Moussa Timbiné, premier secrétaire parlementaire: ‘’Le Mali organisera l’année prochain la 10ème conférence de l’Upci’’

4
Moussa Timbiné, premier secrétaire parlementaire
Moussa Timbiné, premier secrétaire parlementaire

Du 15 au 21 février dernier, une délégation de l’Assemblée nationale a participé à la 9ème conférence de l’Upci (Union des parlements des Etats membres de l’OCI) en Iran. La moisson fut fructueuse pour la délégation malienne car ils ont pu décrocher des postes et avoir l’organisation de la 10ème conférence de l’Upci qui se tiendra au Mali l’année prochaine. A leur retour, le premier secrétaire parlementaire, l’Honorable Moussa Timbiné explique les objectifs de ladite conférence. Lisez !

 

 

Quel était l’objectif de la visite que vous avez effectué en Iran ?

J’ai conduit une délégation à Téhéran en Iran avec Mamadou Awa Gassama, député de l’opposition et Dioncounda Sako de la mouvance présidentielle. On était allé pour participer la 9ème conférence de l’Upci (Union des parlements des Etats membres de l’OCI). Nous avons effectué le voyage du 15 au 21 février. Durant cette visite, nous avons fait des rencontres avec le groupe africain. C’est une conférence qui a réuni 53 pays de droit, 22 pays et organisations qui sont membres observateurs,  22 pays et organisations qui sont invités. Il s’agissait de renouveler les organes de l’organisation. Au niveau des vices présidents, le groupe Africain a eu deux postes. Les deux vice-présidences sont occupées par le Niger et le Maroc. Au-delà de ces postes de vice-président, il y’a le comité général dont les honorables Mamadou Awa Gassama, Dioncounda Sako font partie. Il y’a eu la mise en place des comités spécialisés. Et chaque comité spécialisé compte 12 membres et chaque groupe (Groupe Africain, Arabe, et Asiatique) à 4 membres. A ce niveau, je suis membre du comité spécialisé chargé des questions des droits de l’homme. On partait avec une lettre de l’Assemblée nationale pour que le Mali puisse organiser la 10ème  conférence de l’Upci. Et on a eu la chance car le Mali abritera l’année prochaine (normalement en mois de février) la 10ème  conférence de l’Upci. Du fait qu’on a obtenu l’organisation de la 10ème  conférence au Mali, le président de l’Assemblée nationale du Mali est devenu automatiquement membre de la Troïka des présidents. C’est à peu près l’instance suprême même car toutes les grandes décisions sont prises au niveau de la Troïka mais de concert avec le comité exécutif qui est élu pour deux ans. Lors de la 10ème conférence, c’est notre président qui sera le président de l’Upci. C’est lui qui va présidée toutes les conférences et rencontres.

 

 

Quels sont les enseignements à tirer de cette conférence ?

La première leçon à tirer, c’est que le Mali ne doit jamais être absente sur la scène internationale. Parce que le coup médiatique qu’on a pu marqué lors de cette conférence n’allait pas se faire si on était absent. Le Mali était à la Une, applaudit, et félicité du fait qu’on a pu avoir l’organisation de la 10èmeconférence. Et ils ont tous témoigné leur soutien à la conférence qui se tiendra ici au Mali. Dans le communiquer final, il y’a eu des résolutions qui ont été prises en faveur du Mali notamment dans le processus de réconciliation nationale. Ils ont tenue à dire aussi qu’il y’aura une mission au Mali et dans les pays voisins pour faire le point de la situation alimentaire et de s’organiser pour venir en aide aux personnes en situation difficile.

 

 

Votre dernier mot?

La chance que nous venions d’avoir est au nom de l’ensemble du peuple malien. Il faut rappeler que le Mali n’était pas le seul candidat pour l’organisation de cette 10ème conférence, mais a pu décrocher l’organisation à travers l’accompagnement des pays membres de l’organisation. C’est un défi que nous devons relever. C’est une façon de prouver aux yeux du monde que le Mali est entrain de redémarrer, que la paix est de retour au Mali. Et c’est une façon de relancer notre économie parce que cela va attirer les investisseurs au Mali.

Propos recueillis par Aguibou Sogodogo

 

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Moussa TIMBINE est encore neophyte dans le sphere de la diplomatie parlementaire. il doit beaucoup apprendre.

    Son inexperience se sent dans son language.

    Courage

Comments are closed.