Nouvelle loi électorale: ce qui va changer

3
Affrontements entre peuls et dogons au Mali: une délégation gouvernementale enquête
Tiéman Coulibaly, ministre malien de l'Administration territoriale, s'est rendu dans la région pour enquêter sur l'origine des affrontements entre communautés. © Wikimedia commons

Sur le rapport du ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, le Conseil des Ministres a adopté le mercredi 21 mars 2018 un projet de loi portant modification de la Loi n°2016-048 du 17 octobre 2016 portant loi électorale.

En dépit des améliorations qu’elle apporte à notre système électoral, révèle dans son application certaines difficultés et insuffisances qu’il convient de prendre en charge.

Le présent projet de loi est adopté dans ce cadre et apporte à la loi électorale un certain nombre d’innovations dont : la suppression du vote par anticipation des membres des Forces armées et de sécurité ; la création des commissions de centralisation au niveau des Régions, du District, des Cercles, des Ambassades et des Consulats pour le scrutin référendaire ; la fixation d’un délai au ministre chargé de l’Administration territoriale, pour la proclamation des résultats provisoires du referendum.

Aussi, il s’agit du choix du nom de famille comme fondement de l’ordre alphabétique observé pour l’inscription des électeurs sur les listes électorales ; la fixation de la durée de résidence minimum pour être inscrit sur la liste électorale de la commune du lieu de résidence ; la précision apportée aux opérations d’inscription sur les listes électorales ; l’extension au représentant de l’Etat dans le District, à l’Ambassadeur et au Consul des autorités chargées de notifier la décision de rejet de l’inscription sur les listes électorales aux intéressés ; le remplacement de la carte NINA par la carte d’électeur ; la précision des informations figurant sur le bulletin de vote ; la fixation d’un nombre minimum d’électeurs que doit comprendre un bureau de vote ; la consultation des représentants des partis politiques pour la création de bureaux de vote ; la possibilité donnée à la Majorité et à l’Opposition de proposer des assesseurs ; la réglementation plus stricte du vote par procuration ; le recentrage des niveaux de centralisation des résultats au cercle et au District.

Le projet de loi prévoit également, en cas de non disponibilité de la carte d’électeur, pour les électeurs inscrits sur les listes électorales, la possibilité d’utiliser la carte NINA comme carte d’électeur.

MD

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Mais monsieur le journaliste le Monsieur Coulibaly n’est plus le Ministre de l’Administration Territoriale depuis le dernier changement de Gouvernement. Saches bien informer vos lecteurs.

  2. Tienan hubert coulibaly et boubey sont des champion en tricherie. l’armée doit se tenir pret pour faire le changement si le politik se montre incompetent.

    • Ils ont tente de changer la Constitution ca n’a pas marche et maintenant ils veulent changer la loi electorale a quelques semaines du srutin, ce Tieman Coulibaly est un diable veritable.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here