Pied dans le plat : « Il faut chasser tous les dictateurs par des révolutions populaires », selon le Pr. Yoro Diakité

0
2

La situation sécuritaire très difficile au Nord Mali, inspire  aujourd’hui, plus d’un.Et le 18 février dernier au Cicb, l’honneur était revenu à l’Association des Jeunes pour la Promotion de la Culture (AJPC) pour se fendre au cours d’une conférence-débat.

 

Soutenue par Madame Seck Oumou Sall, Maire de Goundam, l’Association a mis aux prises plusieurs intellectuels qui rivalisaient de talent en vue de convaincre les jeunes au sujet dela Gouvernancede la sécurité démocratique. Une belle fourchette. Trois conférenciers pour dire aux jeunes ce que sont la paix et la sécurité et comment les consolider : le Commandant Souleymane Dembélé, l’écrivain malien Boubacar Bâ et Madame Traoré Oumou Touré dela CAFO.Unenotion qui rappelle, en tout cas, le titre d’un document, œuvre de  Zeini Moulaye, ancien du Général Moussa Traoré.

Mais dans le public, il y avait aussi un ancien ministre, aujourd’hui passé dans l’opposition avec un parti politique qui n’arrive même pas à tenir de façon régulière ses comités directeurs.  Cet homme politique est le président du BARA en la personne du professeur Yoro DIAKITE. Prenant la parole à la suite des conférenciers, l’ancien ministre et éducateur de son état, a une conscience claire de son argumentation. En toute pédagogie et fidèle à une logique dont il a le secret, il va défilant un chapelet de solutions pour la quête d’un monde apaisé. Il met le pied dans le plat. Pour lui : « il faut chasser les gouvernements corrompus par des révolutions populaires. Puis, faut-il récupérer l’argent volé à l’Etat pour éduquer les enfants ». Avant d’ajouter devant un public silencieux, mais étonné : « Seule une jeunesse éduquée, unie et combative peut s’acquitter valablement du développement. Et une paix mal assurée conduit tôt  ou tard à la guerre. »

Par Moussa Wélé Diallo

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.