Moussa Mara veut réorganiser le territoire : Une trentaine de régions et la suppression des cercles

0
0

Face à la presse, le vendredi 30 décembre à son QG de campagne pour expliquer son projet de société, le candidat du parti YELEMA-le Changement, Moussa Mara, a annoncé sa volonté de simplifier le découpage territorial dans le cadre de la décentralisation malienne s’il parvenait au pouvoir. Pour le maire de la Commune IV du district de Bamako, il faut augmenter le nombre de régions (autour d’une trentaine) et supprimer les cercles pour réduire à deux le nombre d’échelons administratifs.

Pour le candidat de YELEMA, non moins président de ce parti bien implanté en commune IV du district de Bamako, le Mali a un territoire assez vaste qui doit être " réorganisé, familier et propice au progrès ". Il faut, estime-t-il, aller vers une augmentation du nombre de régions et supprimer les cercles pour réduire à deux le nombre d’échelons administratifs (niveau communal et niveau régional en ce qui concerne les collectivités, niveau d’arrondissement  et niveau régional en ce qui concerne l’administration) avec une meilleure répartition des pouvoirs et des ressources humaines suffisantes pour assurer un maillage plus effectif du territoire et une plus grande simplicité dans le fonctionnement de l’administration.

En procédant de la sorte, assure M. Mara, le personnel de commandement actuel sera réparti entre les régions d’une part et les arrondissements d’autre part pour accompagner, conseiller et encadrer les collectivités territoriales. Il est aussi important, a-t-il expliqué, que la dénomination des régions soit revue.

Elles ne doivent pas porter le nom d’une ville ou d’un cercle au risque de créer des tensions entre les villes et les cercles. Le nom de la région doit être familier pour l’essentiel des habitants (exemple du Mandé ou du Wassoulo) et porter sur un espace homogène dont la délimitation doit impliquer les hommes de culture et des traditionalistes en plus des autorités traditionnelles et des organisations de la société dans cette réforme.

Le candidat du parti du changement s’engage à transférer progressivement aux collectivités territoriales l’essentiel des services publics orientés vers l’exécution des missions qui leur sont allouées avec des crédits correspondants et maintenir dans le giron de l’Etat les fonctions et services régaliens ainsi que la tutelle des communes et des régions.

Moussa Mara préconise, en outre, une planification de l’organisation territoriale et l’érection de villes moyennes. Il s’agira pour l’Etat, selon le conférencier, de définir l’aménagement du territoire national "en identifiant ses priorités, en précisant les règles d’urbanisme et d’occupation des sols, en codifiant les modalités pratiques de gestion foncière et d’utilisation du patrimoine naturel à travers un schéma directeur d’aménagement du territoire et d’urbanisation orientant sur dix ans les grandes règles en la matière ". Il est aussi question de limiter l’émiettement des villages, le soutien à l’érection des villes moyennes, de grandes villes, la mise en œuvre de la stratégie de développement des villes maliennes (SDVM) pour tendre vers ces objectifs et drainer les financements appropriés (150 milliards F CFA par an sur quinze ans), l’optimisation des différents programmes et projets actuels pour les rendre cohérents.

Bruno D SEGBEDJI

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.