Négociations avec les bandits armés : Le mouvement « Vert-Jaune-Rouge » dénonce Blaise

En déclarant que  « les revendications du MNLA sont légitimes et que ce dernier et Ançar-Eddine sont différents des autres bandits armés », le médiateur burkinabé de la Cédéao dans la crise malienne s’est attiré les foudres de l’association « Vert-Jaune-Rouge ». Dans une déclaration rendue publique ce lundi 5 novembre, le regroupement associatif fustige le discours peu responsable du président du Faso, qui met en cause le principe de l’indivisibilité du territoire malien et le caractère laïc de notre République. Morceaux choisis.

A gauche, le président de l’association « Vert-Jaune-Rouge », Yagaré Baba Diakité

Va-t-on vers un haro général sur le président burkinabé dans la crise malienne ? Tout porte à le croire depuis quelques temps après les rencontres initiées par ce dernier avec les représentants du MNLA (Mouvement national de libération de l’Azawad) et d’Ançar-Eddine dirigée par le narcotrafiquant Iyad Agaly.

Au moment où la classe politique étale son manque d’efficacité à travers un silence radio autour de ces initiatives peu glorieuses de M. Compaoré pour le Mali, l’association « Vert-Jaune-Rouge » a décidé de monter au créneau.

Dans une déclaration dont copie a été déposée à notre rédaction, le regroupe pour l’éveil de la conscience citoyenne au Mali dit « non » aux agissements du médiateur de la Cédéao dans la crise malienne.

« Nous dénonçons en toute responsabilité la médiation du président burkinabé, Blaise Compaoré. Non satisfait d’avoir hébergé les bandits armés qui ont agressé le Mali, le président du Faso, dans un dynamisme diplomatique de dernière minute, tente de remettre en scelle le MNLA et Ançar Eddine, dans des négociations, qui à notre sens, n’ont que pour objectif de saboter la cohésion retrouvée de la communauté internationale pour une intervention militaire libératrice des régions nord de notre pays », a asséné le mouvement « Vert-Jaune-Rouge », sous la signature de son président, M. Yagaré Diakité.

En déclarant que les revendications du MNLA sont légitimes,  la médiation Burkinabè ne s’est-elle pas disqualifiée ? S’interroge le regroupement associatif, qui, explique qu’en s’efforçant de convaincre que le MNLA et Ançar-Eddine sont différents du Mujao et d’Aqmi, la médiation burkinabè semble naviguer à contre courant de la Cédéao, de l’Union africaine et de l’ONU.

Convaincu, en effet, qu’il n’y a aucune différence entre le MNLA, Ançar Eddine, Mujao et Aqmi, le mouvement « Vert-Jaune-Rouge », réaffirme dans sa déclaration qu’aucune négociation n’est possible avec des groupes terroristes qui ont des revendications maximalistes : la mise en cause des principes de l’indivisibilité du territoire national et la laïcité de la République. En clair, explique le président de l’association, Yagaré Baba Diakité, seule une intervention militaire peut sauver le Mali de l’emprise des bandits armés au Nord.

Appel à la responsabilité de la classe politique

Ce branle-bas de l’association « Vert-Jaune Rouge » contre les initiatives mafieuses du président Compaoré intervient quelques jours après la grande manifestation de colère de Maliens qui a ébranlé la visite de celui-ci à Paris. Des Maliens écœurés contre le double jeu du médiateur de la Cédéao, avaient dit « non » à la réception « d’un dictateur » par le président François Hollande. Comme pour dire que dans la crise malienne, Balise Comparé est loin d’inspirer la confiance du peuple malien.

Tout en profitant de la présente déclaration, l’association « Vert-Jaune-Rouge » a adressé une mention spéciale à la nouvelle présidente de la Commission de l’Union africaine, Mme Nkosazana Dlamini-Zuma et au président français, pour, disent-ils, leur volontarisme affiché dans la résolution de la crise au Nord de notre pays. « Ces deux personnalités politiques de haut niveau, dès leur prise de fonction, n’ont ménagé aucun effort pour la résolution de la crise au nord du Mali. Si aujourd’hui, les Maliens perçoivent une lueur d’espoir dans la libération des régions occupées au nord de leur pays par des terroristes liés à Al Qaïda, c’est grâce aux actions volontaristes de ces deux personnalités. Pour soutenir leurs initiatives qui vont sûrement aider notre pays à se débarrasser définitivement d’Aqmi et de ses alliés,  nous invitons les acteurs politiques maliens à regarder dans la même direction », a déclaré le mouvement « Vert-Jaune-Rouge », brandissant le drapeau malien. Pour Yagaré Baba Diakité, après huit mois d’occupation des 2/3 du Mali, il faut regretter de constater que la classe politique malienne est toujours divisée et peine à s’unir autour de l’essentiel.

Issa Fakaba Sissoko

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Vous etes tous des laches ,car vous oubliez que c´est votre CEDEAO qui a choisi Blaise comme mediateur pour trouver une resolution pacifique, et il doit le prouvé qu´il est effectivement capable de trouver une solution autre que la guerre.
    Si vous maliens vous voulez vraiment la guerre qu´attendez vous depuis?n´aviez vous pas une armée repulicaine 😀 capable de defendre votre nation en temps d´agression :mrgreen: Bande de malhonnette.

  2. Comment IYAD qui est un djihadiste convaincu veut négocier maintenant ? A l’approche de la mort ? Au paradis l’attendent des vierges d’une beauté inimaginable (90, 40000 ou 400000, ça varie selon les prêcheurs), des vaisselles dorées et argentées, des plats exquis. Il parait, selon divers prêcheurs, qu’il suffit de penser à un plaisir pour mourir d’extase et ressusciter immédiatement. Que du bonheur, rien que du bonheur, et encore du bonheur, tout le temps, sans discontinuer, sans jamais s’ennuyer…

  3. Mais pourquoi Ouaga et Alger n’invitent pas ces MNLA/ANESARDINE à venir s’installer chez eux ? A prendre la nationalité burkinabé ou algérienne ? Tout le monde serait heureux, parce que nous maliens dans notre immense majorité y compris surtout la grande majorité des touaregs, nous ne voulons guère commercer avec ces criminels, simplement parce que nous ne voulons pas être flagellé, amputé, estropié, saccagé, profané, volé, violé, assassiné, enlevé, exilé, sous-développé, exclavagisé ou drogué. A cause du MNLA/ANE SARDINE qui ont amené les djihadistes au Mali, tous les projets de développement, réclamés à corps et à cris par les nordistes depuis des décennies et dont l’exécution avait même démarré, sont suspendus : barrage de Taoussa, Route Niono-Tombouctou, Route Bourem-Kidal, etc. etc. Moralité : Seuls intéressent, le MNLA/ANESARDINE : i) le sous-développement du Nord Mali qui reste un fonds de commerce pour eux, un moyen de chantage continu de l’Etat malien pour disposer d’argent frais de temps en temps, ou d’un poste juteux pour leurs rares cadres ii) le trafic de drogues et d’armes, les enlèvements. Ces assassins savent maintenant que leur petit chantage est terminé. Alger a été sommé de fermer sa frontière au risque de passer pour un état terroriste, ainsi que Nouakchott. C’est dire qu’à l’entame de la guerre, le résultat recherché est d’exterminer tous ces criminels ou de les envoyer devant la CPI. Voilà pourquoi, ils se précipitent pour une solution négociée maintenant. Mais, c’est aux maliens d’accepter ou pas d’être des victimes éternelles.
    Pourquoi ne pas négocier aussi avec les tueurs en série ? Avec les violeurs incorrigibles au lieu de les castrer chimiquement ? On capitule face à un coupeur de route en se faisant proprement rançonner, ou on va chercher la gendarmerie à la première occasion, si gendarmerie il y a. Sinon négocier avec quelqu’un qui ne cherche qu’à t’humilier, te vexer, te violer voire te tuer à quelque chose de surréaliste. Parce que la politique du diviser pour régner n’a jamais rien donné jusque là. Personne n’a jamais vu ces criminels se faire réellement la guerre, juste de petites querelles de famille de temps à autre…
    Si Iyad renonce à la charia, que lui reste –il à négocier? La liberté de poursuivre les enlèvements ? Les trafics de drogues, d’armes, de cigarettes ? Ou échapper à la CPI ou à la mort par les djihadistes ou par la CEDEAO ? Lui-même ne sera pas assez fou pour oser demander encore une place au soleil malien…
    Epargner la zone de Kidal (MNLA/ANESARDINE) pour qu’elle continue ses crimes dans la même zone et les reprenne dans les autres régions à la première occasion. On verra si les maliens accepteront cela après les flagellations, vols, viols, saccages, profanations amputations, assassinats, enlèvements et trafics en tout genre d’ANESARDINE qui a toujours proclamé et exigé à la face du monde l’application d’une certaine charia aux autres…
    Vivement le financement de la guerre par les occidentaux !
    Vivement l’arrivée des troupes de la CEDEAO et des NU !
    Vivement la mise en place des troupes d’autodéfense encadrées par l’armée !
    Vivement l’arrestation par la CPI des membres du MNLA/ANESARDINE installés au Burkina, en Mauritanie, en Algérie ou en France !
    Ensuite la tenue d’élections libres et transparentes sur la base d’un fichier biométrique.

  4. BLAISE S EST TRAHI TOUT SEUL .IL A OSE PARLER D AZAWAX DE UN DE DEUX IL AOSER DIRE QU AU MALI IL N YA PAS DE LEADER.DEPUIS QUAND ASSASSIN BLAISE

Comments are closed.