Parti Yéléma à Ségou : Moussa Mara édifie les journalistes sur la sécurité

0
1

Le président du parti Yéléma, Moussa Mara, s’est entretenu avec les hommes de media à Ségou dans la matinée du vendredi 17 février 2012. La 11e du genre afin de mettre au parfum de ces compatriotes ses propositions sur la sécurité pour la bonne marche au cas où ce dernier sera élu candidat à l’élection présidentielle d’avril prochain.

Cette rencontre avec les journalistes était placé sous le thème : « La sécurité pour tous : le devoir cardinal d’un Etat responsable ».

Dans une communication très brève, le président du parti, Moussa Mara a axé sa communication sur trois points. Le premier concerne un Etat déterminé à assurer la sécurité physique des Maliens, le second charme sur le soutien à la lutte contre les autres  facteurs d’insécurités et le troisième captive la résolution durable de l’insécurité au Nord.

Il fera savoir que le Mali fait face à des situations d’insécurité très complexes qui menacent sa stabilité, compromet gravement les efforts de construction nationale des gouvernements successifs du Mali, mettent à mal sa cohésion sociale et enfreignent de manière significative tout espoir de développement humain des maliens.

« La sécurité primordiale est celle de l’être humain. Celle-ci passe par la mobilisation de tous contre l’insécurité portant sur les biens et les personnes. Cela passe par la promotion des comportements de sécurité dans la famille, la communauté, le village, la commune et dans le pays directement au sein de la population.», a-t-il souligné.

Dans le développement du premier axe, le président du parti Yéléma entend soutenir une plus grande coopération entre les populations et les forces de l’ordre en multipliant les occasions de rencontre, d’échanges, de collaboration de terrain pour que les forces de l’ordre puissent agir dans la prévention et bénéficier de l’assistance des populations par l’information, les dénonciations et en même temps qu’elles puissent agir dans le traitement de situation de délinquance juvénile pour prévenir le basculement des enfants dans les attitudes délictuelles. Il promet l’instauration d’une police municipale avec comme embryon les brigades urbaines de protection de l’environnement au sein des communes urbaines, avec une répartition des tâches qui fera intervenir la police municipale dans la prévention des délits, la collaboration avec les populations, la sécurité des voies urbaines et de la circulation routière, la protection de l’environnement, l’utilisation de la voie publique, certaines situations relatives au voisinage et à certaines incivilités, le respect des règles publiques municipales, a-t-il souligné.

Pour le second sous thème, Moussa Mara fera savoir qu’il s’engage à mieux organiser les producteurs et les doter de capacités anticipatrices et de gestion prévisionnelle : «  la meilleure sécurité est celle que l’individu lui-même s’assurer, son propre stock est plus efficace que celui public, et varier le stock national de sécurité et sa répartition sur le territoire (fourchette de 35 000 à 70 000 tonnes de plusieurs types de céréales). En ce qui concerne le troisième sous thème, Il promet de gérer l’urgence de trois à huit mois.

Il prend l’engagement d’au moins 7 000 militaires (environ le tiers de nos capacités armées) sur le front principalement dans l’infanterie avec une proportion appréciable de commando paras, dans l’artillerie et dans les blindés légers. Selon lui, cette phase de sécurisation coûtera au moins 20 milliards de FCFA financés par le budget national 2012 qui sera revu en conséquence avec la réaffectation de crédits d’investissement, l’Etat cherchera le soutien de partenaires du pays.

B DICKO

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.