Nouveau coup dur pour Oumar Mariko : Le député Moussa Coumbéré démissionne du parti Sadi

8 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

La formation politique pro-putsch du 22 mars 2012 vient de subir un nouveau revers. Après les démissions successives du député de Niono, Mamadou Guindo, de l’administrateur du parti, Sidi Ongoïba, et de Kadiali Traoré, un autre cadre non moins important vient de claquer la porte. Colistier d’Oumar Mariko dans la circonscription électorale de Kolondiéba, Moussa Coumbéré vient  d’adresser  officiellement sa lettre de  démission au président de la coordination Sadi de sa localité.

A droite, le député démissionnaire Moussa Coumbéré, en compagnie d’Oumar Mariko au cours d’une conférence de presse en août 2011 à la Radio  »Kayira ». Au milieu Mme le député de Niono, Oumar Coulibaly

 »Je ne suis pas nommé, donc je ne quitte pas l’Assemblée nationale parce que Oumar Mariko le veut ». Dans notre livraison du 3 octobre 2012, au cours d’un entretien au téléphone, le député de Kolondiéba, Moussa Coumbéré exprimait clairement son opposition à la décision du bureau politique du parti Sadi de quitter l’Assemblée nationale conformément au délai constitutionnel fixé par la Loi fondamentale de notre pays.
Adoptée à l’issue de son 4e comité central tenu en septembre dernier, cette décision n’a pas obtenu l’adhésion de tous les militants du parti. Parmi eux, les députés Moussa Coumbéré et Oumou Coulibaly (élue à Niono), lesquels ont participé pleinement aux travaux de la session d’octobre de l’Assemblée nationale. Depuis, on comprend aisément la tension qui existe entre ces élus et certains ténors du parti Sadi, dont le secrétaire général Oumar Mariko.
Au cours de cet échange au téléphone, si le colistier d’Oumar Mariko avait précisé qu’il restait toujours militant du parti malgré cette divergence, aujourd’hui M. Coumbéré semble changer de décision.  Le 2 janvier dernier, l’élu Sadi a adressé sa démission au président de la coordination du cercle de Kolondiéba. Ce, à travers une lettre dont nous nous sommes procurés d’une copie.
 »Je viens, à travers cette lettre, vous informer de ma démission de toutes les instances du parti  Solidarité africaine pour la démocratie et l’indépendance (Sadi) à compter de ce jour 2 janvier 2013 pour des raisons strictement personnelles », écrit le député démissionnaire, qui exprime ses  »très vifs remerciements » aux militants du parti qui, selon lui,  »en tout moment et en toute  circonstance, n’ont cessé d’apporter leur soutien indéfectible à ce parti et à ma modeste personne et souvent, au prix de leur temps, de leurs ressources et de leur dignité ».
Si dans sa lettre de démission l’ex-député Sadi n’évoque que des  »raisons strictement personnelles », tout porte à croire que ce départ serait en relation avec l’atmosphère déjà tendue entre lui et plusieurs camarades du parti, notamment le secrétaire général Oumar Mariko avec lequel le climat était devenu invivable depuis le coup d’Etat du 22 mars.

Affaiblissement continu
Moussa Coumbéré n’était certes pas membre du bureau politique du parti, mais il est reconnu comme un cadre très influent dans la circonscription électorale de Kolondiéba. Il n’y a donc pas de doute que son départ va constituer un coup dur pour le parti Sadi, mais aussi et surtout pour Oumar Mariko, dont il était le colistier. Sans doute, lors des prochaines élections législatives les deux hommes seront des adversaires acharnés, et l’affrontement sera inévitable.
Pourtant, au bureau politique du parti Sadi, certains tentent de minimiser ce départ, expliquant que le cadre démissionnaire était devenu très peu actif dans les activités du parti depuis quelques temps. D’autres en revanche estiment qu’il s’agit d’une grosse perte au moment où le parti doit mieux se restructurer et faire face aux enjeux en perspective.
La démission du député Moussa Coumbéré du parti Sadi intervient moins de quatre mois après d’autres démissions non moins importantes, qui ont contribué a fortement à affaiblir la Sadi. Il s’agit notamment de celle du député de Niono, Mamadou Guindo (en 2011), de Sidi Ongoïba, ex-administrateur du parti et membre du bureau politique, et de Kadiali Traoré, ancien membre de la coordination de Baguinéda. Si Mme le député de Niono, Oumou Coulibaly, n’a encore déclaré officiellement sa démission, sa démotivation (comme chez d’autres militants) est devenue de plus en plus perceptible depuis son refus de suivre la décision du 4e comité central du parti de quitter l’Assemblée nationale, selon le délai constitutionnel normal.
Sans doute, dans son cas, les prochains jours devront produire de nouveaux rebondissements. Ce cycle de démissions ainsi amorcé, témoigne véritablement d’un malaise au sein du parti et les divergences entre les cadres depuis l’adhésion du camarade Oumar Mariko au coup d’Etat du 22 mars et son éternel soutien au capitaine Amadou Haya Sanogo.
Pour de nombreux observateurs, le rôle qui revient au président Cheick Oumar Sissoko est plus qu’utile pour redonner au parti sa crédibilité et son élan au sein de l’échiquier politique national.  Mais face aux allures caporalistes de son secrétaire général, Oumar Mariko, pourra-t-il relever ce défi ?
Issa Fakaba Sissoko  

 
SOURCE:  du   7 jan 2013.    

8 Réactions à Nouveau coup dur pour Oumar Mariko : Le député Moussa Coumbéré démissionne du parti Sadi

  1. justicequity

    On doit envoyer Mariko de force sur la ligne de front, c’était l’un des premiers soutiens des putschistes alors qu’il montre l’exemple, comme il aime la force brute alors Mr Mariko le Mali a vraiment besoin de tes services.

  2. alota222

    la honte c’est pas Mariko c’est plutot Cheick Oumar Sissoko

  3. ApemaMali

    Celle qui me fait honte, c´est cette soit disante Professeure ä l´University (qui donne encore des cours ä nos enfants), une ceratine Mme Rokia Sanogo..

  4. malindivisible

    Au Mali prospere toujours la culture du privilege de l’argent sur la dignite. Un parti doit comme toute organisation etre gere de facon democratique. Ce n’est pas Oumar Mariko qui a decide seul que le pqrti sadi quitte l’assemblee nationale. C’est le comite central du mois de septembre comme l’a si bien dit le journaliste. Mariko est le seul politique malien qui peut dire non a l’argent.

  5. Gab

    Je partage ton point de vue Leguen . Vraiment je ne comprend pas l attitude de cheick oumar que j ai eu l occasion de rencontrer. Un homme humble.simple affable et très patriote. JE ME POSE TOUJOURS CETTE QUESTION COMMENT UN MONSIEUR,INTELLECTUEL COMME CHEICK OMAR PEUT IL SE LAISSER RIDICULISE PAR CE VOYOU ILLUMINE DE MARIKO? PREND TON INDÉPENDANCE ,CRÉÉ TON PARTI OU VA DANS UN PARTI PLUS RESPONSABLE POUR ENCORE SERVIR LE MALI COMME TU L À TOUJOURS SI BIEN

  6. toure aameed ben hamat

    OUMAROU MARIKO TU N’AS RIEN COMPRIS LE MALI A TROP SOUFFERT DANS LES ANNEES 60, TOI TU NES PAS UN BON ELEVE. TU NE CONNAIS PAS LE MALI. VAS ENCORE APPRENDRE DANS UNE UNIVERSITEE DE SCIENCES POLITIQUE POUR REFORMER UN PARTIS POLITIQUE. TOUT CE QUI SONT DERRIERE TOI SONT DES BREBIS PERDUS. ILS FAUT QU’ILS QUITTENT AVANT QUE LES CHOSES NE LEURS QUITTENT. VAS RASER TA SALE BARBE QUI NE RESEMBLE A RIEN QU’UN TERORISTE OU DICTATEUR. LE MONDE SES DEMOCRATIQUE.ET LE MONDE SE MODERNISE. APPRENTIS POLITICIEN OUMAROU MARIKO.

  7. Goby

    Le SADI apparait encore comme un mouvement non democratique mais enfantin .
    ILs ont raisons et finalement ce parti des enfants va disparaitre du fait de ses exigeances unitiles , SADI WHAT IS SAD
    .

  8. Leguen

    Pour Oumar Mariko, il est le seul et unique « homme » du parti SADI. On se demande souvent comment un Cheick Oumar Sissoko, gand homme de culture et éminent intellectuel malien, a-t-il pu s’acoquiner avec un tel individu jusqu’à se faire phagociter par celui-ci? Pitié pour les militants sincères de ce parti pour lesquels le réveil risque d’être brutal et la désillusion grande!