Politique : N’Diaye Bah échappé de justesse grâce à son chauffeur

0
0

L’ancien ministre  de  l’Artisanat  et du  Tourisme  semble  avoir  passé  l’un  des  jours  les  plus  inquiétants  et  les  plus  tristes  de  sa  vie  le mercredi dernier. Depuis quelques temps N’Diaye Bah avait repris ses habitudes au sein de sa nouvelle formation politique le Pdes. Et pourtant  Jeamille  Bittar  lui avait signifié à travers  une missive que,  ce que ce monsieur avait fait dans un  passé récent au sein d’une formation politique le CNID- FYT ne marchera pas au sein du Pdes.

Les   pratiques  de N’Diaye Bah lui ont valu toutes les critiques  et injures  par certains premiers militants du mouvement citoyen. Depuis quelques temps  ceux-ci voient d’un mauvais œil le comportement de  l’ancien ministre. Qualifié de traitre et de voleur  par certains, de diviseur et de menteur par d’autres,  N’Diaye  Bah s’était  rendu  en commune IV du district  de  Bamako  pour une rencontre  de la coordination Pdes de cette commune. Le but de la visite  de l’ancien ministre  serait de sensibiliser les militants  sur le choix d’un candidat du Pdes à l’élection présidentielle de 2012. C’est ainsi que des partisans de Jeamille  Bittar exaspérés par le comportement  d’un  intrus ont voulu lui faire  la peau. Hué, insulté l’ancien ministre de l’Artisanat et du Tourisme ne doit la délivrance qu’à l’ingéniosité  de son chauffeur qui a roulé comme un fusée entre les ruelles  pour mettre N’Diaye  à  l’abri  d’une foule déchaînée profondément  irritée par les conduites malsaines de l’homme. Cette scène digne  d’un fait  divers  donne  à réfléchir à plus d’un. Notamment aux   ministres  de la république  qui  profitent  de leur situation du jour  pour se   construire  une vie politique par le chantage et les moyens de  l’Etat. Voilà que celui qui muni  de moyens impressionnants, il y a seulement quelques mois organisait  une campagne de débauchage dans des partis politiques est aujourd’hui  chassé, pourchassé  jusque  dans son dernier retranchement. L’homme  n’avait peut-être  pas encore compris son départ du gouvernement. Certainement si N’Diaye était encore ministre ses bourreaux l’auraient toléré pour son statut  de  grand responsable  de l’Etat. Pauvre  N’Diaye  Bah.

Bandiougou    DANTE

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.