Mesures prises en Conseil des ministres : Les Ă©clairages du porte-parole du gouvernement

0
Conseil des ministres extraordinaire: IBK instruit «l’apaisement du climat social»
Point de presse du ministre commerce Abdel Karim KONATE, Bamako, le 15 Avril 2017

A l’issue du Conseil des ministres tenu hier, le ministre du Commerce, Porte-parole du gouvernement, Abdel Kader Konaté, a animé un point de presse pour donner davantage d’éclairages sur les mesures prises. Pour l’occasion, il était accompagné de deux de ses collègues concernés par ces mesures.

Il s’agit du ministre de l’Energie et de l’Eau, Malick Alhousseyni et du ministre du Développement industriel, Mohamed Aly Ag Ibrahim. Chacun,  dans son domaine, a expliqué la pertinence de ces mesures.Le premier point concernait la prorogation de l’état d’urgence pour dix jours. Selon le porte-parole du gouvernement, cette mesure s’impose eu égard à la persistance de la menace terroriste ainsi que des risques d’atteintes graves à la sécurité des personnes et de leurs biens dans la sous région.

Il s’agit, selon lui, de renforcer le dispositif de prévention de lutte contre le terrorisme et d’accroitre les capacités opérationnelles et les actions de contrôle des forces armées et de sécurité sur le territoire national.

Le ministre de l’Energie et de l’Eau est intervenu pour expliquer le projet de décret portant approbation du marché relatif au contrôle et au suivi des travaux de doublement de la capacité de la centrale hydroélectrique de Sotuba II. Sur ce projet, Malick Alhousseyni a indiqué qu’il s’agit d’augmenter la capacité de la centrale de production pour une énergie à moindre coût.

Cela pourra permettre non seulement un meilleur accès à l’électricité, participer à lutter contre la pauvreté et assurer la création d’activités génératrices de revenus. Et le ministre de préciser que ce projet va coûter 23 milliards de Fcfa, financés par la BOAD et le budget du Mali.

Quel impact aura ce projet sur la vie des consommateurs ? Avant de répondre à cette question, Malick Alhousseyni a rappelé que même sans ce projet, l’Etat malien effectue déjà des efforts colossaux en subventionnant le coût de l’énergie afin que nos compatriotes puissent en supporter les frais. Il s’agit, poursuit-il, à travers ce projet, de réaliser une part importante de la volonté du gouvernement d’aller vers le mixte énergétique à travers la production d’énergie à moindre coût.

Son intervention a ouvert la voie à l’épineuse question de la pénurie d’eau à Bamako et environs. Malick Alhousseyni expliquera à ce sujet que le problème sera réglé en grande partie grâce au projet innovant de Kabala qui est l’une des meilleures infrastructures de production d’eau potable en Afrique de l’ouest. Il a également souligné les multiples initiatives de proximité dans les zones rurales avec l’installation de bornes d’adduction d’eau.

De son côté, le ministre du Développement industriel est intervenu par rapport à une communication écrite soumise au Conseil des ministres, relative aux conclusions et recommandations de l’étude de faisabilité des Centres d’incubation dans le domaine agroalimentaire, cas de Sikasso.

Expliquant en quoi ce projet est pertinent, Mohamed Aly Ag Ibrahim a indiqué que cela participe de la mise en œuvre de la stratégie globale du développement des entreprises intervenant dans le secteur.

Selon lui, la transformation de ce centre, autrefois, une structure rattachée, en Etablissement public à caractère administratif, permet de mieux répondre aux missions qui lui sont dévolues. La création de ce centre d’incubation vise à instaurer une connexion entre les entreprises agro-industrielles et les autres opérateurs de ce secteur entre autres les investisseurs et les chercheurs. Le choix de Sikasso s’explique par le fait que c’est une zone d’agriculture par excellence.

Lougaye ALMOULOUD

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here