Mission de formation de l’UE au mali: le général Lecointre au front

0

près sa nomination comme Commandant de la Mission de formation de l’Union européenne (EUTM Mali) par le conseil des Affaires étrangères de l’UE, lors de sa session du 17 janvier 2013, le Général François Lecointre  a conduit, la semaine dernière dans notre pays, une mission technique pour accélérer la mise en œuvre de l’EUTM Mali. A la fin de son séjour, le Général a animé un point de presse pour présenter les missions et les objectifs de l’EUTM, qui a terme va permettre la formation de quatre bataillons de l’armée malienne, soit environ 2000 à 2800 hommes. C’était le mercredi dernier dans les locaux de la Délégation de l’UE à Bamako.

En établissant la Missionde formation de l’Union européenne (EUTM Mali) chargée de fournir une formation militaire et du conseil aux forces armées maliennes dans le cadre des Résolutions 2071 et 2085 et en confirmant le Général Français dans les fonctions de Commandant de la Mission, le conseil de l’UE a invité ce dernier à accélérer la planification et les préparatifs qui permettront de lancer l’EUTM Mali au plus tard à la mi-février. C’est dans ce contexte que se situe la visite du Général Lecointre à Bamako. Le général de brigade a annoncé le déploiement  de quelque 200 instructeurs, ainsi que du personnel d’appui et une force de protection d’environ 150 militaires, faisant au total environ 450 personnes.  En attendant le déploiement de ces formateurs dans notre pays, le chef de la mission est venu s’entretenir avec les autorités militaires afin de recenser les besoins et faire rapidement des propositions au conseil de l’UE en vue du lancement de l’EUTM. Et la formation des premières unités de l’armée malienne entre mars et avril.

En effet, cette mission répond à l’invitation des autorités maliennes et à la résolution 2071 du Conseil de sécurité des Nations unies, dans laquelle, les partenaires régionaux et internationaux, y compris l’UE, sont invités à prêter leur appui afin d’améliorer les capacités des forces armées maliennes. Elle comporte deux piliers. Un pilier d’expertise et de conseil pour restructurer, améliorer la chaine de commandement de l’armée malienne. Il s’agit de faire en sorte que la nouvelle armée malienne soit  en  mesure de consolider la paix et l’état de droit.

Le deuxième pilier  a trait à la formation de quatre bataillons avec leurs instructeurs. Chaque bataillon doit être formé pendant 2 à 3 mois. « Mais, la durée de la formation peut évoluer en fonction des besoins. Car, il ne s’agit pas de répondre à une urgence, mais d’aider à la reconstruction de l’armée malienne », a précisé le Général Lecointre, qui a déjà une idée de son agenda. Dès qu’il rentre à Paris, il mettra en place une équipe de liaison qui va préparer le lancement de l’EUTM. Deux à trois jours après le lancement, le Général est à Bamako pour l’installation de son état-major.  A partir de mars-avril, les premières unités de l’armée malienne pourront commencer leur formation. L’opération concernera non seulement les nouvelles recrues de l’armée malienne, mais pourrait aussi s’étendre aux combattants aguerris. Le général Lecointre a expliqué que l’EUTM n’a pas pour mission de participer à des opérations de combat.

L’objectif de l’EUTM est de répondre aux besoins opérationnels des forces armées maliennes en fournissant, entre autres, la formation des capacités des unités des forces armées maliennes ; du conseil en  ce qui concerne le commandement et le contrôle, la chaine logistique et les ressources humaines. Ainsi que dans le domaine du droit humanitaire international, la protection des civils et des droits de l’homme. La mission de formation militaire (EUTM Mali) aura pour tâches précises de former et de conseiller les forces armées maliennes sous le contrôle des autorités civiles légitimes, afin de contribuer à restaurer leur capacité militaire.

S’agissant du site de l’opération, le chef de la mission dit avoir son idée dont il réserve la primeur au conseil de l’UE, qui doit, lors d’une prochaine session, valider son rapport technique. Toutefois l’état-major de la mission sera situé à Bamako et la formation se tiendra dans un lieu affecté par les autorités maliennes. La durée initiale du mandat de la mission est fixée à 15 mois. Le budget initial de la mission est de 12 millions d’euros soit 17 milliards FCFA.

Idrissa Maïga

PARTAGER