PDES : Le sauve-qui-peut général

10
1

Au niveau du Parti pour le Développement Economique et la Solidarité (PDES), parti dit des amis d’ATT, rien ne va plus. C’est aujourd’hui la débandade totale, le sauve-qui-peut général.

Le Parti pour le Développement Economique etla Solidarité(PDES), se trouve aujourd’hui dans une situation confuse et incertaine. Les militants sont désappointés par les décisions des leaders du parti.

Nos anciens nous apprennent que « toute union qui se noue sur de mauvaises bases, ne peut faire long feu ». Et, c’est à cette situation que l’on assiste au PDES. Le parti de ceux qui réclament l’héritage du président dela République, Amadou Toumani Touré.

Au niveau de ce parti, les jours se suivent mais ne se ressemblent pas.

Surtout depuis que le directoire du parti a annoncé, il y a un peu plus d’un mois, que le parti ne présentera pas de candidat à l’élection présidentielle. Foulant du coup au pied, la vocation première d’un parti politique qui est la conquête du pouvoir.

Alors que nombreux sont les militants et nomades politiques qui avaient rallié le PDES, convaincus de la thèse selon laquelle, leur candidat sera le successeur de leur mentor ATT, la décision du Bureau national du parti, de ne pas présenter de candidat à l’élection présidentielle a créé un énorme froid chez de nombreux militants au niveau du PDES. Et depuis cette annonce, les défections au quotidien ne se comptent plus au niveau de ce parti, qui pourtant semblait bien parti. C’est le sauve-qui-peut général. Surtout à mois de deux mois de l’élection présidentielle dont le premier tour est prévu pour le 29 avril prochain.

L’UMAM et l’ASAS engloutissent le PDES

Selon de sources bien introduites, la décision du directoire du parti s’expliquerait par le fait que les leaders n’ont pas pu s’accorder sur une candidature. Car, il y avait plusieurs prétendants.

Notamment, Jeamille Bittar, le 1er vice-président du parti, Hamed Sow, le président d’honneur, Hamed Diané Séméga, le président du parti.

Lors de la première convention nationale du parti, tenue en décembre dernier, les leaders du parti avaient annoncé que le parti présenterait une candidature interne et que  le choix du candidat se ferait par une commission d’investiture, en mi-janvier dernier.

Mais, cette commission d’investiture présidée par l’honorable Ousmane Ba, n’a rien pu faire dans ce sens. Car, selon certaines sources, cette commission  était impuissante face à la situation qui prévalait.

Le président du parti, Hamed Diané Séméga, sans le montrer ouvertement, nourrissait l’intime ambition d’être investi comme étant le candidat du parti à l’élection présidentielle.

Alors que leur mentor ATT avait demandé à tous ceux qui avaient cette intention de quitter le gouvernement.

Pendant ce temps, Jeamille Bittar, se démarquait petit à petit du parti. Car, sa candidature à l’élection présidentielle était sollicitée par l’UMAM (Union des Mouvements et Associations pour le Mali).

Face à l’incertitude qui prévaut au niveau du PDES et à l’opposition à la quelle il faisait face au PDES, Jeamille Bittar a finalement décidé de répondre positivement à l’appel de ces associations.

Après l’annonce officielle de sa candidature, il a procédé, il y a deux semaines, au dépôt de son dossier de candidature sous les couleurs de l’UMAM.

Une autre candidature qui aurait posé problème au niveau du PDES, c’est celle de Hamed Sow. Ce dernier aussi, face à la situation qui prévaut au niveau du parti, a décidé de voler de ses propres ailes. Car, il a décidé de saisir l’opportunité, à lui offerte par l’ASAS (Association des Amis et Sympathisants de Hamed Sow).

Il vient d’ailleurs d’être investi, candidat à l’élection présidentielle par cette association, le week-end dernier.

Ainsi, ces deux personnalités du Parti pour le Développement Economique etla Solidarité(PDES), se sont démarquées de leur parti pour se présenter à l’élection présidentielle. Emportant avec eux, de nombreux militants du parti.

Pendant ce temps, les défections se font  à longueur de journée. Car, personne n’aimerait sortir de ces élections les mains vides.

Des sources indiquent aussi que le PDES a décidé de ne pas présenter de candidat, mais de mobiliser ses troupes pour soutenir un autre candidat. Un parti est plus cité. Il s’agit de l’Adéma-PASJ avec lequel les leaders du parti seraient en pourparlers.

Cependant, ce qu’il faut noter c’est que Jeamille Bittar et Hamed Sow ont quand même emporté de nombreux militants du PDES avec eux. Même si certains ne se sont pas encore affichés publiquement.

Amadou Diallo

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.
Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
donk<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 8</span>
Membre
4 années 6 mois plus tôt

Faisons le vote utile pour un mali fort et uni . Je vous invite à voter IBK.

waritiki<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 604</span>
Membre
waritiki 604
4 années 6 mois plus tôt

la situation dont se trouve le mali il faut un président intégre et fort pour sa je votr zou

waritiki<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 604</span>
Membre
waritiki 604
4 années 6 mois plus tôt

j aime le mali je vote zou

ossam<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 36</span>
Membre
ossam 36
4 années 6 mois plus tôt

Le problème du PDESn’est ni moins ni plus que Semaga .C’est lui qui a mis le parti dans cette situation précaire.Je pense qu’il faut le debarquer

leroi<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 9</span>
Membre
leroi 9
4 années 6 mois plus tôt

je suis du même avis que toi

Filo<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 120</span>
Membre
Filo 120
4 années 6 mois plus tôt

Le PDES c’est le parti des opportunistes on savait qu’il n’allait pas faire long feu:twisted: 🙄 :mrgreen:

FANA<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 158</span>
Membre
FANA 158
4 années 6 mois plus tôt

Programme de développement Economique et Social égal Parti pour le Développement Econimique et Social a été créé pour offrir à ATT un troisième mandat sachant que l’ADEMA et les autres partis satélites n’allaient plus le supporter.C’est l’exemple de Mamadou Tandja du Niger qui l’en a dissuadé.Un journaliste d’une radio privée de Bamako ne disait-il pas en bamanankan que celui qui n’aiderait pas Att à avoir un troisième mandat n’aura qu’à s’en prendre qu’à lui même en cas de victoire.Je l’ai entendu dire cela de la radio à mes oreilles.Ce parti ,sachant que la cause est perdue,chacun se positionne dans un autre parti pour tirer un profit immédiat de l’après Att.Sans quoi,pourquoi ne pas s’organiser efficacement pour aborder les autres échéances,s’ils étaient sincères.C’est leur droit.

aou<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 118</span>
Membre
aou 118
4 années 6 mois plus tôt

Je sais juste une chose, cette decision de ne pas briguer la magistrature supreme est tres suspecte. Allez savoir pourquoi ? le Mali se batira t-il sur du mensonge ?

Kassin<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 4307</span>
Membre
4 années 6 mois plus tôt
Quand la démocratie accouche d’un régime de généraux vauriens Un pays s’en sort par la qualité de ses ressources humaines et non pas seulement par ses ressources naturelles. En érigeant en mode de gouvernance la médiocrité, l’impunité, le manque de culture du résultat, le clientélisme, le Grin mania, l’injustice, le manque de sérieux et le mensonge, le régime moribond des généraux vauriens a reçu à mettre la corruption, le vol, la dépravation des mœurs, l’incivisme parmi les premières valeurs et pratiques de la société malienne. Le résultat se passe de tout commentaire pour une fois je vais laisser l’armée et la guerre du nord en paix.  Mes compatriotes s’en occupent suffisamment et j’ai suffisamment parlé sur le sujet pour mériter mon “repli stratégique”. L’enseignement supérieur public agonise et enchaine des années sans que certains étudiants puissent être  évalués sinon  suivre des cours. Aux grèves à répétition s’ajoute le manque de planification sérieuse pour accueillir une armée de jeunes bacheliers (amphi bombés, gestion calamiteuse des effectifs, magouille de toute sorte, violence physique et notes financièrement et/ou sexuellement transmissibles). L’enseignement supérieur privé est le nid d’un laisser aller suicidaire.  Dans ces conditions, le milieu scolaire et universitaire ne peuvent  nullement pas produire… Lire la suite »
woda<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 70</span>
Membre
woda 70
4 années 6 mois plus tôt
Merci pour cette analyse limpide de la situation actuelle du Mali. Voici quelques corolaire de tout cela : -des villes poubelles pires que les bidons villes à ailleurs : constructions anarchiques, des quartiers qui puent vraiment, aucune hygiène dans les habitations parce que les gens vivent sur les puisards plein de mer… ; voir les caniveaux (quand ils existent) à ciel-ouvert … – la malaria fait des ravages en décimant des populations entières (tous les malien sont porteurs de palu) ; comme si c’était normal. D’ailleurs les maliens en rigolent quant leur pose la question ! – la racket des populations est devenu le sport national des porteurs d’uniforme (quelle honte !). Il suffit de faire un tour dans la rue où ils se trouvent, je veux dire sur les axes stratégiques pratiqués par des honnêtes gens qui vont travailler pour survivre. Les policiers constituent maintenant le noyau dur de la catégorie des personnes que vous avez nommé « N’bè tâ gnini ». L’explosion de ce phénomène sert à couvrir un peu les pratiques érigées en système par la catégorie des du « Dougabou Den » – la majorité des jeunes issus des classes populaires se sont tournés par les… Lire la suite »
wpDiscuz