Me Mohamed Ali Bathily lors du meeting des APM : ” 53 dossiers de délinquance économique et financière sont en instruction “

1
Me Mohamed Ali Bathily lors du meeting des APM :  " 53 dossiers de délinquance économique et financière sont en instruction  "
Le président des APM, Mohamed Aly Bathily

Prenant la parole, le président de l’Union, Soungalo Koné a fait un témoignage éloquent sur le parcours du garde des Sceaux. Il a rassuré que sa structure soutient le chef de l’État, car il peut sortir notre pays de l’ornière.

Lui succédant au micro, le président du mouvement Sabati 2012, Moussa Boubacar Bah, a rendu grâce au Tout-Puissant pour la tenue de ce meeting. Il a rappelé que l’histoire s’est répétée en 20 ans de pratique démocratique au Mali. En effet, le président Alpha Oumar Konaré a nommé trois premiers ministres en moins de quinze mois d’exercice. En 2015, soit 20 ans après le président IBK a, lui aussi, nommé trois chefs du gouvernement en seulement quinze mois d’exercice du pouvoir. Ainsi, il a invité tous les Maliens à accompagner le nouveau chef du gouvernement, Modibo Kéïta, car l’échec de ce dernier est l’échec de tout le peuple malien. Quant à la suite du quinquennat du locataire de Koulouba, il s’est dit optimiste. Et de reconnaitre que plusieurs dérives ont été commises pendant les premiers mois du mandat de IBK. Pour le reste de son mandat le chef de l’État a en sa possession toutes les cartes en main pour redresser le bateau Mali.

Dans son discours le ministre de la Justice, des droits de l’Homme, garde des Sceaux, Me Mohamed Aly Bathily a expliqué que notre pays est à la croisée des chemins. La crise qui secoue le Mali n’est pas conjoncturelle. Sa dimension structurelle est faite de défis, endogènes et exogènes, nombreux et divers. C’est le moment idéal pour tous les patriotes, doublés de démocrates de s’engager résolument sans calcul pour servir son pays, son peuple et pour être au rendez-vous de l’histoire. ” C’est cela le devoir de génération qu’on assume ou qu’on trahit. Nous, au sein des associations pour le Mali, avons choisi de nous assumer, d’assumer notre devoir de génération et de vibrer en tant que Maliens et fiers de l’être. Avec et autour du Kankélétigui, IBK, nous avons décidé de servir le Mali et non de nous servir. Nous sommes donc en mission avec le président de la République pour le Mali “, a-t-il ajouté.

Parlant des avancées en matière de justice sociale, il dira qu’en 2014, des actions vigoureuses de lutte contre la corruption au sein de la famille judiciaire ont été menées et qui se sont traduites par des poursuites judiciaires et disciplinaires contre certains agents. Cette lutte contre la corruption a concerné également certains secteurs vitaux de l’économie.

Par ailleurs, il a noté qu’au niveau du pôle économique et financier auprès du Tribunal de première instance de la Commune III du district de Bamako, 53 dossiers de délinquance économique et financière, dont la plupart, sont en cours d’instruction. Le montant du préjudice pour l’État malien est estimé à près de 4 milliards de francs CFA sur lequel il y a eu un recouvrement de l’ordre de plus de 500 millions de nos francs. Au niveau du pôle économique et financier de Mopti, 14 dossiers sont en cours. Et, celui de Kayes a enregistré 6 dossiers, dont 2 en cours. Le montant des préjudices est estimé à plus de 200 millions de francs CFA.

Dans le cadre de la lutte contre l’impunité, des actions courageuses ont été menées pour poursuivre les présumés auteurs de disparitions forcées ou d’assassinats et autres infractions connexes commises à l’encontre des militaires et civils. Il a également annoncé la désignation des magistrats du parquet pour l’opérationnalisation du pôle judiciaire spécialisé en matière de lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée.

La mise en œuvre de la nouvelle carte judiciaire a commencé avec la disparition effective de certaines justices de paix à compétence étendue (telles Nioro du Sahel, Yélimané, Niono, Bougouni, San et Bandiagara). Le président des APM a également mis à l’actif de l’actuel pouvoir la promulgation de la loi portant prévention et répression de l’enrichissement illicite. Il a rappelé les conditions dans lesquelles IBK est arrivé au pouvoir dans un État effondré avec l’occupation des régions du nord, un tissu social déchiré, une armée humiliée par la défaite sans chaine de commandement visible, une corruption institutionnelle soutenue par l’impunité. Le tout couronné par la mainmise du Général Amadou Haya Sanogo sur la réalité du pouvoir à Bamako “, a-t-il conclu.

      Boubacar PAITAO

PARTAGER

1 commentaire

  1. Me Bathily est un opportuniste.Il a detruit la justice en installant une justice a double vitesses et le malheur est qu’il ne va pas faire mieux au domaine.

Comments are closed.