Niamina-Toukouni : L’ADEMA bat le rappel des troupes à Koulikoro

0
Niamina-Toukouni : L’ADEMA bat le rappel des troupes à Koulikoro

Avec des conseillers prêts à descendre au fin fond de la brousse, l’Adema peut compter sur la commune de Niamina et celle de Toukouni où s’était rendu Abdoul Baki Cissé le 21 mai 2017. Routes défoncées, manque d’adductions d’eau et difficultés d’accès à la carte NINA sont, entres autres, des problèmes qui préoccupe la population locale.

 Dans la délégation se trouvait également Cissé Zeinab Haïdara, membre du bureau national des femmes Adéma et celui de la section de Koulikoro. Cette dernière avait passé la nuit dans le village de Niamina, discutant avec les villageoises prêtes à faire peser la balance du côté du parti de l’abeille lors des élections locales à venir.

Membre du Comité exécutif (CE),  Cissé est aussi le président de la section Adéma de Koulikoro dont relève administrativement les communes rurales de Niamina et Toukouni, toutes deux situées dans la vallée du fleuve Niger, au Nord-ouest de la ville de Koulikoro.

Devant les habitants du village de Niamina, réunis sur la place publique, Abdoul Baki Cissé s’est réjoui de l’engagement politique des villageois en faveur de l’ADEMA. La sous-section du parti de l’abeille est une force politique dans la localité, selon Cissé qui a d’ailleurs été surpris par les particularités des acteurs politique.

C’est ainsi que malgré leur chance d’avoir la mairie, les conseillers Adema de Niamina ont accepté de composer avec un conseiller du RPM pour permettre à ce dernier de devenir maire. «L’Adéma est la première force politique à Niamina, mais le parti a accepté de se mettre à terre pour donner la chance à d’autres», a rappelé Abdoul Baki Cissé.

Cet édile qui doit presque son poste aux militants de l’Adéma était aux premières loges pour accueillir la délégation venue de Koulikoro. L’entente politique à Niamina, symbolisée par la présence du maire RPM à l’accueil de la délégation de Koulikoro, pourrait être déterminante dans les élections locales à venir.

L’esprit de corps qui a prévalu entre l’Adema et les autres partis pour donner la mairie au RPM est appelé à jouer en faveur du parti de l’abeille lors de l’élection des présidents des conseils de cercle et les présidents des régions. Mais en attendant, Abdoul Baki Cissé a invité les militants du parti à travailler d’arrache-pied.

Pour ce faire, le président de la section de Koulikoro a offert une moto à la sous-section de Niamina dont certains membres avaient souhaité avoir de quoi pouvoir sillonner les villages. L’objectif étant de remercier les comités pour leurs soutiens lors des communales passées où l’Adéma a obtenu 5 conseillés à Niamina.

Quant à Cissé Zeinab Haïdara, elle a tenu à faire savoir aux militants que la raison d’être d’un parti politique est la recherche du pouvoir. Cela nécessite beaucoup d’efforts en termes de mobilisation et de sensibilisation auprès des zones les plus reculées dont l’accès devient difficile pendant l’hivernage qui s’approche.

Mais aucune date n’est encore retenue pour ces élections, ont expliqué des membres de la délégation aux habitants de la commune rurale de Toukouni. Toutefois, la section de Koulikoro a battu le rappel des troupes dans ce village dont la sous-section a également été dotée d’une moto par le président de la section de Koulikoro.

Les réalités de Toukouni ne sont pas différentes de celles de Niamina, les deux localités étant liées par une piste boueuse pendant la saison des pluies. Selon Tenin Diarra, une habitante du village, le plus difficile est la corvée d’eau dont souffrent particulièrement les ménagères qui souhaitent voir un des bas-fonds transformée en retenue d’eau, en plus des forages.

Des militants de Toukouni ont voulu aussi en savoir plus sur l’élection des présidents des conseils de cercle et ceux des régions. Les membres de la délégation ont expliqué que pour la première fois, ces représentants de l’Etat seront élus au suffrage universel direct, donc de simples citoyens auront à les choisir dans un bureau de vote.

Le problème est que beaucoup de militants ont souhaité avoir leur carte NINA, mais ne savent pas comment s’y prendre. Pour résoudre ce problème, les mairies sont invitées à dépêcher des émissaires afin d’accélérer les formalités nécessaires avant le début de l’hivernage.

Soumaila T. Diarra

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here