PDES : Un semblant de paix

0
0

Le Parti pour le développement économique et la solidarité a tenu le samedi 17 décembre, sa première convention nationale. Tous les ténors du parti étaient présents à commencer par Ahmed Diane Séméga président du parti et Jeamille Bittar 1e vice – président. Selon des sources proches de la présidence de la République, ATT aurait instruit à ses hommes la discipline, le respect de l’autre. Toute animosité était à bannir. C’est pourquoi on a vu Bittar et Séméga, l’un à côté de l’autre.

Mais l’arbre ne doit pas cacher la forêt. En effet, Bittar, Séméga, N’Diaye Bah, Maharafa Traoré, se regardent aujourd’hui en chiens de faïence. Le groupe proche de Mohamed Diabassi n’embouche pas aussi la même trompette que Bittar. En réalité, c’est une atmosphère de méfiance qui a régné sur les débats même si apparemment les choses semblaient bien huilées.

Selon des indiscrétions, le groupe proche de Séméga, N’Diaye, Bah, Dabassi et Maharafa a décidé de laisser passer l’orage, et surtout, que le PDES s’occupe d’abord de l’élection présidentielle. Il ne sera pas question de diviser le parti à quelques encablures de 2012.

Si des sanctions devraient être prises contre Bittar, ce serait après la présidentielle de 2012. Il faut enfin savoir que l’opérateur économique a décidé d’approcher l’aile dure du PDES sus – citée pour éviter de se trouver isolé car la perspective d’une poursuite judiciaire plane sur lui. C’est en prévision de cause que Bittar veut actuellement la protection des siens. Mais le mal est déjà fait.

Nous y reviendrons.

 

Amadou Ky

 

 

 

 


NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.