horizon, voilà qu’immédiatement que COPLAN monte sur ses grands chevaux pour crier, menacer et réclamer sur les antennes la tenue des concertations nationales, condamner l’approbation de la feuille de route par l’Assemblée Nationale. Et comme par hasard, le lendemain, des voyous brûlent des pneus, bloquent la circulation pour exiger la tête de DIONCOUNDA, en définitive, nous divertir de l’essentiel, à savoir la libération du Nord, la préparation et la tenue d’élections libres et transparentes. COMME POUR DIRE QU’ILS SONT LES COMPLICES LOGIQUES DES DJIHADISTES. Comme pour nous dire clairement : CREER L’INSTABILITE A BAMAKO POUR QUE NOUS NE PENSIONS PAS AU FRONT ET AUX ELECTIONS (on peut comprendre qu’IBK et Mariko s’en fichent du Nord Mali, mais qu’un HAMEY DICKO ressortissant du Nord et AMION GUINDO originaire du pays dogon sous occupation se renient à ce point !). CEPENDANT, IL FAUT QUE DJANGO SABATA TRINITA LE SACHE : SON PREDECESSEUR A ETE HONNI PARCE QUE SUR LES DEUX QUESTIONS DE LA LIBERATION DU NORD ET DE LA TENUE DES ELECTIONS, IL N’Y AVAIT AUCUNE AVANCEE.
    ALORS QUE LES MILITAIRES ONT DIT, REDIT QUE CMD N’A RIEN APPORTE A L’ARMEE (bizarrement, ce sont des armes commandées par un ATT honni qui ont été reçues), ALORS QUE NOUS SAVONS TOUS QUE MEME LA CEDEAO DECLARE NE PAS AVOIR LES MOYENS FINANCIERS DE TENIR LA GUERRE. ALORS, QUELLE SOLUTION MIRACLE CES CONCERTATIONS NATIONALES VONT NOUS APPORTER ? ET LA MAJORITE SILENCIEUSE (FDR, COREN et autre société civile) SE TAIT, LAISSE FAIRE, AUCUNE PROTESTATION DE MASSE, JUSTE DES COMMUNIQUES LACONIQUES…
    Donc, espérons alors que de sa virée sous-régionale, DJANGO SABATA TRINITA parviendra simplement à : i) trouver les 200 millions de dollars avec une diplomatie plus efficace pour financer notre guerre ; ii) disposer des 3300 soldats de la CEDEAO, , iii) obtenir les appuis aériens de la CEDEAO, des drones américains, de l’OTAN, des Russes, des Chinois ou des Arabes amis du Mali pour pourchasser les fuyards du désert ; iv) encadrer les brigades d’autodéfense déjà utilisées par le passé avec succès par l’armée malienne, car nous savons que toutes les armées du monde ne pourront pas protéger les villages et villes dégarnis de la ligne de front; v) préparer concomitamment les élections; vi) tenir les élections immédiatement après la libération des 3 capitales régionales du Nord pour qu’enfin; vii) le nouveau gouvernement démocratiquement élu puisse s’atteler à donner de l’emploi aux jeunes du Sud et du Nord surtout, pour qu’ils ne retombent pas dans les activités criminelles du MNLA/AQMI/ANE SARDINE/BOKO HARAM/ANESARU…

  10. Quand j’avais dit ça à l’époque, j’en avais pris plein la g… On m’avait trouvé négatif, aigri, etc…

    Nous avons là une triste preuve que la soi-disant force de sécurité créée à l’époque en clin d’oeil par le traître cmd, est bel et bien aux ordres de kati; Cette soi-disant force de sécurité intérieure n’avait d’autre but que faire fléchir la cedeao (à l”époque ou cmd cirait les rangers de sanogo). Comment comprendre qu’un pays, qui entre dans l’heure de fatidique de la guerre et qui sous menace de l’avancée des terroristes, puisse laisser librement des heures durant un ramassis de petits gamins mal élevés (et de bidasses!) fair le far west et semer la terreur dans bamako???
    Comme pour la tentative d’assassinat du pt, Sanogo et ses lavettes Copam etc sont derrière, et les forces de sécurité sont à leurs bottes. SanoGaulle voit la honte arriver sur lui à grand pas si le pays se libère, il veut à tout prix saboter!!!Quand va-t-on l’éliminer et mettre en taule les guindo et consort?

  11. au pauvre petit peuple de suiviste;prostitué de babylone,suivez,marchez pour ces salauds de copam,ibk et aure,il se serve de vous,oh ,oh Mali.Un jour viendra vous comprendez,et puis on s’est bokou menti dans ce pays en disant q ca n peut arriver qo otre voila

  12. Il s’agit bien de la marche de la coalition pour les concertations nationales immédiates et souveraines. Cette coalition est composée du FPM (FRONT PATRIOTIQUE POUR LE MALI)- de la COPAM, de la COPAM FORCES VIVES- de IBK MALI 2012, de DJOKO NI MAYA et d’autres organisations composés de patriotes qui veulent le vrai changement. Nous voulions aller sur des bases claires et non laisser le pays entre les mains de ceux qui l’ont mis dans ce problème. Hier, ils ont fait sortir leurs mercenaires qui semé la terreur à Bamako, des éléments ont été arrêtés des soldats mercenaires burkinabés avec une ambulance rempli de grenade et d’armes. Patriotes du Mali, levons-nous pour que le Mali ne soit pas la Côte d’Ivoire. Dioncounda, c’est futur GBAGBO, il faut agir vite!!!

  13. Ibk, Copam et consort = LES AMIS DU DÉSASTRE! Ces fous sont prêt à mettre le Mali à feu et à sang pour assouvir leurs ambitions et leur soif de pouvoir. Jamais le peuple n’oubliera ce qu’ils sont en train de faire alors que LE. MALI EST EN GUERRE!

  14. C’est vraiment terrible ce qu’arrive à ce pays, je ne peux pas comprendre comment un peuple peux tomber aussi bas? Au moment ou tout le pays doit se mobiliser comme un seul homme,pour faire face à ces fous qui continuent à semer la terreur sur 2/3 du territoire, c’est ce moment que choisissent des politicards minables pour faire diversion.La population de Bamako doit rompre avec cette classe politique et se dire que l’ennemi n’est pas à Bamako en tout cas tant que le nord ne sera pas libéré.

  15. SANOGO ne va pas par mille chemins mes ses jours sont comptés inadmissible que cette pacotille dirige le pays il veut mais jamais comment des militaires peuvent se mêler à une marche c’est trop malhonnête.

    • Tout à fait d’accord avec vous et c’est dommage que votre opinion ne soit pas partagée par une majorité des maliens qui jusque là n’arrivent pas à comprendre que Sanogo aussi bien que ses acolytes ne sont qu’un mal pour la pays.

  16. MTC
    « Aucun pays ne viendra libérer le Mali tant que nous même nous n’ouvrirons pas les hostilités. Une date symbolique arrive, il s’agit du 20 Janvier date anniversaire de l’armée malienne, si les hostilités ne sont pas engagées pour cette date symbolique, alors une révolution à Bamako n’est pas à exclure. Je propose la désobéissance civile à partir du 21 Janvier 2013, si le président n’engage pas la reconquête du Nord Mali ».

    JE REGRETTE D’AVOIR PREVU AVANT TOUT LE MONDE LA SITUATION D’AUJOURD’HUI. POLITICIENS MALIENS, LE PEUPLE MALIEN VEUT SEULEMENT EN DECOUDRE AVEC LES OCCUPANTS DU NORD.

Comments are closed.