Participation aux présidentielles de 2012 : Le groupement des commerçants veut relever le défi

0
0





A quelques encablures des élections présidentielles de 2012, le groupement des commerçants est en train de mettre la dernière main pour constituer un groupe solide qui travaillera avec le Haut conseil islamique (HCI) en vue du choix d’un candidat sérieux, honnête et sincère pour la gestion des affaires publiques. Il n’est pas question de donner leurs voix à un aventurier qui va aliéner ensuite les intérêts du Mali. Une rencontre du groupement professionnel des commerçants a eu lieu, le mois dernier, à Bamako, et présidée par Soya Golfa qui se succède à lui-même à la tête de cette structure.

L’élection présidentielle suscite de vives tensions et d’engouement réel dans un pays comme le nôtre. Mais, aujourd’hui, nous faisons face à une imposture démocratique à telle enseigne la démocratie est devenue le règne de la médiocrité au Mali. Si nous n’y prenons garde, un étranger ou un narco trafiquant se fera un jour élire dans notre pays. C’est pour parer à une telle éventualité que le groupement des commerçants, sous la houlette de Soya Golfa, a fait une revue de ses troupes, le mois dernier. Un bureau de 121 membres a été mis en place.

Il faut rappeler que depuis la mort de Tambadou, c’est Soya qui dirige l’une des plus grandes associations professionnelles du Mali laquelle association a su s’organiser avec patience, courage et perspicacité à travers tout le pays pour le mieux – être des populations.

Selon nos enquêtes, cette association constitue une très grande force de mobilisation à travers les 8 régions du pays avec des personnalités de référence dans le monde des affaires comme Ousmane Guitèye, Karamoko Oulalé, Aïché Malinké, Amadou Djigué, Babou Yara, Malamine Tounkara, qui sont des vices – présidents et Baba Sylla inamovible secrétaire général.

Lors de la réunion du mois passé, toutes les interventions convergeaient vers la cohésion, l’unité et la grande mobilisation du groupement face aux élections de 2012. A cette occasion, nos informations révèlent que l’ancien président de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali, en l’occurrence, Malamine Tounkara a conseillé ses pairs à un vote responsable, et ce, pour éviter la situation de discrimination et d’exclusion qu’ils ont connues, ces dernières années.

A les entendre, on se rend facilement compte qu’il y a, aujourd’hui, une similitude entre le comportement du Haut conseil islamique (HCI) et le groupement des commerçants pour un vote utile. Pour les deux structures, en tout cas, selon des informations qui nous sont parvenues, il n’est plus question de laisser le pays à vau – l’eau. La même information révèle que des partis tentent, à l’heure actuelle, de courtiser, Haut conseil et groupement, à la fois, unis pour un mariage de raison afin qu’ils puissent porter leurs voix à celui qui semble incarner leurs vœux et qui se soucie des intérêts du Mali. Cela est d’autant plus intéressant que les données sur le vote de 2012 sont en train de prendre une tournure qui dépasse le seul cadre des partis.

Le groupement professionnel des commerçants et le Haut conseil constituent un maillon essentiel dans la vie de notre pays. Ils ont une force de mobilisation exceptionnelle et le camp, qui aura leur mot d’ordre de vote, aurait fait un grand pas dans la conquête de l’électorat, à la fois, mal organisé et analphabète.

Donc, la société civile n’est plus disposée à laisser le pays entre les mains d’un aventurier qui dirige selon son bon vouloir.

Oumar Ouattara

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.