Moussa Mara, Président du parti YELEMA : « Nous devons mener la guerre seuls »

40 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Moussa Mara, maire Commune IV

Le parti Yèlèma a organisé mercredi à la Maison de la presse une conférence de presse sur les recommandations de sa 1re conférence nationale tenue les 22 et 23 décembre à Koulikoro. Moussa Mara, président du parti et maire de la Commune IV, a saisi l’occasion pour inviter l’armée et tous les Maliens à « s’organiser pour mener la guerre seuls ».

Face à la presse, Moussa Mara, président du parti Yèlèma, a expliqué les recommandations de la 1re conférence nationale de son parti. Le parti conformément à son statut a tenu cette conférence nationale statutaire à Koulikoro sur deux thèmes : les crises politico-sociale et sécuritaire au Mali et la relance du parti Yèlèma.

« Pour ce qui concerne les crises, il a été fortement recommandé l’unité de toutes les composantes de la nation derrière les autorités et l’armée. La seconde recommandation importante, c’est que le parti s’engage à accompagner les autorités de la transition sur tous les chantiers menant aux deux objectifs de la transition ; à savoir : la libération des régions du Nord et l’organisation des élections. Nous sommes à la disposition de toutes les autorités nationales », a expliqué Moussa Mara. Il a ajouté que l’heure n’est pas à la division, mais la cohésion, à l’accompagnement de nos autorités.

« La troisième recommandation, c’est que le parti engage les autorités à faire de la libération du Nord la priorité principale de la transition. Il y a des choses qui ne sont pas négociables. Parmi ces choses vous avez l’intégrité du territoire, la laïcité et la justice », a dit M. Mara. Il a noté que la guerre est favorable à la négociation.

Moussa Mara a prévenu que le déploiement des forces étrangères au Mali n’est pas pour maintenant. « Nous devons nous organiser pour mener la guerre et si possible seuls »« Le déploiement de la force prendra quelques mois. Nous devons nous mobiliser pour soutenir nos forces armées pour mener cette guerre si possible seuls. Sinon on risque d’être ballotés de gauche à droite. Au niveau du parti nous estimons que la mobilisation générale est plus que jamais une actualité. C’est la mobilisation générale qui permettra de requérir les personnes. Trop c’est trop en matière d’occupation de nos territoires »a tonné Moussa Mara.

Pour le conférencier, si les 15 millions de Maliens se lèvent aujourd’hui, les militaires vont avancer. Le président du parti du changement a jugé que le budget qui vient d’être voté pour l’armée (120 milliard) n’est pas suffisant. « Ce budget n’est pas un budget de guerre. C’est un budget d’atterrissage ».

Autres recommandations de la conférence nationale du parti Yèlèma, c’est l’organisation des élections crédibles et transparentes. Selon Moussa Mara, son parti veut que le Nord soit libéré avant les élections. Mais, à l’en croire, il y beaucoup de choses qui peuvent être faites avant la libération du Nord.

« Nous voulons des élections, mais nous voulons des élections sur la base des fichiers biométriques ». A l’entendre, pour libérer tout le Nord, il faut compter sur 10 ans. « La logique veut que nous libérions les grandes agglomérations. Comme ça on peut tenir les élections dans une période très restreinte », a-t-il proposé.

Sur la relance du parti, M. Mara a noté que la conférence nationale a recommandé l’élaboration d’une stratégie de communication en vue des prochaines élections (présidentielle, législatives, municipales), le renforcement de la stratégie d’implantation, d’accueil et de gestion des nouveaux militants du parti. A ses dires, « le parti avait organisé deux congrès. La conférence nationale était une expérience inédite. Il y a 49 cercles qui étaient présents ».

Sidiki Doumbia

SOURCE:  du   31 déc 2012.    

40 Réactions à Moussa Mara, Président du parti YELEMA : « Nous devons mener la guerre seuls »

  1. justicequity

    nonalinertie, Moussa Mara comme la plupart des politiques vivent dans une bulle et ont totalement perdus pieds avec la réalité , ce Mr à de graves problèmes fonciers dans sa commune , qu’il règle déjà ce problème qui est à petite échelle même pas 10 KM2 sa commune et 1.000.000 fois plus simple qu’une guerre qui concerne près de deux tiers du pays , ce Mr il n’arrive même pas à construire une case et veut nous donner des solutions pour construire un gratte-ciel ça me fait vraiment rire .

  2. rodrigues Soares

    :wink: PRENEZ VOTRE TEMPS https://www.youtube.com/watch?v=kxCJPf-EpAE
    L’HOMME AFRICAIN DOIT CONTRIBUER, TOUT D’ ABORDS LIBERONS NOUS DES RELIGIONS ET AFFILIATIONS IMPOSEES DE L’ EXTERIEUR POUR ASSERVIR NOS PEUPLES ET NOTRE CONSCIENCE COLLECTIVE :!:

  3. nonalinertie

    Heureusement que Mr Mara dit  » se mobiliser pour soutenir l’armée et faire la guerre si possible seuls ». C’est dire qu’il n’est pas complètement idiot. Tout est dans ce ‘’si possible’’. Il parle par ailleurs de cotisations de la population : au plus fort de l’appui populaire à l’armée malienne et de notre croissance économique de 4 à 6% sous ATT, cette aide ne dépassait pas quelques centaines de millions. Or, la guerre est estimée à 100 millions de dollars pour un an, soit environ 100 milliards de FCFA en dehors du fonctionnement ordinaire de l’armée. Comment peut-on rêver d’un tel montant devant un tissu économique totalement détruit par la crise ? Où trouver des impôts facilement perceptibles avec des opérateurs économiques en faillite ? Sauf si on le prélève sur les salaires de maliens généralement peu patriotes, et mal payés, et en situation de crise avec des déplacés à nourrir, et il n’y a plus de budget de fonctionnement à détourner. C’est dire que même si nos spécialistes du sprint à reculons étaient prêts à aller à la guerre, les moyens financiers ne peuvent pas suivre actuellement. Ne parlons pas des représailles des barbus sur les villes et villages dégarnis. Ajouter l’absence d’un solide appui aérien pour pourchasser les barbus spécialistes du sprint dans le désert.
    C’est tout de même étrange la similitude qu’il y a entre les barbus et le CNDERRIERE : le sprint devant les individus armés pour s’attaquer à des gens désarmés, les coups de fouet ou de marteaux, la grande gueule sur les écrans, l’humiliation des personnalités, des personnes âgées et des journalistes, etc. Etc. Et quand les 3300 criquets pèlerins de la CEDEAO repartiront chez eux, il faudrait que nous réfléchissions sérieusement, dès maintenant, à la sécurité de nos institutions nouvellement réélues, espérons en fin 2013. Car le CNDERRIERE, par son griot l’a clamé haut et fort après la sortie de CMD: ils seront prêts à botter les fesses de tout malien qui ne leur plairait plus. Etant donné que désormais, tout malien, quelque soit son âge ne serait que leur enfant raté…

    • veridique

      moi je dirais qu’il est idiot parce que si c’etait possible, on en serait pas là où nous sommes aujourdhui….#j’ai beau ne pas aimer cette racaille de Kati, je suis sur que s’ils le pouvaient, rien que pour sauver leur tete, ils auraient deja essayé d’aller au nord..

  4. justicequity

    Les discours on peut tous en faire , mais dès qu’il s’agit d’actes il n’y a plus personne , que Moussa Mara fasse le bilan de ce qu’il a déjà fait de mieux de ses prédécesseurs en commune IV , des gens qui n’arrivent même pas à gérer une commune se voient en président de la république , règle d’abord les problèmes fonciers qui sont beaucoup plus simples que la guerre .

  5. Rebel

    Nous devons mener la guerre seuls

    la route du nord est grandement libre, à bon entendeur, salut ! :(

    • veridique

      excellente replique Rebel. je précise meme que le nord est dans la direction opposée du repli tactique , au cas ou il aurait oublié ou se trouve le nord.

  6. rodrigues Soares

    :idea: MOBILISEZ VOUS AUTOUR DE CHEICK MODIBO DIARRA, VICTIME D’ INTRIGUES POLITICIENNES POUR S’ ACCAPARER DU POUVOIR PAR DES ELECTIONS QUI NE SERONT JAMAIS CREDIBLES SANS SA CANDIDATURE. LES RESULTATS DE SON TRAVAIL ONT ETE ISURPES, RIEN N’ A CHANGE DEPUIS SA DEMISSION FORCEE ET ON NOUS PARLERAI DE LIBERATION DANS QUELQUES MOIS ,ALORS QUE SANOGO NOUS AFFIRMAIT QUE PAS D’ EQUIPEMENTS ACHETER SOUS CMD QUI POURSUIVRAIT IL SERAIT DEVENU UN FREIN :!:

    :!: :!: :!: FREE CHEICK MODIBO DIARRA ,VRAIE DEMOCRATIE EXIGE :!: :!: :!: