Mise en place des bureaux des maliens de l’exterieur : Encore Amadou Soulalé le pyromane à l’œuvre pour Ibrahim Boubacar Kéïta

0
1

L’ancien instituteur du Gabon ne désarme pas. Après la Guinée Conakry où l’ambassadeur Me Hassan Barry semble ne pas le soutenir dans ses manœuvres, il est parti au Niger pour tout chambouler. Avec le mot d’ordre, soutenir IBK pour être président du bureau. Pire, il en profite pour défier toute la République.
               

Amadou Soulalé, président du Fama et sa délégation étaient au Niger le 09 janvier dernier pour le renouvellement du bureau des Maliens de ce pays. Parti pour resserrer les rangs de nos compatriotes vivant à l’étranger, l’incorrigible a plutôt, comme à son habitude, contribuer à créer la zizanie. D’où le courroux de certains à demander au Ministre complice Badra Aliou Macalou d’annuler le bureau et de procéder à l’organisation d’une nouvelle élection. Suivez plutôt !
RECOURS EN ANNULATION DU PROCESSUS DE MISE EN PLACE DU BUREAU DU CONSEIL DES MALIENS DU NIGER
           

     Dupé  et abusé de leur bonne foi par Monsieur SOULALE Amadou, les personnes dont les noms suivent : Harber Youssouf TOURE, Halimatou AGUISSA, Sidi Almoctar TOURE et Aissata Bassa CISSE ont adressé le 10 janvier 2012, une lettre au Ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine S/C du consulat général du Mali au Niger pour solliciter l’annulation du processus de mise en place de bureau de conseil des maliens du Niger qui s’est déroulé le 09 janvier dernier dans la salle de réunion de l’hôtel " Univers " de Niamey. C’était présidé par M. SOULALE, assisté de messieurs Sam BOUDA, Salia KANTE et HABIBOULAYE Alhousseini.
             

   En effet, à son arrivée à Niamey, M. SOULALE a souhaité rencontrer tous les Maliens résidant à Niamey pour le renouvellement du bureau du conseil des Maliens à travers une communication relative. C’est ainsi qu’une vaste campagne d’information a été menée afin de mobiliser le maximum de gens le dimanche 08 janvier 2012 dans les locaux du consulat général du Mali. Dès l’arrivée de la délégation, un groupe de loubards animé par le fils de Mahamadou TIKINA, selon eux, s’est mis à scander des slogans " nous voulons Mahamadou TIKINA " créant ainsi un grand désordre jusqu’au point que les forces de l’ordre ont intervenu pour ramener le calme. M. SOULALE avait demandé la production d’une liste de trois membres au plus tard le lundi 09 janvier 2012, de la part des candidats. Après délibération sur les candidatures, il sera procédé à la désignation du président du conseil des maliens du Niger. Entre temps, SOULALE a approché M. Harber TOURE pour lui demander de produire trois listes au cas si sa candidature ne serait pas retenue et aussi demande à M. Mahamadou TAKINA d’en faire cinq listes. Et comme prévu, les candidats se sont rendus à la date d’échéance et au lieu indiqué pour déposer leurs listes. Après un long discours d’intimidation M. SOULALE a surpris les gens en leur prévenant que même s’ils écrivent le ministre, c’est peine perdue, car comme il l’a fait au Ghana, il lui demandera de ne pas les écouter. Pour lui, il est venu au Niger pour mettre en place un bureau consensuel et non pour le vote. La tendance qui s’est dégagée fut de laisser les neufs candidats, se concerter afin de désigner un président consensuel. Ce qui fut fait. Après ces travaux, la lecture des résultats révèle que Mahamadou TIKINA a bénéficié de quatre désistements et obtient cinq voix, et M. Harber TOURE, quatre voix. M. SOULALE annonce par la suite que M. TIKINA est le président du bureau.
           

     Sans transition, il a été procédé à la désignation du premier vice président et un délégué proposa M. Harber, soutenu ainsi par SOULALE qui estime que cela est naturel que le candidat malheureux se voit attribuer le poste de premier vice président. Mais M. Harber mécontent, dénonce ce système de désignation de président et du vice président car il n’a rien de consensuel ni de démocratique. A partir du moment où il a été recueilli cinq voix pour l’un et quatre pour l’autre, force est de reconnaître qu’il y a eu du vote et non de consensus, a-t-il précisé. D’autre part, à l’annonce de ce résultat, certains candidats ayants désisté en faveur de Harber se sont vus refuser la parole par M. SOULALE qui affirme " le président est désigné, un point et un trait ". M. Harber a décliné l’offre au poste de vice président et les autres ayant constaté l’absence de consensus et de démocratie dans le débat, ont préféré vider la salle.
              

  C’est pour toutes ces raisons que les auteurs de cette lettre affirment au ministre que " nous venons demander auprès de votre haute bienveillance, l’annulation pure et simple de tout le processus de mise en place du bureau et sa reprise dans des délais raisonnables et de meilleures conditions d’équité et de transparence, ou la mise en place d’un bureau provisoire, en attendant de réunir les conditions d’un vote transparent pour respecter l’article 21 des statuts et règlement intérieur du haut conseil des maliens de l’extérieur qui stipule " le bureau du conseil des maliens de l’extérieur est composé de quarante trois (43) membres élus pour un mandat de cinq(5) ans renouvelable… "           
 
Mamadou BALLO
Stagiaire

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.