Mouvement Dioncounda Traoré pour le développement du Mali (MDTDM) : Une conférence nationale extraordinaire le 18 mai et une Journée nationale du pardon le 21 mai avec une grande prêche de Haïdara

3

Le bureau national du Mouvement Dioncounda Traoré pour le développement du Mali (MDTDM) dirigé par Moussa Koné est à pied d’œuvre pour l’organisation de deux grands évènements : une conférence nationale extraordinaire, le samedi 18 mai, à son siège au Badialan I et une Journée nationale du pardon, le mardi 21 mai, date anniversaire de l’agression  à Koulouba du Pr Dioncounda Traoré. Au menu de la journée un séminaire d’information et une conférence de presse le matin au CICB et, dans l’après-midi, une grande prêche avec prières et bénédictions, au stade Ouezzin Coulibaly avec Ousmane Chérif Madani Haïdara.

 

Moussa Koné (au milieu)
Moussa Koné (au milieu)

Pour préparer ces deux évènements majeurs, le MDTDM a procédé, le samedi 11 mai, à une revue de troupes au siège de la section IV ADEMA du District de Bamako qui a refusé du monde pour la circonstance. Cette 4ème rencontre hebdomadaire était présidée par le président du mouvement, Moussa Koné avec à ses côtés, les vice-présidents, Boniface Traoré et Mme Danioko Fanta Traoré dit Nia Dansira.

Le point principal à l’ordre du jour est l’organisation de la journée nationale du pardon, prévue pour le 21 mai prochain. Cette initiative du MDTDM  vise à célébrer à sa façon, cette date désormais tristement célèbre du 21 mai, anniversaire de l’agression du président de la République par intérim dans son palais à Koulouba. On se rappelle, qu’au lieu de rendre à ses agresseurs la monnaie de leur pièce, Dioncounda Traoré a simplement pardonné. C’est ce geste d’humilité que ses amis du MDTDM ont décidé de célébrer pour rappeler que “ le Mali est un pays de pardon ” et que celui-ci contribue à apaiser le climat social.

Le MDTDM qui a salué la création de la Commission dialogue et réconciliation, a toujours prôné le pardon et s’est engagé à mener des actions pour faire comprendre aux Maliens que “ la nation a besoin de l’effort et du sacrifice de tous ses fils “. Au menu des activités de cette journée du 21 mai, un séminaire d’information à l’intention des partenaires politiques, des alliés du mouvement et des membres du bureau national, une conférence de presse sur le thème “ Dialogue politique entre les partis “. La troisième activité programmée est une grande prière et la lecture du Saint Coran animée par le guide spirituel Ousmane Chérif Madani Haïdara, au Stade Ouezzin Coulibaly. Aux dires de Moussa Koné, à traves cette journée, le MDTDM entend faire en sorte que “ les Maliennes et les Maliens se donnent la main et se pardonnent pour le renforcement de la paix et de la cohésion sociale “.

Le coût prévisionnel de la manifestation est un peu plus de 6 millions de FCFA et déjà le président a apporté une contribution personnelle de 2 millions de FCFA. Le MDTMD a déjà échangé avec les membres de la Commission dialogue et réconciliation (CDR) et la coordination des chefs de quartiers sur la question dans le but d’une large implication de tous les Maliens. Déjà le mouvement a transmis à la CDR son rapport de réflexion sur le processus du dialogue et de la réconciliation nationale. La 3ème vice-présidente du MDTDM, Mme Danioko a remercié le président Moussa Koné pour son engagement dans la cause de Dioncounda, qui est un président béni et chanceux grâce à qui François Hollande  a pris la décision de soutenir le Mali dans sa guerre de libération.

Avant la journée du pardon, le bureau national du MDTDM tiendra une conférence nationale extraordinaire le  samedi  18 mai à son siège au Badialan I à l’immeuble Moussa Koné. Toutes les coordinations régionales et des communes du District seront représentées par deux délégués à cette rencontre qui va procéder au remembrement du bureau avec l’adhésion de nouvelles organisations et procéder aux derniers réglages de la journée nationale du pardon.

Il faut rappeler que le MDTDM est issu de la Coordination  nationale de soutien aux actions de Dioncounda (CNAS) pour l’aider à se faire élire à la présidence de la République lors des élections avortées d’avril 2012. Depuis lors, la CNAS  a donné naissance au MDTDM pour accompagner le Pr Dioncounda dans ses missions de président intérimaire notamment la libération du Mali et l’organisation d’élections libres et transparentes.

Youssouf CAMARA

 

 

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Nous devons dépasser maintenant les comportements opportunistes ,arrivistes ou instrumentalistes.La seule façon de pardonner est de manifester la vérité.On ne peut pas pardonner dans une situation où l’on veut sacrifier la verité sur l’autel du mensonge.Ceux qui ont pillé et agenouillé ce pays doivent être punis.C’est clair!

  2. Il faut arrêter avec cette habitude malienne qui conduit à l’impunité et à ce qui se passe au nord du Mali.
    Dioncounda avait pardonné aux sans cervelles qui lui ont tapé dessus.
    Mais est-ce que cela a empêché ceux qui les ont manipulés de recommencer en janvier leur opération de déstabilisation en synergie avec les islamistes qui ont envahi Konna avec Bamako comme destination. ❓

    C’est gentil de pardonner mais il ne faut pas être masochiste.
    Certains maliens ont tendance à être maso. 😀

  3. Haidara n’a pas pu faire le Maouloud au stade à cause de l’Etat d’Urgence, pourquoi ira t’il fêter avec une association politique? Nous le soutenons pas dans cette initiative.

Comments are closed.