PDES à Koro : Les mises en garde de la population

0
0

En cette période de précampagne électorale, les marchands d’illusions de tout acabit ont envahi villes et campagnes en quêtes de naïfs citoyens. Le plateau dogon n’échappe pas à la saga de ces étranges troubadours. Mais à Koro, les populations attendent de pieds fermes le premier audacieux. Ils ont déjà vu ce que Eli Poudiougou, responsable du PDES a pu leur offrir avec le soutien de la première dame, Mme Touré Lobo Traoré.

« Koro était comme une ville orpheline à l’abandon. Aujourd’hui, elle se console avec l’attachement que lui accorde un de ses fils brave : Eli Poudiougou. Nos lieux de cultes (mosquées et églises) n’étaient pas équipés de micros. Grâce au soutien de Lobo, Eli a pu les doter presque tous en matériels de sonorisation. Nos femmes se tuaient à moudre le mil au pilon et au mortier, dieu merci, nous avons reçu des moulins. Certains villages n’avaient ni écoles, ni centre de santé. Nous avons été soulagés d’en avoir reçu. Nous n’avions presque pas d’eau, Eli a fait curer un de grand puits ancestral… » Ce témoignage d’un sage de Bono, village originaire de Eli patron du PDES à Koro, n’est en réalité qu’une minuscule illustration des œuvres du PDES à Koro à travers le soutien de la première dame du Mali Mme Touré Lobo Traoré.

Selon nos sources, Lobo aurait soutenu cette localité avec plus de 70 millions de FCFA, ce qui fait d’elle aujourd’hui, une source d’espoir et de consolation des populations les plus démunies de Koro.

« Avec un député et plus de 60 conseillers municipaux, Eli peut se targué d’être l’homme politique le plus engagé pour le développement de Koro. Nous reconnaissons très sincèrement que c’est grâce à lui que Lobo nous a aidés. Aujourd’hui encore nous avons appris qu’il a sous le coude un formidable projet de réalisations diverses dans les localités de Koro. Nous ne doutons pas  qu’il réussira à nouveau à décrocher d’autres financements plus importants» Agouna Djimdé, la soixantaine dépassée, résume en ces termes les qualités d’homme politique du patron du PDES.
En réalité, dans cette localité, il s’est creusé un énorme gouffre entre les hommes politiques et les populations. Les responsables politiques qui se sont succédé à Koro au plan social, économique ont toujours été indifférents aux préoccupations majeures des dogons et de leurs alliés.
Aujourd’hui, presque tous les partis politiques se sont installés dans un tel inconfort qu’ils ont du mal à affronter le regard des populations.

C’est ainsi que depuis le mouvement « Plébiscite 2002 » avec Salif Diakité, Koro a tourné le regard vers  des hommes libres de tout engagement politicien comme Eli Poudiougou. D’ailleurs selon plusieurs témoignage, malgré tout ce qu’il fait pour sa localité, il n’a jamais prétendu à une quelconque récompense, ni élective, ni administrative.

Pourtant c’est lui qui a installé et développé le mouvement citoyen à Koro. Lors des dernières législatives, malgré les conciliabules sorcières des partis politiques, Eli et ses hommes ont pu obtenir un député qui siège actuellement à l’assemblée nationale. En plus, le PDES s’est tapé malgré sa jeunesse, plus de 60 élus communaux. Ce résultat n’est autre que le fruit de l’engagement d’un homme : Eli Poudiougou.

A Koro, ses militants lui en veulent de n’avoir pas postulé pour un poste de Vice président au Bureau politique national du PDES. « Au sein de ce bureau, il y a des gens qui ne sont même pas parvenu à se faire élire même conseiller municipal, qui n’ont aucune base mais qui occupent des postes de vice présidence. Or, Eli est fort d’un député et de 60 conseillers municipaux qui lui sont entièrement dévoués. Nous sommes entrain de lui dire de réclamer ce qui lui revient de droit au sein de ce parti. S’il occupait un  poste au sommet du parti, peut être que Koro allait avoir d’autres avantages plus importants. Nous sommes sûrs de pouvoir le convaincre… » Nous a confié, un jeune cadre résidant à Mopti.

Curieusement à Bla, Bankass, Yankasso, des militants PDES et d’autres horizons ont envisagé il y’a quelques semaines de créer des clubs de soutien en son nom. Sa réponse a été catégorique : « je reste dans une dynamique. Nous nous sommes engagés à soutenir ATT. Orientons toutes nos actions dans ce sens. C’est le seul combat qui vaille. Ensemble contribuons à renforcer le président dans sa mission. Je ne pense pas qu’il soit utile de s’engager dans d’autres voix. Je me suis engagé pour ATT, et je resterais dans cette dynamique jusqu’au bout. »
Au jour d’aujourd’hui, Eli n’a jamais pris part à la  guéguerre qui divise les leaders du PDES, tout comme ses militants qui estiment que cette guéguerre n’a aucun sens. « On s’est engagé à soutenir ATT depuis 2002 dans l’unité et dans l’action. Maintenant qu’il fait face à des épreuves, au lieu de l’aider des gens sont pressés de lui arracher son fauteuil. Ce n’est pas noble » nous a simplement fait savoir une dame très engagée pour la cause de Mme Touré Lobo.

Quelles sont les perspectives pour Eli et pour Koro en cette fin de mandat ?
Le représentant des sages de Koro Atome Djimdé a répondu : « Koro sera toujours avec ceux qui en feront leur priorité. Notre ville a besoin d’un  président qui viendra réparer toutes les injustices subies par Koro. De l’indépendance à nos jours Koro attend d’être une ville moderne. Notre attente est infinie pour le moment.

Le message est très clair pour Eli Poudiougou qui n’a plus aucun droit de composer avec des traitres, c’est-à-dire qui ceux n’ont aucun respect pour cette localité et ses habitants.
Mamadou Diallo « Mass »

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.