Moussa Mara, Premier ministre : « L’opposition sera protégée »

1
L’opposition sera protégée
Le premier ministre Moussa MARA

Après l’adoption de la Déclaration de politique générale du gouvernement par l’Assemblée Nationale, le Premier ministre a tenu à rencontrer les responsables d’organes de presse. C’était le 3 mai à la Primature au cours d’un déjeuner de presse. L’un des sujets abordés par le Premier ministre est relatif à l’opposition démocratique. Le gouvernement, a-t-il souligné, va satisfaire toutes les demandes de l’opposition dans la mesure de ses moyens. Moussa Mara a cité la relecture prochaîne de la loi portant statut de l’opposition. « Une opposition marginalisée, c’est la démocratie qui est en danger », a-t-il souligné.

 

 

Moussa Mara a abordé aussi des sujets relatifs à l’amélioration des conditions de la presse tout en insistant sur sa professionnalisation.

Si elle touche tous les secteurs du développement, la DPG, a fait savoir le PM, va innover à travers la méthode axée sur la performance et le résultat. Les ministres seront évalués chaque six mois par le Premier ministre. Ce dernier sera évalué par le chef de l’Etat.

 

Adduction d’eau à Goundam : une pompe pour renforcer les capacités!

En partenariat avec le Programme d’appui à la Transition du Mali (PAT-M), la mairie de la commune urbaine de Goundam a réceptionné la semaine dernière une nouvelle pompe pour le système d’adduction d’eau de la ville. La cérémonie de réception était présidée par Mme Seck Oumou Sall, maire de la commune urbaine de Goundam, en présence de plusieurs personnalités dont le représentant du PAT-M, Monsieur Diakité.

Le premier jet d’eau a été accueilli par des cris de joie de la population qui voit la fin de son calvaire. Mme Seck Oumou Sall a remercié tous ceux qui ont participé à cette précieuse installation.

Il faut souligner que la mairie de la commune urbaine de Goundam a fait de gros investissements afin d’améliorer l’accès des populations à l’eau potable. Déjà, en 2004, Mme Seck Oumou Sall, qui venait de prendre les communales de Goundam, a investi plus de 16 millions dans l’extension du système d’adduction d’eau aux quartiers périphériques. De cette date à nos jours, l’approvisionnement des populations en eau potable fait toujours l’objet d’une attention particulière de la part des autorités communales. Même pendant la crise, l’eau n’a jamais été coupée. Récemment, deux groupes électrogènes ont été achetés dont l’un par la mairie et l’autre par la Croix rouge.

 

 

Moussa Mara, Premier ministre, lors des débats sur la DPG : « La question de Kidal ne peut être résolue en trois ou quatre mois… »

Le Premier ministre avait tenu, dans le franc-parler qu’on lui connaît, à être clair : « la question de Kidal ne peut être résolue en trois ou quatre mois à cause de sa complexité ». C’était lors d’un débat houleux à l’hémicycle sur sa Déclaration de politique générale (DPG) qui sera adoptée au bout du compte par 121 pour,  22 contre  et O abstention.

Après la séance de lecture le 29 avril de la Déclaration de politique générale (DPG) par le Premier ministre, Moussa Mara est revenu vendredi dernier (2 mai) devant les députés pour les débats. De 10 heures à 22 heures, une pluie de questions, des plus pertinentes aux plus banales, d’observations objectives ou sans objet, de commentaires dithyrambiques ou perfides s’est abattue sur    Moussa Mara. Deux séances de passages des 147 députés ont marqué l’adoption de cette DPG. Le premier passage des députés a lieu dans la matinée entre 10 h et 12 h. Et le second passage entre 15 h 30 mn et 22 heures. Quand les groupes parlementaires de la majorité présidentielle : le RPM, l’APM (Alliance Pour le Mali), l’ADEMA et Sadi-Fare commentaient et s’interrogeaient sur certains aspects de la DPG l’opposition, elle, bien dans son rôle, ne ménageait ni la forme ni le fond du document. Les questions étaient centrées sur la situation du Nord en l’occurrence celle de Kidal, l’accès à l’eau potable, l’éducation, l’achat de l’avion présidentiel, la santé, le désenclavement routier, la réconciliation, la reforme de l’armée, la lutte contre la corruption, la justice. Ils sont nombreux les députés de  l’opposition à s’interroger sur la situation de Kidal. Mahamadou Hawa Gassama a déclaré que  le peuple malien a voté IBK en fondant beaucoup d’espoir sur lui pour résoudre rapidement la région de Kidal.

 

Majorité : la DPG répond aux attentes du Peuple !

Avant de laisser entendre qu’il se rendra bientôt à Kidal en compagnie de plusieurs ministres, le Premier ministre avait tenu, dans le franc- parler qu’on lui connaît, à être clair : « la question de Kidal ne peut être résolue en trois ou quatre mois à cause de sa complexité ». Sur les autres questions récurrentes  abordées par les députés de l’opposition comme de la majorité présidentielle, notamment sur la lutte contre la corruption et l’indépendance de la justice, Moussa Mara a également tenu à donner des assurances à ses interlocuteurs.

Quant à  la question lancinante  de l’achat de l’avion présidentiel, Moussa Mara a éclairé la lanterne des Maliens. Ce Boeing dit-il a été acheté, tous frais compris, à 20 milliards de FCFA. « L’avion a été acheté sur un emprunt payable sur 4 ans. C’est un avion pour la république du Mali.», a expliqué le chef du gouvernement qui a promis que l’emprunt serait inscrit dans le budget rectificatif qui sera examiné très prochainement par l’Assemblée nationale. Le Premier ministre est revenu sur l’avion présidentiel acheté par le président ATT. Selon Moussa Mara, il n’existe aucun document officiel qui attribue la propriété de cet appareil à la République du Mali. Au-delà de ce problème juridique, a fait savoir le chef du gouvernement, ledit appareil présente aussi des difficultés techniques.  Les députés de la majorité présidentielle ont justifié leurs votes du fait que la DPG cadre parfaitement avec la  vision du Président de la République. Elle tient compte du programme d’Ibrahim Boubacar Keita. « Nous allons vous soutenir dans votre mission.  La  DPG est en parfaite harmonie avec le programme du Président de la République », a déclaré Moussa Timbiné du RPM, non moins 1er secrétaire parlementaire. « Nous ne manquerons de soutenir le Premier Ministre Moussa MARA comme il se doit. La Déclaration de politique générale du gouvernement est une œuvre studieuse qui répond à nos aspirations. Nous soutiendrons les actions du gouvernement tant qu’elles seront dans la logique du programme de Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEÏTA, Président de la République du MALI. Nous suivrons ces actions avec grande vigilance », a-t-il ajouté. Selon le président du groupe parlementaire de l’APM,  Me Zoumana Ntji Doumbia, la DPG défendue par le Premier ministre répond aux attentes du peuple malien.

 

Opposition : un non justifié par des limites objectives de la DPG!

Pour l’opposition, cette DPG a été faite dans la précipitation et étale ses   insuffisances.

«En m’adressant à vous Monsieur le Premier ministre, je dis ceci : quand nous vous regardons, quand nous vous écoutons attentivement; quand nous donnons de la vertu à votre jeunesse, nous avons envie de vous faire confiance. Quand nous regardons en face de nous, votre majorité présidentielle qui n’a daigné vous applaudir une seule fois, pendant les deux heures 26 minutes de lecture de votre déclaration ; quand nous constatons le déséquilibre de cette majorité en votre défaveur ; quand nous doutons que vous êtes le chef d’un gouvernement dans lequel vous n’avez aucun représentant. Vu les limites objectives de votre Déclaration déjà exposées, le Groupe Vigilance Républicaine et Démocratique ne peut pas vous accorder sa confiance et il votera non », a déclaré Mody N’Diaye président de la vigilance démocratique et  républicaine (VRD) qui regroupe les partis de l’opposition (URD et Parena).

Par Modibo Fofana

 

Lire aussi sur  www.lechallenger.com

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. “l’opposition sera proteger” que cela veut dire? Cela veut dire tout simplement quand nous volons, quand nous detournons, l’opposition aura sa part.

Comments are closed.