Observations citoyenne du 2ème tour des législatives : Le Poce déplore le faible taux de participation et les enlèvements d’urnes

1
Ibrahima Sangho, président APEM
Ibrahima Sangho, président APEM

Insuffisance de l’application des textes relatifs au processus électoral, faible niveau de formation de certains agents électoraux, retard observé dans le démarrage du scrutin dans certains bureaux de vote. S’y ajoutent 16 urnes enlevées par le sous-préfet de Ber dans la région de Tombouctou, tels sont entre autres, les insuffisances, incidents et dysfonctionnements constatés sur le terrain par le Pôle d’observation citoyenne électorale lors de ce second tour des législatives. Ces informations ont été révélées le lundi 16 au QG du réseau à l’hôtel Radisson Blu.

 

 

C’était au cours  de la présentation de la déclaration préliminaire. Selon lui, dans l’ensemble des bureaux de vote observés en zone urbaine et périurbaine, le taux de participation est estimé à 29,4%.

 

 

A l’issue du second tour des législatives de 2013, le réseau d’Ong d’appui au processus électoral au Mali (APEM) à travers le pole d’observation citoyenne électorale, a rendu public sa déclaration préliminaire. Ce rapport relève une faible affluence des électeurs. Malgré le déroulement du vote dans un climat serein  force est de reconnaitre que par endroit comme à Ber 16 urnes ont été enlevée et confisquées par le sous-préfet de cet arrondissement. Cela a empêché les délégués mandataires de la candidate à assister à la centralisation des résultats, a affirmé  Ibrahima Sangho, porte parole du Poce.

 

 

Il dira que les observateurs ont constaté une sécurisation satisfaisante des bureaux de vote par les forces armées et de sécurité, le respect des dispositions du Code de bonne conduite par les candidats. Il a relevé les insuffisances découlant de l’application des textes relatifs au processus électoral,  le faible niveau de formation de certains délégués des partis politiques.

 

 

De même, il a relevé la persistance des scènes de désordre dans certains bureaux de vote,  le retard observé dans le démarrage du scrutin dans certains endroits. L’orateur va loin en relevant l’enlèvement de 16 urnes par le sous-préfet de Ber dans le cercle de Tombouctou. Il soutiendra, que ce dernier a  confisqué chez lui les urnes, empêchant du coup les délégués et mandataires de la candidate à assister à la centralisation des résultats.

 

 

Au titre des recommandations le Poce exhorte à la  mise en place d’une structure pérenne de gestion des élections, la pérennisation et la consolidation du Poce. Par ailleurs, il sollicite l’intensification des activités de formation, de sensibilisation et d’éducation électorale pour une appropriation véritable de la démocratie par les  citoyens du Mali.

Le Poce invite, à l’issue de ce second tour des législatives, le ministère de l’Administration territoriale et la Cour Constitutionnelle chargés du dépouillement des votes à plus de diligence et de transparence dans leurs missions respectives, en vue de créer davantage la nécessaire confiance des électeurs au processus électoral.

 

 

Rappelons que le  Réseau APEM a déployé 3.300 observateurs/observatrices nationaux fixes et 200 superviseurs/coordinateurs et points focaux mobiles dans les 45 circonscriptions électorales concernées par le deuxième tour, avec 33,33% de femmes. Le Poce a constaté que dans 89,9% des bureaux de vote, les opérations ont été déclarées closes par les différents Présidents à 18H, et les opérations de dépouillement ont démarré aussitôt.      

                                                                              

 

   Ramata TEMBELY

 

PARTAGER

1 commentaire

  1. Mais il faut être bête pr déplorer le taux de participation.avec des alliances contre nature mieux vaut rester en famille.

Comments are closed.