Moustaphe Dicko de l’Adema-Pasj : « Je souhaite que ce congrès ne soit pas une querelle de chiffonniers….. »

10
Moustapha Dicko
Moustapha Dicko

La course pour le fauteuil de la présidence de l’Adema PASJ est ouverte. Plusieurs cadres sont dans le starting bloc. A l’occasion de la conférence débats sur les 24 ans du parti pour la consolidation de la démocratie au Mali, le militant de première heure, Moustaphe Dicko, ancien ministre, conseiller à la présidence a bien voulu se prêter à nos questions.

Le Pouce : Vous briguez la présidence du parti. Qu’est ce qui sous tend cette ambition ?

Moustaphe Dicko : « Une raison très simple. Je vois comment le parti se comporte. Notre parti n’est pas celle que nous aurions souhaitée. Il nous revient de redresser les choses avec l’accompagnement de tous ceux qui ont fondé tous les espoirs en l’ADEMA depuis le début .Il s’agit  de faire en sorte que ce parti puisse constituer toujours le socle d’une vie politique solide. Il s’agit aussi de faire en sorte que le parti puisse retrouver ses marques et redonner à notre pays une vie politique qui va sécuriser les enfants de ce pays, qui va sécuriser les acquis de notre peuple ; qui va permettre à notre peuple de s’exprimer en toute démocratie, en toute transparence pour enfin conduire notre pays vers de lendemain meilleur. C’est pour ça que nous avions initialement fondé l’ADEMA. L’ADEMA qui a marqué les premières années de la démocratie malienne doit retrouver ses marques et ses valeurs fondatrices naturelles en renouant ses propres principes. »

Le Pouce : Que diriez- vous aux militants, si on vous disait de faire l’état des lieux du parti ?

Moustaphe Dicko : « Depuis sa création, notre parti a tout le temps remporté les élections. Même lors des dernières élections présidentielles par exemple, vous verrez que l’ADEMA se trouve parmi les trois premiers en tête. En général ce sont des hommes issus de l’ADEMA. Ca signifie que l’ADEMA avait vu juste dès le départ. Que le peuple reste souder aux aspirations qui ont fondé l’ADEMA. Il se trouve qu’il y a beaucoup de querelles de clochers, de positionnement individuel et d’ego inappropriés qui ont fait que les hommes se sont séparés. Cela a fragilisé énormément notre parti, le mettant entre les mains de camarades qui sûrement n’ont pas conduit selon la marche initiale. Aujourd’hui de parti majoritaire, on se retrouve dans la majorité. L’ADEMA jouait même le portage. Parce que même pour que l’opposition puisse venir à l’Assemblée Nationale, il fallait que l’ADEMA l’apporte. C’est passé en 1997. Aujourd’hui aucun de nos députés n’est venu sur une liste propre ADEMA ; sauf à Tombouctou où il n y avait qu’un seul candidat. Notre parti a beaucoup souffert. Ce n’est pas parce que les militants ne sont pas là. Les militants sont toujours là en attente d’une bonne direction qui collera aux aspirations du parti. Je pense que la bataille est de faire en sorte qu’on renoue avec nos valeurs et nos principes. »

Le Pouce : Avez-vous un message particulier en cette veille de congrès ?

Moustaphe Dicko : « C’est dire, qu’un parti c’est pour combler les aspirations, les attentes d’hommes et de femmes qui ont jugé utile de mettre ensemble leur intérêt. Il faut aller à la conquête du pouvoir et apporter un changement dans la vie au quotidien de ses concitoyens. On peut ne pas avoir les mêmes visions, ni les mêmes attentes, mais on doit se parler, dialoguer. Je souhaite que ce congrès ne soit pas une querelle de chiffonniers mais plutôt que ce soit arguments contre arguments. Je souhaite que les hommes et les femmes qui peuvent prétendre à conduire les destinées de notre  parti se mettent ensemble, discutent ,voient des propositions et fassent le choix entre elles. C’est à cette idée que j’appelle l’ensemble des militants de l’ADEMA, l’ensemble des délégués qui viendront au congrès, les candidats potentiels au poste de la présidence de l’ADEMA, et aussi les membres du comité exécutif ».

 

Entretien réalisé par Tiémoko Traoré.

PARTAGER

10 COMMENTAIRES

  1. Pauvre Adema pauvre Mali. On croit vivre un mauvais reve en ecoutant un individu de cet acabit, un Moustaph pretendre diriger l’Adema. Normal apres tout. On est au Mali ou le nepotisme aidant le premier quidam venu peut se croire capable de pretendre a n’importe quelle responsabilite pourvu qu’elle soit avantageuse.Pathetique tragedie

  2. Camarades soyons courtois et amicale. Ces grossièreté ne nous amènent nulle part. Faisons de sorte qu'on puisse nous regarder les yeux dans les yeux à l'issu du congrès. Le travail qui nous attend est plus important que chacun de nous à savoir: la reconstruction de l'ADEMA et du Mali. Nul n'est parfait. dépassionnons le débat et focalisons nous sur l'essentiel. Vive l'ADEMA dans un Mali uni, fort et en paix

  3. Maliens,Regardez le bien:
    son regard de méchanceté ne trompe personne. Il est opportuniste le conseiller de IBK
    Il est qui pour prétendre à la présidence d’un parti digne.
    Quelle moustique l’a piqué. CET IVROGNE DANS LE CERCLE DES IVROGNE.
    QU’il aille se faire foutre :mrgreen:

  4. Donner nous quelqu’un de plus fidèle que lui dans le peuple Adema, et qui a plus de base électorale, donc foutez nous la paix et arrêter avec vos méchancetés gratuites

  5. Et poutant il est parmi les meilleurs de tous les candidats du Parti. Vous faites des accusations gratuites sans auncun argument. Il fait parti des gens qui n’ont jamais retourné leur veste pour aller dans le sens du vent. Tous les autres candidats à ce poste sont allés voire ailleurs avant de revenir au Parti. Tous sont responsables de la déchéances du Parti, ils étaient avec ATT hier, ils étaient même son Ministre au moment du coup d’Etat. Moustpah est pourtant est resté à l’écart pendant les 10 ans juste derrière son Parti. Ne faites pas des affirmations gratuites sur qualqu’un juste par mechancété non. Je ne le connais pas bien mais je sais ça au moins de lui. Je sais aussi, qu’il a assaini en quelques mois le Ministère de l’Education avec IBK, avant de prendre la francophonie en charge.
    Je suis convaincu qu’il saura relever le defi mieux que quiconque

  6. Moustaphe ou moustique ou bien Moustaphe…… Je te Conseille de laisser la politique. Tu es devenu ministre d’IBK le peuple s’est révolté alors tu t’attends à diriger le Mali? Tu es au sérieux?

    Le ridicule ne tue pas au Mali

  7. Mon très cher Moustapha, ce congrès sera sans équivoque une querelle de chiffonniers, parce que ce parti a été bâti sur du faux, le mensonge, la trahison, le vol, toutes choses qu’Allah le tout puissant a prohibé. Vous aviez un parti qu’il faut revoir en profondeur avec la bénédiction d’Allah.

  8. Mr Dicko vous êtes de la honte pour ce grand parti ADEMA , quel conseil peut on nous donner, tu es sans honneur , sans parole , sans dignité . Tant que vous êtes à l ADEMA le parti ne verra jamais le jour .

  9. Ce n’est pas après avoir bradé notre parti pour de petits potains que tu vas faire de la morale politique .Qui sont tes collaborateurs pour la conquête de la présidence ? C’est le groupe des fossoilleurs du Parti ,qui ne cherche que leur petit intérêt Syons serieux

Comments are closed.