Mouhamoudou Doucoure, président du parti Yelema en Egypte : « Moussa Mara est le meilleur candidat… »

0
0

A notre passage au Caire, en Egypte, nous avons rencontré un jeune étudiant malien Mouhamoudou Doucouré du parti Yéléma. Pour lui, le meilleur candidat à l’élection du 29 avril, n’est autre que Moussa Mara. Il croit en sa victoire et se bat pour la concrétisation. Etudiant à l’Institut des droits des affaires internationales (faculté de Paris 1 Panthéon-Sorbonne au Cairo-University), le jeune Doucouré est très bien connu au Caire et surtout par les Maliens qui y vivent. Aussi est-il détenteur de deux licences  de l’Université de Bamako : une de la FLASH (Faculté des Lettres Langues Arts et Sciences Humaines) option Arabe Unilingue et une l’autre de la FSJP (Faculté des Sciences Juridiques et Politiques) option : droit Public International. Il est également le correspondant de la radio Dambé en Egypte.
 
«YELEMA est un parti créé dans le but de faire du Mali un pays riche et  prospère.  Il a comme devise « Progrès et Justice par Nous et pour Nous ». Il est présidé par M. Moussa Mara l’actuel maire de la C lV. En ce qui concerne le YELEMA en Egypte, il est représenté par une cellule dont je suis le président. La cellule est la plus jeune des représentations politiques ici en Egypte, en effet, trois autres formations politiques  sont représentées », a-t-il martelé. 
Il dira après, les raisons du choix de Yéléma : « Après avoir  étudié les formations  politiques à travers leurs programmes et activités, c’est le programme de  yéléma qui nous a paru le plus apte, raison pour laquelle nous avons demandé au comité  exécutif central du parti (CEC)  la création d’une cellule en Egypte, le 29 octobre 2011 »


La cellule s’est donnée comme mission de sensibiliser  et d’informer  les citoyens afin de leur permettre  une participation efficace et positive dans la prise des décisions. Elle compte treize postes.


Parlant des  atouts et faiblesses du parti en Egypte, il met l’accent sur la jeunesse des membres. Leur courage et leur sincérité.
« En ce qui concerne les élections et le referendum de 2012,j’ implore le tout puissant de nous éloigner les incidents postélectoraux,  et que ça puisse se passer dans les règles de la démocratie et que les urnes les remportent .


Et que le meilleur gagne! Puisse que comme dit par M. le président Moussa Mara: « l’élection du président de la république est d’abord et avant tout une affaire d’équation personnelle du candidat  »
Par  Cheick Chérif Haïdara 
 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.