Ouali Diawara serait l’homme de la situation pour redonner la force à l’Adema PASJ.

6
Ouali-Diawara
Ouali Diawara

La question est sur toutes les langues. Qui sera le prochain président de l’Adema PASJ ?

Après analyse de plusieurs anciens et sages du parti qui représente aujourd’hui la 3e force politique du pays, il faut un homme exemplaire et social pour diriger la famille de l’ex plus grand parti du Mali. Certains ont dans leur rétroviseur le secretaire aux finances du parti, Ouali Diawara. Vu les divisions qui guettent le parti, Ouali serait l’homme qui ramènera la paix à l’Adema et donnera un nouveau élan au parti.

 

Qui est Ouali DIAWARA ?

Née le 28 Septembre 1955 à Tioribougou (cercle de Kolokani), Ouali DIAWARA est l’un des leaders du parti de la ruche qui est resté fidèle à toutes les décisions prises par le comité Exécutif.

 

DIAWARA DICKO pour les intimes, Ouali est naturellement humaniste à travers son caractère de sans façon et sa capacité d’écoute.

 

Comptable, chef de division comptabilité générale à la Pharmacie Populaire du Mali (PPM) de 1982 à 1991.

 

Il est détaché au contrôle général d’Etat pour appuyer le ministère chargé du contrôle pendant la transition en qualité de comptable vérificateur de 1991 à 1992 et participe au contrôle de la SOGEMORK, de l’Energie du Mali (EDM), et du trésor public.

Il devient le Directeur du département contrôle de gestion de la PPM en 1993 avant d’être le Directeur financier et comptable de la Pharmacie Populaire du Mali (PPM) De 1994 à 1997.

Elu Député de la circonscription électorale de la commune I du District de Bamako lors des législatives de 1997, il devient le Président de la commission des finances de l’économie et du plan de l’Assemblée nationale du Mali de 1997 à 2000.

 

De 2000 à 2002 : Il est élu au 1er parlement de la CEDEAO (ECOWAS) et vice président de la commission des finances et des échanges.

 

Elaboration de la première nomenclature budgétaire du parlement communautaire (ECOWAS) à Abuja en janvier 2001.

 

Ouali est un administrateur de sociétés pharmaceutique (MULTI-M.SA) et téléphonique (Cellnet-Mali).

 

De 2007-2013 : Elu pour la deuxième fois député et président de la commission des finances, de l’économie du plan et de la promotion du secteur privé de l’Assemblée Nationale du Mali durant tout son mandat.

 

A ce titre : Il a initié et participé aux activités de renforcement de capacité de l’institution à travers la commission des finances.

 

Il est l’un des acteurs de la mise en œuvre des activités inscrites au Plan d’Action Gouvernementale pour l’Amélioration et la Modernisation des Finances Publiques (PAGAM/GFP I).

 

Notamment avec la création d’une unité d’appui à la commission des finances dénommée Unité Nationale d’Analyse et de Contrôle du Budget de l’Etat (UNACEM).

Ouali a participé au processus d’élaboration du PAGAM/GFP II.

 

A cet effet il a dirigé pendant trois mois les travaux du groupe thématique (Gouvernance et Transparence) composée de toutes les structures de contrôle interne et externe de l’Etat : CF/AN ; SC/CS ; CGSP ; BVG ; IF ; DGMP ; DNCF ; CNSC ; PTF.

 

Après initiation et développement d’une diplomatie parlementaire Diawara a Participé à la conception et la mise en œuvre d’importantes reformes dans la gestion du parlement : Elaboration d’un manuel de procédures administratives et financières.

 

Assurer la transposition des directives de l’UEMOA dans la législation Malienne notamment avec l’adoption du code de transparence et de la loi de finances révisée.

Après la Maitrise en gestion à l’Ecole Nationale d’Administration (ENA) de Bamako en 1995, Ouali a eu son Diplôme d’Etudes Comptables et Financière (DECF) de l’INTEC de Paris en 1996.

 

En matière des questions financières, le Mali est fier d’Ouali Diawara après plusieurs prix et reconnaissances des plus hautes instances financières du monde comme la banque mondiale, le FMI, la BECEAO etc. Un expert comptable qualifié.

 

Tout dernièrement Lors de la récente semaine des banquiers, la 4ème édition, l’association des professionnels des banques et établissements financiers (APBEF) a décerné une distinction de reconnaissance d’ »un des meilleurs financiers du Mali » à l’ancien député de la Commune I, Ouali Diawara, actuel Conseiller économique et financier du président de l’Assemblée nationale du Mali.

 

Ouali est un homme qui vient toujours en aide aux personnes en difficultés, c’est un patriote avec une capacité d’écoute exceptionnelle.

 

Aujourd’hui, Ouali est l’homme dont le parti de l’abeille a besoin pour retrouver son unité et sa cohésion.

 

Membre du bureau exécutif, Ouali occupe le poste du secrétaire aux finances depuis plusieurs années.

 

 

Ibrahima Maiga

 

 

 

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. SEULE SOLUTION POUR LA SURVIE DE L’ADEMA SERAIT DE RENONCER A LA MAJORITE PRESIDENTIELLE, POUR NE PAS ETRE COMPTABLE DE LA GESTION (DU RPM), PARDON DE MA FAMILLE D’ABORD..
    FAIRE ALLIANCE AVEC LE PARTI FARE DE MODIBO SIDIBE POUR CONSTITUER L’ALTERNATIVE.

    CELA PERMETTRA A L’ADEMA D’EVITER DE VOIR A SA TETE DES ARRIVISTES, INCOHERENTS, COMME DRAMANE DEMBELE ET TIEMOKO SANGARE. CES DEUX INDIVIDUS ONT EN COMMUN LE DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS. ILS NE CHERCHAIENT QU’A EVITER DES POURSUITES DE LA PART DE IBK..ILS ONT DONC SACRIFIE LE PARTI ADEMA.
    DRAMANE A TRAHI LE FDR ET FAIT ALLIANCE AVEC IBK AU NOM DE L’INTERNATIONAL SOCIALISTE.
    TIEMOKO SANGARE A SACRIFIE L’ADEMA EN S’ALLIANT AU RPM A L’ASSEMBLEE NATIONALE, ET CE APRES AVOIR CRITIQUE DRAMANE POUR SON GESTE.
    UNE PROCHAINE ERREUR OU FAUX PAS SERA LA DISLOCATION PURE ET SIMPLE DE L’ADEMA

  2. Triste, pathetique et maladroite manière de vouloir se positionner. Encore un de ces vautours à l’affut d’une putréfaction de l’Adéma pour s’emparer des sordides restes de son cadavre.L’Adéma traverse la plus grave crise de son histoire, et joue même sa survie, personne n’a entendu Wali Diawara s4exprimer sur un quelconque sujet d’interet partisan ou national.Son seul haut fait d’arme, se positionner auprès du nouveau Président RPM de l’Assemblée. Wali, Président de l’Adéma? Oui, pourquoi pas d’ailleurs?, dans un Mali où le premier venu peut postuler à toutes les responsabilités et missions possibles. C’est le pays où il n’y a pas d’incompétents. Rien dans le parcours de ce monsieur ne l’appelle à se retrouver à la tête d’un Adéma, même moribond, sauf si on veut précipiter la mort de ce parti qui reste encore grand.

  3. Je suis d accord avec lui en réalité wali est patient c est qui lui a fallu ça aujourd’hui courageux généreux et très sociable mais ce que le journaliste à oubli wali en plus de la langue de moliere c est un maître talibe de la secte de sirima modibo kane. Nul ne est parfait si koroboiso en connaît des défaut qu il l approche le Monsieur est très compréhensible excusé merci

  4. Monsieur le journaliste,
    L’article est bien écrit, plein d’éloges.
    Tu cites les qualités et succès de la personne en ignorant ses défauts et échecs.
    Pour être crédible il faut donner des informations de façon impartiale.

  5. Non en réalité wali a été fidel et il peut bien conduire l’ADEMA à la victoire.
    Il mérite respect et considération, cet homme est un exemple
    Voilà un homme de courage, social et de compréhension
    Vive wali

Comments are closed.